Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
EN
FR

Accueil / Afrique / Cameroon / Articles / Cameroun : coup franc contre l’homosexualité
chargement de la carte…

Contributeurs

anonymous contributorÉcrit anonymement. (Anglais)
Pan Africa ILGA Apinda Mpako, Pan Africa ILGA

Facebook

Cameroun : coup franc contre l’homosexualité

in CAMEROON, 30/03/2012

Etre homosexuel au Cameroun est un délit puni par la loi. Cette législation semble soutenue par une majorité de citoyens. Par conséquent, des voix s’élèvent pour crier haro chaque fois qu’on évoque une éventuelle reconnaissance de leurs droits. Néanmoins, le combat pour la cause homosexuelle se poursuit…

La simple évocation de la tenue d’un séminaire à Yaoundé dans les prochains jours par un collectif d’homosexuels a soulevé l’ire du Rassemblement de la Jeunesse Camerounaise (RCJ). Cette association, qui condamne l’homosexualité, a immédiatement saisi le Directeur de la police judiciaire et le Commissaire spécial du commissariat de Nkoldongo pour dénoncer cette réunion. De plus, le RCJ a annoncé qu’il mobilisera les jeunes ce mardi au Mansel Hôtel de Yaoundé « contre le fléau de la criminalité homosexuelle qui est condamné par notre loi », écrit le Secrétaire général de ce mouvement.

Le gouvernement et l’Eglise dans le coup

Cette levée de boucliers est loin d’être un cas isolé. Au début de l’année 2011, l’Union européenne s’était engagée à apporter à hauteur 200 millions de francs CFA (305 000 Euros) un financement pour un projet dit d’assistance et d’encadrement aux homosexuels. Trois associations actives pour la défense des droits des homosexuels à savoir le Sidado, l’Adefho et le Collectif des familles d’enfants homosexuels en étaient les bénéficiaires. Cette situation avait tout de suite soulevé la colère de nombreuses organisations et des hommes de médias qui avaient condamné la tentative de l’Union européenne de vouloir contribuer à la légalisation de l’homosexualité au Cameroun.

André Eyebe Ayissi, alors ministre camerounais des Relations extérieures, avait convoqué le Portugais Raul Mateus Paula, chef de la délégation de l’Union européenne au Cameroun, pour signifier la désapprobation de son gouvernement face au financement de ces associations et lui demander de « prendre acte de la sensibilité de ce dossier, et d’en tirer toutes les conséquences ». Les évêques du Cameroun avaient abondé dans le même sens en condamnant la pratique de l’homosexualité et en appelant les chrétiens à se détourner de ces pratiques.

Au Cameroun, le code pénal condamne l’homosexualité. Son article 347 bis « punit d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende de 20 000 à 200 000 francs CFA toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe ». De nombreuses personnes homosexuelles ou soupçonnées de l’être sont aujourd’hui incarcérées dans les prisons camerounaises. Selon des associations, 200 personnes sont interpellées chaque année.

100 000 signatures

Ces tirs groupés ne découragent pas pour autant les défenseurs des droits des homosexuels. Ils reçoivent de plus en plus de soutien de la communauté internationale qui condamne cette disposition de la loi camerounaise et milite pour la dépénalisation de l’homosexualité. Maître Alice N’kom, avocate active dans la défense des droits des homosexuels et présidente de l’Adefho, avait lancé une campagne de collecte de 100 000 signatures pour faire inverser la tendance et reconnaître les droits des homosexuels. Les signatures ont certes été recueillies mais l’homosexualité demeure encore un délit au Cameroun.

 

 

Bookmark and Share