Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Europe / Switzerland / Articles / Déclaration suite au rejet par la Suisse de toutes les recommandations au sujet de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre lors de son Examen périodique universel au Conseil des droits de l’homme de l’ONU
chargement de la carte…

Facebook

Déclaration suite au rejet par la Suisse de toutes les recommandations au sujet de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre lors de son Examen périodique universel au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

in SWITZERLAND, 20/03/2013

La Confédération a présenté le 14 mars la réponse de la Suisse aux recommandations qui lui avaient été faites en matière de droits humains le 29 octobre dernier par les Etats membres du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. La Suisse a rejeté les trois recommandations ayant trait aux discriminations basées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

En réponse, les organisations LGBT suisses nationales ont adressé la déclaration suivante aux autorités suisses, afin de mettre en évidence les lacunes existantes en matière de protection des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) en Suisse.

Vidéo de la déclaration délivrée par Sandrine Cina
(Chapitre 17, à partir de 41min15 ou numéro 17 dans la colonne à droite)

Informations médias : Sandrine CINA, sandrine@lgbt-youth.ch

Informations sur l’Examen périodique universel de la Suisse
 

 

Merci Mme la Vice-Présidente.

Cette déclaration est faite au nom des cinq organisations LGBT suisses nationales, Pink Cross, LOS, Familles Arc-en-ciel, Transgender Network Switzerland et LGBT Youth Suisse.

Nous regrettons le rejet par la Suisse de toutes les recommandations ayant trait aux discriminations en raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre. L’approche sectorielle adoptée par la Suisse ne garantit pas une pleine protection de ses citoyens LGBT.

En Suisse, les personnes LGBT sont victimes de nombreuses formes de discriminations. Elles sont trois fois plus exposées que les personnes hétérosexuelles aux violences verbales et physiques. Les propos haineux tenus à l’encontre de la communauté LGBT dans l’espace public ne sont pas punis pénalement. Ce climat de violence crée un stress grave, qui peut conduire à la dépression et au suicide, dont les tentatives sont cinq fois plus nombreuses chez les personnes LGBT.

La loi sur le partenariat enregistré présente des inégalités de traitement par rapport aux couples mariés en matière de naturalisation facilitée, d’adoption et de recours aux méthodes de procréation médicalement assistée. De plus, les enfants de couples partenariés sont défavorisés au niveau du droit de garde, de visite, de pension alimentaire, du droit successoral ou encore des rentes d’orphelins.

La loi sur le travail ne fait quant à elle aucune mention explicite des discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, alors que de telles situations sont fréquentes. En particulier, les personnes transgenres essuient fréquemment des refus et licenciements pour des raisons directement liées à leur identité.

Ce manque de protection légal a un impact direct sur la manière dont les jeunes LGBT d’aujourd’hui envisagent leur avenir.

Les organisations LGBT suisses appellent la Confédération à protéger pleinement ses citoyens LGBT en adoptant une loi générale contre les discriminations incluant explicitement l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Les autorités suisses doivent démontrer une volonté de combattre toutes les formes de discriminations, condition sine qua non pour la cohésion sociale en Suisse et le bien-être de chacun de ses citoyens.

Je vous remercie.


 

Bookmark and Share