Exit

APPEL À LA DÉPATHOLOGISATION COMPLÈTE DES IDENTITÉS TRANS ET DE GENRE VARIANT

Ceci est une déclaration conjointe de GATE, y et ILGA World pour la Journée Internationale de lutte contre la pathologisation des Personnes Trans.

Votre organisation peut également la rejoindre, en remplissant le formulaire à ce lien !

Cette déclaration est également disponible en anglaisespagnol, ou russe

Dans le monde entier, les personnes trans n’ont pas accès à des soins de santé de base de qualité.

En juin 2022, cela fera trois ans que la classification internationale des maladies de l’OMS (CIM-11) a officiellement dépathologisé les identités trans et de genre variant,  et que l’incongruence de genre a été retirée de la liste des troubles mentaux. Depuis lors, des avancées remarquables ont été réalisées, comme à Malte, où les identités trans et de genre variant ont été dépathologisées au niveau national et où les soins de santé d’affirmation du genre ont été rendus plus accessibles. Alors que d’autres pays sont en train de réviser leurs protocoles et directives nationaux en matière de soins de santé affirmant le genre, en grande partie grâce à l’activisme soutenu de la communauté trans et de la diversité de genre, l’accès reste disparate et applique régulièrement des exigences pathologisantes qui permettent la violence institutionnelle dans les milieux médicaux et refusent aux personnes trans et de la diversité de genre le droit de prendre des décisions autonomes sur leur propre corps.

Malgré ces évolutions significatives, l’accès des personnes trans et de genre variant à des soins de santé de base de qualité et respectueux de l’identité de genre reste un défi majeur dans le monde entier. Le retour de bâton actuel contre les droits affecte les protocoles de soins existants et a un impact sur la santé et le bien-être de notre communauté.

Dans de nombreuses régions du monde, l’accès à des soins de santé adaptés au genre est toujours subordonné à un diagnostic de santé mentale. Bien que la CIM-11 soit entrée en vigueur il y a trois ans, la plupart des pays du monde n’ont pas encore entrepris de réformer leurs protocoles et lignes directrices en matière de soins de santé tenant compte de l’égalité des genres, conformément au nouveau système de classification. Le processus de traduction de la CIM-11 dans les langues régionales est toujours en cours. Dans l’intervalle, les anciennes versions du manuel de codage qui pathologisent les identités trans et de genre et l’accès aux soins de santé sont toujours appliquées.

Dans le même temps, les identités et les personnes trans et de genre variant sont de plus en plus attaquées par de nombreux militants anti-droits, tels que les acteurs politiques conservateurs, les groupes religieux et les « féministes » critiques du genre. Ces acteurs ciblent, entre autres, le droit à l’autodétermination de l’identité de genre et aux soins de santé affirmant le genre pour les personnes trans et de genre variant, ce qui a déjà eu des conséquences significatives sur l’accès aux soins de santé pour les adultes trans et de genre variant, et sur le soutien social et émotionnel si nécessaire pour les enfants trans et de genre variant. Les enfants trans et de genre variant sont particulièrement vulnérables, car leurs besoins en matière de soins de santé physiques et mentaux sont remis en question par ces attaques qui conduisent à une re-pathologisation des soins de santé d’affirmation du genre. Au cours des deux dernières années, des pays comme la Suède, la Finlande, certaines régions des États-Unis et le Royaume-Uni ont pris des mesures pour réduire l’accès aux bloqueurs de puberté pour les enfants, et les récits antitrans empêchent la progression de la dépathologisation. Il est impératif pour nous de lutter contre la désinformation, de travailler avec un ensemble diversifié d’alliés et de défendre fermement une approche des soins de santé qui respecte et promeut les droits humains des adultes et des enfants trans et de genre variant.

 

C’est pourquoi, en cette Journée Internationale de lutte contre la pathologisation des Personnes Trans et/ou Non-Binaires, nous invitons nos communautés et nos alliés à se rassembler et à soutenir notre appel à la dépathologisation complète des identités trans et de genre variant.

 

  1.     Nous demandons aux gouvernements de réformer les protocoles et les directives de soins de santé nationaux d’affirmation du genre en fonction des classifications de la CIM-11.
  2.     Nous demandons aux gouvernements et aux donateurs d’investir dans l’éducation et la formation des professionnels de la santé et de décentraliser l’accès aux soins de santé tenant compte du genre.
  3.     Nous demandons aux gouvernements d’améliorer de toute urgence la qualité, l’accès et la disponibilité des soins de santé et de la couverture de l’affirmation du genre afin de soulager la charge financière qui pèse sur notre communauté, conformément à l’appel de l’OMS en faveur d’une couverture sanitaire universelle (CSU) et à l’Objectif de développement durable 3 visant à « assurer une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tout âge ».
  4.     Nous appelons nos alliés à déclarer leur soutien aux communautés trans et de genre variant, à se joindre à nous dans nos efforts pour contrer le mouvement anti-droit et à utiliser leur influence auprès des parties prenantes et des acteurs étatiques pour les engager à assurer la survie critique de nos communautés.

Notre vision est que le droit aux meilleurs soins de santé possibles pour tous soit pratique et efficace : l’accès à des soins de santé affirmant le genre et basés sur l’autodétermination pour tous ceux qui en ont besoin, indépendamment de qui nous sommes, ou d’où nous venons.

Suivez ce lien pour signer la déclaration commune en cette Journée Internationale de lutte contre la pathologisation des Personnes Trans

Votre organisation a jusqu’au dimanche 23 octobre pour soutenir cette déclaration !