Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / World / Histoires vécues
chargement de la carte…
Cette section vous est consacrée ! Prenez s’il vous plaît quelques instants pour raconter aux visiteurs du site de l’ILGA la réalité de la vie LGBTI dans votre pays. Proposez-nous votre histoire personnelle et partagez vos expériences ! Vous n’avez pas besoin d’être enregistré-e sur ce site, et votre histoire sera complètement anonyme.

HISTOIRES VÉCUES
Partagez vos expériences en/au WORLD - Faites savoir ce qu’est la vie des LGBTI dans votre pays ! Si une expérience est significative pour vous, elle le sera probablement aussi pour quelqu’un d’autre. Sur quelque sujet que ce soit, qu’elle soit positive ou négative, votre histoire permet au monde de savoir ce qu’est la vie des LGBTI dans votre pays. En sélectionnant des mots-clés qui décriront le sujet de votre histoire, vous permettrez à d’autres de mieux consulter et rechercher vos récits.
Ce forum est public et visité par toutes sortes de gens aux intentions diverses: nous vous conseillons d’éviter d’y publier votre adresse, courriel ou téléphone ! Pour laisser un témoignage, vous n’avez pas besoin de vous enregistrer sur le site. Votre contribution restera totalement anonyme.
Ce témoignage correspond à un fait passé dans ce pays:
Dis-nous en un peu plus sur toi en cliquant, si tu le souhaites, sur les tags suivants…
nom:
intéressant les personnes..
A quoi votre expérience se rapporte t’elle?
Je vis en ce moment en/au...

Témoignages d’internautes

Voila ce que disent les gens sur la vie pour les LGBTI en/au WORLD...
Trier par: [Le plus récent] [Le plus populaire]

