Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Afrique / Articles (AFRICA) / Dépénalisation de l'homosexualité: malade, Louis-Georges Tin arrête sa grève de la faim
chargement de la carte…

Facebook

Dépénalisation de l'homosexualité: malade, Louis-Georges Tin arrête sa grève de la faim

in WORLD, 20/07/2012

Le président du comité Idaho (International Day against Homophobia and Transphobia), Louis-Georges Tin, a annoncé mardi dans un communiqué avoir arrêté sa grève de la faim avec deux compagnons, à la suite d'un malaise.

Le président du comité Idaho, le vice-président, Alexandre Marcel, et un membre, Usaam Mukwaya, réfugié ougandais, avaient commencé une grève de la faim le 25 juin dernier pour exiger que le gouvernement français porte à l'ONU une résolution en faveur de la dépénalisation universelle de l'homosexualité.

"François Hollande nous avait reçus début mai et s'y était engagé, mais aujourd'hui ses collaborateurs nous disent: +c'est trop tôt, il faut attendre+. Evidemment, l'urgence, on ne la ressent pas de la même façon si on est à Paris ou en Ouganda, où les homosexuels sont pourchassés", avait déclaré M. Tin après une rencontre au Quai d'Orsay.

L'homosexualité reste interdite dans plus de 70 pays, selon le comité Idaho.

"Au cours de la soirée du 13 juillet, Louis-Georges Tin a fait un malaise, et a été admis aux urgences de l'hopital Saint-Antoine. Les médecins ont constaté un taux de glycémie anormalement bas (0,5, quand le minimum nécessaire est autour de 0,8). Le patient était également déshydraté. Il a été mis sous perfusion pendant plusieurs heures, et a pu rentrer chez lui vers 4h du matin mais les médecins ont vivement insisté pour que M. Tin mette un terme à cette grève de la faim, qui commençait à devenir très inquiétante pour sa santé, et notamment pour ses reins", indique le communiqué.

"C'est une défaite non pas tellement pour nous, qui allons plutôt bien, somme toute, mais pour les homosexuels en prison, qui sont priés d'attendre encore un peu, et risquent en effet d'attendre encore longtemps", ajoute le texte.

Bookmark and Share