Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / Asie / Thailand / Articles / La plus grande conférence LGBTI d’Asie élit ses représentant-e-s et choisit Taïwan pour la prochaine conférence en 2015
chargement de la carte…

Contributeurs

ILGA Programmes Officer Stephen Barris, ILGA Programmes Officer
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Espagnol)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Portugais)

Facebook

La plus grande conférence LGBTI d’Asie élit ses représentant-e-s et choisit Taïwan pour la prochaine conférence en 2015

in THAILAND, 15/04/2013

La 5ème conférence de l’ILGA-Asie, dont le thème était « Le Phénix renaît », s’est tenue du 29 au 31 mars 2013. Elle a connu la plus forte affluence de militant-e-s LGBTI de toutes les conférences de la région. Plus de 250 délégué-e-s de quelque 25 pays ont assisté à cet événement, rejoints par la nombreuse et enthousiaste équipe de volontaires thaïs qui ont travaillé en rotation durant les trois jours de la conférence. L’événement a été co-organisé par le groupe Anjaree et la Rainbow Sky Association de Thaïlande, des membres locaux de l’ILGA.

Il a été rendu possible par des fonds de Hivos, de l’Arcus Foundation, de l’agence internationale suédoise de développement, des fondations de l’Open Society, des ministères des Affaires étrangères de Finlande et des Pays-Bas, et a été facilité par le secrétariat mondial de l’ILGA.

Contrairement à la 3ème conférence qui s’était tenue à Chiang Mai en 2008, durant laquelle le secrétariat de la conférence avait été payé, cette 5ème conférence de l’ILGA-Asie s’est principalement appuyée sur des volontaires locaux et internationaux, le comité de l’ILGA-Asie ayant décidé d’utiliser le budget de la conférence pour faire venir plus d’intervenant-e-s. Tout le monde a participé à la préparation de la conférence : les membres du comité, les délégué-e-s de la conférence, la co-secrétaire générale de l’ILGA Gloria Careaga… 200 kits de conférences comprenant le programme, un t-shirt, un cordon, des capotes et du lubrifiant ont été rassemblés dans de jolis petits sacs aux couleurs de la conférence par des volontaires venus d’Indonésie, qui sont arrivés en avance à la conférence, et par des volontaires thaïs du Réseau pour la diversité sexuelle de Thaïlande, qui se sont associés aux efforts des deux organisations hôtes. Dès le milieu de la première journée de la conférence, les organisateurs se sont retrouvés à court de kits de conférence et ont dû utiliser du matériel restant de la conférence avortée de Surabaya en 2010. Cela ne fut pas suffisant, et certains des derniers inscrits se sont contentés du programme de la conférence et de documentation dans de simples enveloppes.

Durant la cérémonie d’ouverture, les co-secrétaires de l’ILGA Renato Sabbadini et Gloria Careaga ont ouvert la première plénière avec les défis auxquels l’ILGA doit faire face en tant que fédération mondiale engagée dans un soutien à la création de fédérations régionales autonomes. Ils ont été rejoints par Sahran Abeysundara et Poedji Tan, les représentants du comité de l’ILGA-Asie auprès du comité mondial de l’ILGA, et par les organisateurs hôtes de la conférence, Anjana Suvarnananda pour Anjaree et M. Kittinun Dharamadhaj pour la Rainbow Sky Association de Thaïlande. Tous deux ont également souhaité la bienvenue aux participant-e-s et les ont informé-e-s de la situation des droits LGBTIQ dans le pays.