Sur cette page: commentaires 1-50

Philippe (vivant actuellement en/au BELGIUM) publié par lecteurs Vers BELGIUM portrait de pays on 07/08/2011 tagged with droits humains +25
Lien
J'ai 49 ans et je vis mon homosexualité au grand jour avec mon compagnon depuis 23ans.Nous avons acheté une jolie vieille maison au sein de mon village natal et nous vivons le plus simplement possible au milieu de tous ces couples hétéros de divers horrizons.Seulement,il y a quelque peu, les effets néfastes d'une lipoatrophie du visage et d'autres parties de mon corps ont dévoilé une autre réalité:celle du traitement du VIH.Beaucoup de personnes se demandent ou s'interrogent sur mon aspect physique.ET maintenant, les rumeurs courent;il a le SIDA. C'est tardivement à l'age de 23 ans que j'ai eu mes premiers rapports sexuels,et à ce moment également que je contracte le virus.A croire que les deux allaient de paire...J'ai du surmonter l'homophobie et aujourd'hui je doit faire face à une séropophobie,non seulement de la part des hétéros mais encore plus des homos.Cela est tout à détestable,car en fait ,nous(les séropos)sommes les victimes et non les coupables du virus.Je n'ai jamais rien caché à mon compagnon et celui ci m'a accepté tel quel,dès le premier jour, tout en appréciant ma franchise. Il faut bien que certains se rappel que la mise au grand jour et la lutte pour la reconnaissance des différences sexuelles se sont faites à grâce à l'arrivée du SIDA et des revendications pour l'accès aux soins sans subir de discriminations. Je voudrais terminer en disant que si beaucoup de jeunes homos se suicides à cause de dureté à s'accepter et se faire accepter,c'est encore plus dur ensuite de se faire "ACCEPTER" en tant que homoséropo.A tous, bonne réflexion...
Ajouter un commentaire
Lword25 (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par gay lesbiennes bisexuels hétéro lecteurs Vers CAMEROON portrait de pays on 08/12/2010 tagged with orientation sexuelle +20
Lien
Bonjour à tous.
Je suis une Jeune camerounaise de 25 ans et depuis ma découverte du portail d'ILGA hier, j'ai décidé de participer à toutes les activités. Aujourd'hui, j'aimerais partager avec vous mon expérience.
J'entends les gens, parfois même des éminents spécialistes dire que l'on ne naît pas homosexuel, on choisit de le devenir.
Jolie thèse même si pour ma part je pense que l'on ne choisit pas, c'est l'orientation qui nous suit, de la même manière que l'on boit de l'eau ou que l'on choisit de se vêtir.
J'ai grandi comme la plupart des jeunes de mon pays dans la joie et la gaieté, mon temps partagé entre l'école et les jeux. Etant de nature très instinctive, je faisais les choses sans me poser plus de questions que celà. C'est ainsi que mes premières relations sexuelles véritables, je les ai eu avec une fille. Et pas n'importe laquelle, MA COUSINE.
Durant l'année scolaire 95-96, je venais juste d'avoir mon CEPE, nous avons vécu une histoire passionnelle, facilitée par la proximité. Nous dormions en effet dans la même chambre.
Durant les 10 années qui ont suivi, j'ai relégué cette histoire aux oubliettes, essayant de vivre comme les autres jeunes filles, bien dans leur peau et bien dans leurs têtes. Mais j'ai toujours senti qu'il manquait quelque chose aux relations que je vivais avec des garçons, un quelque chose que j'ai retrouvé en 2009 dans les bras de Patience, mon premier véritable amour lesbien.
J'avais déjà vécu des histoires avec d'autres filles entre 2005 et cette année 2009 mais aucune ne ressemblait à celle là. Je l'avais amené à aimer les femmes mais surtout à m'aimer moi et nous vivions l'une dans le regard de l'autre, sans se préoccuper des autres mais en restant discrètes, l'homosexualité étant interdite dans mon pays.
