Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / Belgium / Articles / De l’élan vers l’égalité
chargement de la carte…

Contributeurs

anonymous contributorÉcrit anonymement. (Anglais)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Espagnol)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Portugais)

Facebook

marqués avec: politique
De l’élan vers l’égalité

in BELGIUM, 28/02/2005

« Pékin +10 » et la Charte mondiale des femmes pour l’humanité

Du 28 février au 11 mars 2005, la Commission des Nations unies sur le statut des femmes, à New York, conduira son évaluation, 10 ans après l’adoption de la Plate-forme d’action de Pékin (Pékin +10) sur la législation discriminatoire envers les femmes. De nombreux autres évènements sont liés à ce rendez-vous important, notamment le lancement mondial de la Charte mondiale des femmes pour l’humanité le 8 mars et la marche mondiale pour cette Charte, qui doit débuter le 8 mars au Brésil et s’achever le 17 octobre au Burkina Faso.

Les lesbiennes ont été présentes dans le combat contre les lois qui créent des discriminations envers les femmes, depuis Pékin en 1995 et même auparavant. Pourtant, ni la Déclaration de Pékin, ni la Plate-forme d’action ne comporte de dispositions qui reconnaisse explicitement les lesbiennes comme ayant les mêmes droits que les autres femmes. La question des droits égaux pour les lesbiennes n’a jamais dépassé le niveau de la discussion, lors des conférences gouvernementales de l’ONU sur la situation des femmes. Pour être juste, on doit noter que durant les préparatifs de Pékin, en 1995, plusieurs ONG ont défendu la proposition d’inclure l’interdiction des discriminations sur la base de l’orientation sexuelle dans la Plate-forme d’action de Pékin. Mais comme seuls quelques gouvernements soutenaient cette proposition, elle ne fut pas incluse dans le texte final. Les droits des lesbiennes ont une fois de plus été dilués dans une demande plus générale sur l’autonomie sexuelle des femmes.

Il en va de même pour la Charte mondiale des femmes pour l’humanité, fruit d’une procédure de consultation avec des groupes de femmes et de lesbiennes dans 60 pays. Il fut initialement décidé d’inclure les discriminations sur la base de l’orientation sexuelle. Cette mention fut néanmoins retirée, par la suite, de la version finale, afin que les gouvernements les plus conservateurs acceptent la Charte.

ILGA déplore que les lesbiennes, en dépit du fait qu’elles soient la minorité la plus vulnérable, ne soient quasiment jamais mentionnées. Néanmoins, nous sommes heureux-ses de ce que la version finale de la Charte mentionne l’homophobie comme une source de discrimination et affirme clairement que toutes les femmes sont libres de choisir leur sexualité.

L’événement « Pékin + 10 », et toutes les activités qui y sont liées cette année, sont une chance pour nous tous de que l’attention du monde demeure fixée sur les problèmes des femmes et des lesbiennes, dans la lutte d’ensemble pour l’égalité des genres.

Pour plus d’information, consulter les liens suivants :

Beijing: contexte et informations générales

Déclaration de Beijing et Plate-forme d'action

Marche mondiale des femmes

Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Bookmark and Share