Les participants ont aussi eu l’occasion d’écouter de brefs rapports sur la situation des LGBTIQ dans différents pays, rapports préparés en amont de la conférence par des délégué-e-s du Bahreïn, de Burma, du Cambodge, de Chine, de Hong Kong, d’Inde, d’Indonésie, du Japon, du Liban, de Macao, de Malaisie, de Mongolie, du Népal, de Palestine, des Philippines, de Singapour, du Sri Lanka, de Taïwan, de Thaïlande et du Vietnam. Yahia Zaidi du comité pan-Afrique de l’ILGA a présenté un rapport sur le travail entrepris par la fédération régionale Pan Africa ILGA. Manisha a présenté la situation des personnes trans au Népal, et Hiker Chiu a parlé des questions intersexes en Asie.

Le programme de trois jours était riche d’ateliers thématiques, de formations sur les instruments de l’ONU, de réunions sur l’avenir de l’ILGA-Asie réservées aux membres de l’ILGA et d’activités auto-organisées.

Un blog a été mis en place pour rendre compte quotidiennement de la conférence. La coordinatrice régionale de l’ILGA-Asie, JJ Josef, a été assistée de Ng Yi-Sheng (Singapour), Azusa Yamashita (Japon), Lana Tran (Vietnam/Thaïlande), Ernest J.K. Wen (Indonésie), Toni Almuna (Indonésie), Mikey Batbayar (Mongolie) et Stefan Joachim (Sri Lanka). Les membres de cette équipe ont aussi tenu le procès-verbal des divers ateliers et ont veillé au respect des horaires de ceux-ci, pendant que Suki Mijidsuren, membre du comité de l’ILGA-Asie, et JJ Josef s’occupaient des relations médias, avec l’aide de Tao Hattirat du groupe Anjaree.

Et il y avait de quoi faire ! Le nombre de résumés proposés était si important que certains ateliers ont eu 6 ou 7 présentations. Il y a également eu un nombre record de demandes de créneaux pour des activités auto-organisées, et les quatre lieux prévus n’ont pas pu tous les accueillir. Même la salle de secrétariat de la conférence a été occupée par les délégué-e-s !

21 ateliers thématiques se sont tenus en même temps, dans 4 salles séparées. Une grande variété de thèmes LGBTIQ ont été abordés, tels que la discrimination et l’homophobie/transphobie, la santé mentale, les religions et le fondamentalisme, les jeunes LGBT et les stratégies de promotion sous-régionale des thématiques LGBT ; mais aussi d’autres thèmes comme l’ASEAN, les catastrophes et la préparation aux catastrophes des communautés de minorités sexuelles, les violences conjugales, la sexualité, le cyberespace et la sécurité, les mariages de même sexe en Asie, les LGBT dans les systèmes nationaux d’éducation, la promotion des droits et l’éducation des femmes, la sexualité à moindre risque et les parcours de vie des hommes trans et intersexes et le VIH-SIDA.

Les formations sur les Nations-Unies avaient pour but de fournir aux participant-e-s une connaissance pratique et des compétences pour leur travail de promotion des droits. La formation, qui constituait un programme en soi, s’est concentrée sur les relations avec les mécanismes onusiens de droits humains en faveur de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre ; l’écriture de contre-rapports pour l’Examen Périodique Universel de l’ONU, le mécanisme de l’ICCPR (pacte international relatif aux droits civils et politiques) et les plaintes individuelles, le travail de promotion et la sécurité, la défense des droits LGBT dans des environnements hostiles, et enfin les contre-rapports et le mécanisme de la CEDAW (Convention sur l'élimination de toutes les formes de discriminations à l'égard des femmes).