Des histoires comme celles-là, on ne demande qu'à en vivre et j'en ai profité jusqu'au jour ou, elle de son côté m'a trompé avec un de ses anciens amants et que moi du mien, durant la même période je rencontre Laeticia, la femme de mes rêves, mon amour impossible.
Mais c'est durant mon Idylle avec patience que ma famille va véritablement s'interroger sur moi. Étant indépendante financièrement, j'avais aménagé avec Patience et c'est chez elle que mes frères et sœurs venaient lorsqu'ils voulaient me rendre visite.
Une de mes ex, jalouse du fait, non seulement que je l'ai abandonné mais qu'en plus je sois heureuse dans mon histoire, est allé raconté des vertes et des pas mûres à mon aînée. S'en est suivie une longue période de tensions et d'incompréhensions avec mes frères.
Mais j'ai campé sur mes positions parce que pour la première fois dans ma vie, je me sentais vrai, bien dans ma peau mais surtout en harmonie avec moi.
Il leur a fallu du temps pour comprendre et je crois qu'aujourd'hui, ils ont tous compris qu'être homosexuel n'est pas une tare, moins encore synonyme d'appartenance à un quelconque cercle ésotérique mais juste l'expression de son moi profond.
Même dans la rue aujourd'hui, je m'accepte tel que je suis et le regard que j'ai de moi sur moi incite le respect d'autrui et je crois qu'aujourd'hui, s'accepter tel que l'on est doit être le combat premier de toute personne Homosexuelle.
Ajouter un commentaire
Inconnu (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par lecteurs Vers CAMEROON portrait de pays on 17/05/2011 tagged with orientation sexuelle +15
Lien
Slt à tous.
J'interviens à l'issu de multiples constats notés ds notre orientation sexuelle.
LGBTI,HETERO et peu importe les pseudos...chacun est libre de vivre sa vie coe ça lui chante.Mais qu'en est il de toutes ces personnes qui mouchardent sur les autres? qui inventent de histoires sur les autres, juste pr se faire écouter? C'est bien beau de faire tt le tps des débats ds le but de les sensibiliser; aux âmes conscientes, cela aboutit bien et ceux-là se compte du bout des doigts.
Peu importe l'orientation sexuelle, y a des joueurs et joueuses en amour ds ts les coins et franchement, ça freine l'épanouissement amoureux. Mais comment donc savoir ? Faut il faire coe ts le monde? c.a.d être automatikement ou à ts les coups en couple!Se livrer à des actes sexuels avec les yeux bandés?!Bafouer les règles d'hygiène?!porter des tenues trop recherchées ou extravagantes juste pr attirer l'attention sur soi?!Devenir alcolo et/ou tabagiste parce k je suis "koudjé" ou le djo?! S'imposer par al terreur ds un couple?! La liste est trop longue, pr ne citer ke ceux-là.
Oui, je suis Hétéro; oui, je suis Homo; oui, je suis ce ke vs voulez et alors?! Pk se forger une image? pk ne pas être soi mm et bien ds sa peau? C'est vrai ke tt dépends de l'éducation de base, mais lorsk celle-ci se heurte aux tendances du milieu et finit par engendrer autre chose, probablement, on se sent perdu; on tente vainement à redevenir coe avant, mais y a plus moyen, alors on évolue, on avance tout en gardant espoir...
Ajouter un commentaire
(vivant actuellement en/au BURUNDI) publié par lesbiennes bisexuels lecteurs Vers BURUNDI portrait de pays on 18/01/2010 tagged with vih/sida & mst, droits humains, hiv/aids +10
Lien
dans notre pays il y un problème que les burundaise n'aime pas dire leur réalité sur la sexualité.
Ajouter un commentaire
lucas (vivant actuellement en/au FRANCE) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers MADAGASCAR portrait de pays on 11/10/2011 tagged with crime de haine et violence, droits humains, orientation sexuelle, religion, illégalité des relations d’homme à homme +10
Lien
Bonjour à tous,

