Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / Articles (WORLD) / Notre travail aux Nations Unies
chargement de la carte…

Contributeurs

Global Coordinator - ILGA Stephen Barris, Global Coordinator - ILGA
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Espagnol)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Portugais)

Facebook

marqués avec: nations unies / ecosoc / csw
Notre travail aux Nations Unies

in WORLD, 21/07/2010

En tant que seule fédération LGBTI globale, ILGA s’exprime dans divers forums aux Nations Unies. Elle donne de la visibilité au combat de ses membres par son lobbying au Conseil des Droits de l’Homme. Elle les aide à mettre en question les résultats de leurs gouvernements en matière de droits des personnes LGBTI, lors de l’Examen périodique universel. Elle organise une présence à la Commission sur le statut de la femme et fait campagne au nom des organisations LGBTI pour avoir le droit de les représenter aux Nations Unies à travers son statut ECOSOC.

L’EXAMEN PERIODIQUE UNIVERSEL – EPU

L’Examen périodique universel (EPU) entamé par les Nations Unies en 2006, vise à passer en revue la situation des droits de l’homme dans un pays donné. Le premier cycle d’examens pour l’ensemble des pays s’est achevé en 2011. Le second cycle a débuté en juin 2012 et passera en revue quarante-deux pays chaque année. L’ensemble des pays membres des Nations Unies sera ainsi passé en revue sur une période de quatre ans et demi.

L’examen contient cinq étapes :

  • Le rapport préliminaire
  • Un dialogue interactif avec les Etats Membres au cours duquel chaque gouvernement peut poser des questions au pays sous revue et émettre des recommandations
  • L’adoption d’un projet de rapport contenant les recommandations faites
  • La validation formelle du rapport avec toutes ses recommandations et, enfin,
  • Sa mise en place et son suivi.

Les ONG peuvent apporter leur contribution à chaque étape du processus, plus spécifiquement, toutefois, en deux occasions :

  • En soumettant un rapport qui sera inclus dans le rapport préliminaire du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme visant à documenter le dialogue
  • En faisant une déclaration orale quand le gouvernement passé en revue décide d’accepter au de rejeter les recommandations faites par les autres gouvernements

L’ILGA agit en tant que trait d’union entre les activistes locaux et les Nations Unies. Elle facilite également leur travail lors de l’EPU de leur pays :

  • Avant la session, elle prête son assistance, si besoin est, dans la rédaction du rapport confidentiel de ces activistes
  • Au Conseil des Droits de l’Homme, elle les accompagne durant leur séjour à Genève et facilite leur travail avec les missions diplomatiques
  • Elle les assiste au besoin lors de leur déclaration orale aux Nations Unies.

L’ILGA informe également son réseau global sur l’EPU, développant la conscience de l’importance de la participation de la société civile à l’EPU et aux Nations Unies en général.

  • Lire les Déclarations d’ONG à la suite de l’adoption du résultat de l’Examen universel périodique par les gouvernements

1. lors de la 12ème session de l’EPU 14 au 16 mars 2012
2. lors de la 13ème session de l’EPU 21 mai au 4 juin 2012
3. lors de la 14ème session de l’EPU 22 octobre au 2 novembre 2012
4. lors de la 15ème session de l’EPU 21 janvier au 1 février 2013
5. lors de la 16ème session de l’EPU 22 avril au 3 mai 2013

Plus d’information sur l’EPU

CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME

Le Conseil des droits de l’Homme est un organisme intergouvernemental des Nations Unies composé de 47 Etats responsables de renforcer la promotion et la protection des droits humains dans le monde. Le Conseil a été créé par l’Assemblée Générale des Nations Unies le 15 mars 2006 dans le but d’aborder les thèmes des violations des droits humains et de présenter des recommandations sur les droits humains. Parmi les différents mécanismes, il gère l'Examen périodique universel, d’autres organes tel un nouveau Comité Consultatif qui sert de « think tank » et fournit expertise et conseils sur les thématiques des droits humains ou comme le Mécanisme d’Examen des plaintes qui permet aux individus et aux organisations de porter les plaintes concernant les droits humains devant le Conseil des droits de l’Homme. Le Conseil des droits de l’Homme continue également de collaborer étroitement avec les Procédures spéciales de l’ONU établies par l’ancienne Commission des Droits de l’Homme et pris en charge par le Conseil.

LA COMMISSION DE LA CONDITION DE LA FEMME - CSW

La commission des Nations Unies pour la condition de la femme a été créée le 28 juin 1946 et son objet exclusif est l’égalité des genres et l’avancement de la condition des femmes. Cette commission est l’organisation principale responsable de l’élaboration de politiques globales en faveur des femmes.
Des représentants des Etats membres se réunissent chaque année à New York, siège des NU, pour évaluer les progrès réalisés en matière d’égalité des genres, pour identifier les défis à relever, pour fixer des critères d’évaluation globaux et pour formuler des recommandations politiques concrètes que fassent progresser l’égalité entre les genres et la condition des femmes partout dans le monde.


CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL - ECOSOC

C’est principalement via le Conseil économique et social – ECOSOC que les organisations non gouvernementales peuvent jouer un rôle dans les débats officiels des N.U.

En 1946, 41 ONG avaient obtenu un statut de consultant auprès du Conseil. Aujourd’hui, il y a environ 3. 187 organisations qui ont obtenu ce statut. C’est une accréditation qui permet aux ONG de pénétrer dans le cercle des Nations Unies, d’y parler en leur nom propre, de faire des interventions orales lors des sessions plénières et d’organiser des panels sur différents sujets.

 

Bookmark and Share