Des membres régionaux de l’ILGA ont également eu l’occasion de se rencontrer et de discuter de la constitution et d’une stratégie pour leur fédération régionale, ILGA-Asia. Des discussions ont aussi abordé l’établissement d’un bureau régional d’ILGA-Asia, et à cet effet, six tâches ont été définies comme prioritaires : l’augmentation des capacités des organisations LGBTI, l’organisation de conférences régionales, la recherche, la documentation et le partage/la dissémination des recherches, le lobbying et la promotion des droits au niveau régional et international, le développement de références pour l’information utilisables dans toute la région, et la mise en place d’un bureau d’ILGA-Asia dans un lieu qui n’a pas encore été décidé. Bangkok est l’une des possibilités, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour sélectionner la ville qui pourra accueillir au mieux ce bureau. Les facteurs pris en considération pour un bureau d’ILGA-Asia comprennent des questions de sécurité, l’ouverture du pays aux ONG, l’accessibilité pour les membres du comité d’ILGA-Asia et les autres membres (par exemple les questions de visas et les coûts des trajets aériens). Cette stratégie sera appliquée par le comité d’ILGA-Asia à travers un plan d’opération. Celui-ci a été approuvé en même temps que la constitution par les membres d’ILGA durant l’assemblée générale.

Les membres d’ILGA ont aussi eu à décider de la ville qui accueillerait la prochaine conférence. Les votes ont tranché en faveur de Taïwan, le Cambodge ayant également proposé d’organiser la prochaine conférence. Taipei accueillera donc la 6ème conférence d’ILGA-Asia en 2015.

Les membres de l’ILGA ont enfin élu un nouveau comité : Otgonbaatar Tsedendemberel (Centre LGBT, Mongolie), qui représente l’Extrême-Orient et Poedjiati Tan (Gaya Nusantara, Indonésie), pour l’Asie du Sud-Est, Stefan Joachim (Equal Ground, Sri Lanka) et Yogita Singh (Sangini, Inde) pour l’Asie méridionale, et enfin un représentant de l’Asie occidentale, qui a demandé à conserver l’anonymat. Les participant-e-s ont enfin choisi deux membres du comité nouvellement élu (un membre qui est une femme, et un membre qui n’est pas une femme, en accord avec la constitution de l’ILGA) pour représenter l’Asie au comité mondial d’ILGA : Dana Zhang (Chinese Lala Alliance, Chine) et Kaona Saowakun (Thaïlande).

Dana Zhang a fait part de son opinion à propos de ce qui l’attend en tant que membre du comité d’ILGA-Asia et représentante au comité mondial de l’ILGA : « Je pense qu’ILGA-Asia n’est qu’aux débuts d’un long et passionnant voyage. Si l’on compare le nombre actuel de membres d’ILGA-Asia avec le nombre de personnes en Asie, nous ne faisons que commencer à acquérir une certaine visibilité et à avoir un certain impact. J’ai retiré de mon précédent travail pendant les quatre dernières années au sein du mouvement LGBT une grande expérience pratique, en particulier en ce qui concerne la création de réseaux de contact et leur renforcement. C’est un grand honneur de faire partie du réseau d’ILGA, de partager mon expérience dans ce domaine et dans celui de la création d’institutions, et de prendre part à la naissance d’une ILGA-Asia plus forte et plus efficace. »

Kaona Saowakun, également appelé Toto, a aussi été élu représentant trans au comité d’ILGA-Asia. Il a parlé de la diversité de l’expérience trans. « Les personnes transgenres ne sont pas seulement des femmes trans », a-t-il dit, affirmant son désir de faire entendre les voix à la fois des femmes trans et des hommes trans au sein d’ILGA. Ce nouveau membre du comité d’ILGA-Asia espère mettre en place un secrétariat d’ILGA en Thaïlande.

Dans son discours de clôture, Renato Sabbadini, co-secrétaire général d’ILGA, a remercié les membres sortants du comité d’ILGA-Asia : Sahran Abeysundara, Ashley Hsu-liang Wu, Sukhragchaa Mijidsuren et Frank/Gina Jian gang Zhao. Il s’est réjoui de voir que les blessures de Surabaya en 2010 s’étaient refermées grâce au succès de la conférence de Bangkok : le Phénix a pu renaître de ses cendres et prendre son envol ! Le mouvement LGBTI asiatique se retrouvera à Taïwan pour une prochaine étape sur son long chemin !
 

Traduction: François Peneaud

Bookmark and Share