je suis de nationalité Malgache et je suis gay,c'est une sorte de surprise pour moi que je ne vois aucun article à propose de l homophobie dans mon pays qui existe réellement comme les insultes,les moqueries,les viols parce que pour les gens nous ne sommes que des obsédés sexuel qui n'avons pas de valeur.Notre loi ne nous protège même pas car dès que les policiers entendent votre voix un peu efféminés ils rigolent et essayent de vous imiter.Mon pays est encore loin d'accepter l'homosexualité parce que pour la population c'est un tabou,la honte sauf si ils ont envie de rigoler de voir des humoristes qui imitent la façon naturel des gays.
Dans ma vie j ai été déjà violé,les insultes qui n arrêtent pas dès que je sors de la maison"pelaka,pd,sarimbavy"
Ajouter un commentaire
(vivant actuellement en/au CANADA) publié par gay lesbiennes bisexuels lecteurs Vers CÔTE D'IVOIRE portrait de pays on 11/02/2010 +10
Lien
salut ,

je suis un jeune ivoirien vivant dans la region de GrandBASSAM a 10 km de la capitale .je suis tres etonner de ce que raconte ilga concernant la liberte des homos en cote dívoire .

jái eu des problemes tres enormes jusqua etre condanner apres avoir acuser coupable pour une relation sexuelle que jái eu avec mon copin de meme age que moi ( 22) ans. cétait triste car au jugement le juge disais que lárticle 360 de la loi ivoirien penalisais l'homosexualite. maintenant jái perdu mon boulot et tout ce que jávais comment bien, mon ami sést donner la mort parce que cést proche aussi l'avais abandonner, ilyavais des mecs aussi qui etais accuser pareille , et la ilga sén morque en disans que nous sommes libre . je suis vraiment decu de la vie
Ajouter un commentaire
NOORI (vivant actuellement en/au UNITED STATES) publié par hétéro lecteurs Vers MOROCCO portrait de pays on 06/12/2013 tagged with sur le lieu de travail, mariage/unions civiles +10
Lien
call me +212601985486
Ajouter un commentaire
sa誰d (vivant actuellement en/au MOROCCO) publié par intersexuels lecteurs Vers MOROCCO portrait de pays on 30/07/2011 tagged with intersexuels, identitĂŠ de genre, orientation sexuelle +10
Lien
Neither male nor female, Said, 45, was born intersex (hermaphrodite). As a result of this condition, Said has never had access to real work or any decent medical care. Dreaming of reversing this condition, Said dreams of becoming a "man" to live live a normal life.

Said is unemployed and has no social life. The 45 year old Moroccan is childless and burdened with numerous health problems. Born intersex, that is, neither quite male nor female, Said lives in a small town near Tetouan, in Morocco, with family because of social prejudices which have resulted in the lack of care. Despite the difficult situation, Said won’t be bogged down: "I plead with intersex people not to hide, they have no reason to be ashamed" Said tells Afrik-News.com. Interview.

Afrik.com: How is childhood like for a person with intersex condition?

Said: My childhood was very difficult. I was often alone. As an intersex, I was deprived of formal education as I could not endure life at boarding school. My classmates laughed at me because I was different. I had problems sleeping, I could not even go to the bathroom because there were no doors. Although I was a studious person I had stop to my school in 1985.

Afrik.com: Do you work?

Said: It’s not easy for someone like me find work. Years ago I worked in a store. One day the manager inadvertently touched my chest and realized I had female breasts... then he showed me the door. I have lived like this, and in solitude all my life. It’s a life I did not choose, I was born like this. I’m different. I have a male name, I am female. This causes problems.

Afrik.com: Have you received any medical care?

Said: I want to undergo a surgical operation to become a "man"; a "gender correction". I want to reduce my breasts which cause me a lot of grief due to the compression T-shirts that I am forced to wear. It is very tough. I have been to several hospitals and seen many doctors. None of whom prescribed any treatment. Instead they refer me to other doctors. Nobody has really tried to help me. A urologist once made a joke out of my condition when he prescribed a treatment for "abdominal pains". I am diabetic and I have cancer.

Afrik.com: So have you taken any further steps?

Said: I do not have the means to do so. The trip to Rabat is far and medical care is expensive… Life is difficult and lonely. I do not know why this happened to me.

Afrik.com: You do not seem afraid to talk about your intersex condition, despite the taboo ...

Said: I am the only Moroccan, perhaps the only Arab, to talk openly about my intersex condition. For a longtime I concealed my condition, but I am tired of hiding. I plead with intersex people not to hide, they have no reason to be ashamed

Afrik.com: Does anyone support you?

Said: Yes, my family. My close friends encourage me. Other people insult me, and tell me that I am a punishment from God. I am used to that now
http://www.hermaphrodite-maroc.blogspot.com/
Ajouter un commentaire
Aya (vivant actuellement en/au MOROCCO) publié par lesbiennes lecteurs Vers MOROCCO portrait de pays on 05/12/2013 +10
Lien
Je l'aime plus que tout, elle représente toute ma vie. Je ne m'imagine pas une seconde une existence sans son amour. C'est elle, qui par son infinie tendresse, sa présence protectrice, son éternel sourire flamboyant, et son amour inconditionnel et pure m'a fait sortir de l'enfer de la dépression qui m’enchaînait depuis deux ans. Nous savions pertinemment que notre amour ne pouvait être accepté dans notre pays musulman, c'est pourquoi nous avions toujours pris soin de le cacher à nos parents. Mais le destin a voulu que les miens le découvrent... Depuis ma vie est un cauchemar, ils m'ont d'abord fait changer de ville pour m'éloigner d'elle. Je suis retombée dans la dépression et j'ai été hospitalisée dans une clinique psychiatrique pendant un mois. Ma psychologue a alors essayé de convaincre mes parents d'apprendre à vivre avec l'idée que leur fille est lesbienne et que son bonheur est auprès de cette fille qu'elle aime. Ils ont alors fait semblant d'être de mon côté et m'ont "permis" de la voir après que je passe mon bac. Elle, de son côté, a passé sa soutenance et a mis de l'argent de côté pour venir me voir dans ma nouvelle ville. Le jour-j, alors que sa valise était prête et que plus que trois heures de train nous séparait, elle m'a appelée affolée... Du commissariat !!! Les flics avait débarqué chez elle tout en injures comme si elle était une vulgaire criminelle. Mes parents m'avait trahie. Ils avaient levé un procès contre elle, car en effet au Maroc, l'homosexualité est punie de 6 mois à 3 ans. Ils sont allés loin en mettant mon téléphone sous écoute et en allant chercher des photos de nous deux sur facebook. Heureusement, l'avocat de ma petite amie l'a sauvée et elle s'en est sortie avec un "simple" avertissement : cette dernière ne devant plus me recontacter de quelque façon soit-elle. Depuis, je suis contrainte à vivre avec l'horrible sentiment d'être un danger pour la personne la plus chère à mes yeux dans tout l'univers... Et depuis, j'ai deux cartes sim sur mon téléphone, une officielle pour parler à la famille et principalement à ma mère qui habite toujours ma ville natale parce qu'elle y travaille (mon père est retraitée). Parce que, oui, elle a préféré vivre loin de sa fille que de laisser cette dernière commettre "l'horrible pécher" d'aimer une personne du même sexe. Mais seul Dieu sait à quel point nos sentiments sont pures et intenses! Et depuis, ma vie se résume à skype. Voilà, en gros, je vous épargne les détails de mon viol qui a surgit la même année et que le fait que le monstre qui m'a violée (et que l'on connaissait) est toujours libre, nous épie, et n'a pas manqué d'appeler ma mère en numéro masqué pour lui dire que mon ange s’apprêtait à venir me voir il y a un mois de cela. Je n'en peux plus de cette situation, elle souffre, je le vois derrière ses sourires angéliques, elle me manque tant ... Mais si personne ne peut nous aider, nous continuerons quand même à souffrir et à s'aimer en secret et à distance malgré le monde entier.
Ajouter un commentaire
(vivant actuellement en/au CANADA) publié par gay lecteurs Vers CANADA portrait de pays on 05/01/2010 +10
Lien
De mon point de vue, il est de plus en facile de vivre peu importe son orientation sexuelle au Canada, mais particulièrement au Québec.

Je suis content de la nation québécoise qui affirme que l'homophobie et l'hétérosexisme n'ont pas leur place dans notre société.

Je suis heureux de travailler pour la Coalition d'aide aux lesbiennes, gais et bisexuels-les de l'Abitibi-Témiscamingue (www.coalitionat.qc.ca). Je crois que nous sommes un exemple exceptionnel d'un travail d'inclusion, de partenariat et synergie vers un objectif commum: la reconnaissance complète des droits commums.

J'espère que la Coalition sera un modèle pour d'autres personnes dans le monde.

J'espère pouvoir travailler avec d'autres personnes dans le monde sur la question des orientations sexuelles et des droits de la personne.
Ajouter un commentaire
(vivant actuellement en/au CÔTE D'IVOIRE) publié par gay hétéro lecteurs Vers CÔTE D'IVOIRE portrait de pays on 26/01/2010 tagged with orientation sexuelle +10
Lien
je suis jean hervé
et mon histoire bien que remonte a 10 ans restera gravée dans ma mémoire .
en 2000 je vivais avec mon compagnon un français depuis presque 5ans paisiblement mais apres une dispute je suis rentré en famille et apres cela mon compagnon a réçu la visite des hommes en tenue armée ,c'était à lépoque la cellule de crise qui gerait les affaires courantes du pays apellé PC CRISE
ayant eu peur il s'est enfermé sans chercher a savori ce qui se passait ,vu aussi que cette equipe etait à la recherche un européen mais celui ci pretendu pédophile (un voisin qui vivait juste a coté de nous) qui etait servi par son gardien, mon conpagnona été pris par confusion battu un vendredi la maison perquisitonnée ,c'est a ce moment qu'ils ont retrouvés quelques photo de moi et lui ont demandé qui j'etais etant baigge il a subit ts lessévices puis gardé jusqu'au lendemain
ce samedi 10h sortant de la maison familiale je vois deux militaire me demander devant la porte , c'est vous Hervé ? je repond oui , ils m'embarquaient sous les yeux triste de ma mere ,j'essayais de la rassurer que tout va bien se passer mais moi meme je ne savais pas ce qui m'attendais. arrivée a leur camps sans explication je me suis rendu compte dans la voiture de la presence de mon compagnon mais je ne savais pas encore ce qui se passait , au camp on m'envois dans le bureau du chef qui par son air calme m'a un peu rassuré afin de pouvoir mieux comprendre ce samedi qui allait devenir un cauchemar. lors de l'interrogation de ce chef il s'est trouvé dans ses explication qu'il recherceh un français qui abuse de petite filles , je lui ai repondu que non ce n'étais pas mon ami et que je sais qu'il n'en a rien faire des petites alors le monsieur me pose la question s'il n'aime pas les petites filles ça veut dire qu'il a une sexualité autre?
don du coups il me demande combien de personnes vivaient chez nou j'ai repondu deux ,ensuite une serie de questions qui fait quoi ? donc vous etes des pédés?
du coups le chef demanda a son second
de me faire sortir sur la place devant tout le monde car c'est commee un tribunal populaire avec du monde et des journalistes avides de scoops.
brave gens cria le chef je vous presente un couple de pédé
ahahahahaha la foule se mit a rire les moqueries s'en suivait ensuite ,il ordonna a son secon de dechirer mes vetement celui ci me faucha couché au sol battu comme je ne pouvais l'imaginer avec insultes et humiliation de savoir qui saute qui au lit tout cela pendant au moin deux heures de temps ensuite exposé comme des trophées de chasse pres de mon compagnon tout bleu de coups nous attendons le vehicule qui allait nous conduire en prison , pourquoi ?qui sait seul dieu!
embarqué au environ de 18h pour la prison je pensais a mes parents qui ne savaient pas réellement ce que je vivais avec mon compagnon qu'ils ont toujours pris pour mon patron.
gardés pendant trois en prison il fallait soudoyer les gendarmes chez qui nous avons été déposés sans plaintes ni délit .ensuite nous avons encore été transféré à la prefecture de police vu que les gendarmes ne savaient quoi faire de nous toujours avec humiliation tant en cellules qu'avec les hommes en uniforme.
apres tractation des parents je fus libéré le mardi . avec comme surprise de gros titre des un journal avide d'information. c'est à ce moment que j'ai eu la grandeur de ma mere qui n'a pas hesité dans le soutien pareil pour les autres membres de ma famille.
apres cette histoire, et vu ce qui se passait dans la communauté gay ivorienne à savoir discriminatio et stigmatisation nous avons decidé de créer une association, arc en ciel + en 2003
dansle but de lutter contre les ist/vih/sida et surtout contre l'homphobie.
aujourd'hui je vis avec le coeur en paix car je remercie dieu de m'avoir donné une famille qui me soutien meme si on en parle pas de ma vie ils respectent ma vie . ce qui me motive a plus offrir a ma communauté ici à abidjan.
Ajouter un commentaire
zaki (vivant actuellement en/au ALGERIA) publié par gay lecteurs Vers ALGERIA portrait de pays on 15/03/2012 tagged with crime de haine et violence +10
Lien
salut chui zaki j'ai 17 ans je vie a alger chui gay de puis mon jeune age et je subit bcp d'humilliaton car mon cas est un peut bizar les gens me regarde bizarement et froidement et m'agressent tout le tempet quand chui a la maison je n'arette pas de pleurer dans le future proche inch je souhette de tout mon coeur crer de assosiations afin d'aider tous les gays
Ajouter un commentaire
benabar (vivant actuellement en/au ALGERIA) publié par gay lecteurs Vers ALGERIA portrait de pays on 01/07/2012 tagged with illégalité des relations d’homme à homme +10
Lien
bjr je suis un citoyen algérien qui souffre de mon existence
parce que je pense en ce moment qu'au suicide
j'ai été une victime d'attouchement sexuel a mon enfance depuis l'age de 4ans et autre agression après ;mais ma famille on ma jamais été pressent pour moi au contraire on ma toujours détruit plus. et mnt je me sens un robeau sur terre pas plus
Ajouter un commentaire
Cris Gi (vivant actuellement en/au ITALY) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers ITALY portrait de pays on 06/02/2010 tagged with droits humains, partnership (recognition), domestic partnerships +10
Lien

THE REASON OF A CHOICE

by Cris Gi

a human, spiritual and lesbian contribute

about my 17days hunger strike in solidarity with
Francesco and Manuel

On the 14th January , Francesco and Manuel had been on a hunger strike for ten days .That night Manuel felt sick and was consequently obliged to suspend his hunger strike . That very night Francesco made a plea on Facebook for some help. He was feeling very upset and was about to give up his own hunger strike .
It was late at night as I was going through Francesco’s words and a few minutes later I made a decision that was to influence my life in the days to come . I was deeply moved by Francesco’s words and I thought I would show him my solidarity .The righteous protest carried out by Francesco and Manuel could not disapper into thin air. I did not know about the solidarity campaigns that were being held throughout Italy to support Francesco’s and Manuel’s protest .

On the other hand I had been informed about the media’s conspiracy of silence on this topic. This act of censorship was accompanied by the indifference of Italy’s main LGBTQ organizations . The conspiracy of silence lasted for days , in the meantime Valentina Vandilli in Rome was utterly turning Facebook upside –down , with press releases and exhortations to join Francesco’s and Manuel’s protest by publicly demonstrating so as tho fill that unbearable void. I tried to help her in my own small way by sensitising and informing the members of the Lesbian organization (based in Bari - Italy) I am part of .

The overall silence on such topic mirrored the national political situation … an odd paralysis, an unusual calm.
I felt as if everyone was afraid of making the first move for fear of doing something wrong, of disrupting that hypocritical and precarious balance … but still a balance .
In this “deafening” silence Francesco’s and Manuel’s protest was standing out and little by little the voices of the LGBTQ community as well as those of heterosexuals started to be heard. There emerged a wave that was going to sweep away that suspicious and unbearable silence .

The rifts of solidarity started to be felt around a human and righteous request :
Equal civil rights for all citizens (as stated by the third section of the Italian Constitution, which is still operative, thank God ! )
In this background of personal scorn towards the quiescent nature of my country I spontaneously and instantaneously decided to join in Francesco’s plea which was not addressed to anyone in particular and hit the net on Facebook’s colourful pages .
I felt it was my duty to support Francesco who had been upset by his boyfriend’s downfall.
I took a little time to reflect : my health and personal conditions allowed me to undertake such a great exploit . My soul was ready to cope with deprivation , and to renounce one of the greatest pleasures: eating.
To be honest, I feel the duty to say that my hunger strike implies the administration of a slight quantity of nourishing energy each day: generally one apple with the aid of mineral salts and vitamines by drinking orange and carrot juices , herbal and bancha tea so as to keep my body healthy and avoid side-effects .
Losing weight is gradual and inevitable .
I'm listening to my body and soul : I feel like carrying on .

The aim is not martyrdom but the transformation of my conscience into a state of quasi-total purification of the body through rest and inner calm to have access to new plans of existence, communication and interaction with the world .
Obviously the very message of the hunger strike is that of renounce, one of the basic principles in the Hinduist religion which produces an enormous impact on people and is also a good opportunity to reflect on humanity and society .
I' ve practised Yoga for 23 years, now I'm 50 and I realize how important it was to start this practise as I'm really benefiting from it. And when your body grows old, you realize how yoga may help you. Since life in its progress requires a gradual detachment from matter to highlight the importance of the invisible, inner truths of the soul.

The principles of Yoga are the same as those of the Hinduist metaphysics employed by Gandhi in his lifetime. I have been reading something about him to freshen my memory: his hunger strikes and his struggles led to significant conquests for his people oppressed by English Colonialism.
Gandhi's principles are a source of inspiration for many today and many are going back over his ideal path, Francesco and Manuel being an evidence of it.
The word "hunger strike" is usually associated to a Sanskrit word “satyagraha", which is one of the main principles in Indic culture , Hinduism , Yoga and Veda . "Satyagraha" means "the Strength of Truth" leading to give evidence .
I felt like supporting Francesco in that very moment, because he had chosen a non-violent struggle (another principle of Hinduism, employed by Gandhi himself) by giving evidence of his love for Manuel , hoping to awaken people's minds which are generally asleep at the present time in Italy .

Yoga teaches "endurance" and "detachment" and one gradually learns to exploit other sources of inner energy . The body and the soul start to work on different plans of perception, without the despotism of the material aspect of life. In these circumstances the hunger strike (besides being a non-violent mean of expression) becomes an opportunity to stimulate subtle, invisible and spiritual forces which may attain any purpose envisaged, in this case the hearts of receptive and attentive people. That 's why on the night when Francesco made his plea I thought I was ready and had the duty to join in.

This is what is left : here, where I'm standing now, I'm going through a spiritual path which aims at awakening our people's minds from a slumber, which has lasted for too long, hoping to involve our country in a wave of solidarity and love which is silently and inevitably affecting people's hearts so that they may realize that the good of one part of society is the common good .
In this circumstance it is striking to think of how many "straight" people are showing their solidarity by approaching to issues that are conventionally considered as "marginal", because we are the outcast and we do not exist for many and,, as a consequence we do not exist in legal terms .

I have faith in the Strength of Love and in Spiritual Strength, beyond any tipically human religious classifications .
Francesco and Manuel are struggling to defend their true and profound love .

This is the reason of my choice .

Thank you Francesco and Manuel for giving me such an opportunity.

Cris Gi

Sunday, 24th January 2010

I thank Manuela Menolascina for her English translation.

Italian original version available on this link:
http://www.naussa.altervista.org/PN-artic-P.G.CRIS.htm

Progetto Naussa – Laboratorio Lesbico di Spiritualità
www.naussa.altervista.org

Gruppo Naussa – Forum Lesbico di Spiritualità e Attualità
www.naussa.mastertopforum.com
Ajouter un commentaire
robby dehoux (vivant actuellement en/au BELGIUM) publié par lecteurs Vers BELGIUM portrait de pays on 11/06/2011 tagged with illégalité des relations d’homme à homme +9
Lien
moi je suis dans une école ou l'on a pas le droit d'être comme on est
car les élèves font leur lois eu même et sa m'ai déjà arriver qu'on me tapes par ce que je suis homo, mais je m'en fou avec mon copain on vit une histoire d'amours pas comme les autres car mêmes avec tout les problèmes que j'ai je suis encore heureux
Ajouter un commentaire
publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs on 31/03/2014 +5
Lien


objet : demande de l'asile sexuelle


.j'ai l'honneur de vous demander de m'accorder une occasion de l'asile sexuelle
a vous connaissance que je suis jeune marocain 27 ans et je suis homo sexuel ça fait longtemps
qu'on vous saviez que dans mon pays si interdit d’être homo et de vivre ta vie en tout liberté a cause de la religion de ce pays
moi je suis d'une famille très conservatrice et qui accepte et qui comprenne pas l'homo sexuelle
je veux bien que vous comprenez ma statut et vous m'aider pour vivre la vie en tout liberté et évite les harcèlement et de la persécution
en attend de votre favorable repense agrée d'accepter mes salutations
merci
Ajouter un commentaire
nefertiti (vivant actuellement en/au SENEGAL) publié par lesbiennes lecteurs Vers SENEGAL portrait de pays on 04/07/2012 +5
Lien
les lesbiennes au senegal n ont aucune libertĂŠ de mener bien leur vie elles sont victimes de menaces de tortures de tout
Ajouter un commentaire
Millie (vivant actuellement en/au JORDAN) publié par lecteurs Vers DENMARK portrait de pays on 05/03/2014 +5
Lien
If Quotes Chimp will purchase a brand new vehicle, it is really a great thought to get in touch with your insurance provider to find out which vehicles possess the cheapest prices. As published from the Insurance Start for Community Security still, you can receive losing information on nearly 200 makes as well as types of autos. Create with their book section at Watergate, 600, Package 300, Wa, DC 20037, should you be fascinated.
Ajouter un commentaire
transgenres (vivant actuellement en/au FRANCE) publié par transgenres lecteurs Vers FRANCE portrait de pays on 18/11/2012 tagged with crime de haine et violence, vih/sida & mst, identitĂŠ de genre, droits humains, lois et dirigeants +5
Lien

Natha Bonjour
Pas de repos pour moi, suis au boulot, mais hier soir j'ai quand même bien arrose.
Je te transferts ces ressentes infos que témoignent la réalité des trans en prison et dans la vie de tous les jours. Comptez sur moi car je suis hyper motive pour travailler a ce sujet de prison.

Bises




Bonjour Ridha

Ceci a titre informatif.
Caen. Un détenu transsexuel se suicide au centre de détention
Faits divers samedi 17 novembre 2012

Le centre de détention de Caen.

Jean-Yves DESFOUX.

Un détenu transsexuel s’est pendu dans la nuit de mercredi à jeudi dans sa cellule du centre de détention de Caen, a-t-on appris samedi auprès de l’Observatoire international des prisons (OIP).

Selon l’OIP, le détenu est mort vendredi, après s’être pendu à l’aide du cordon électrique d’une télévision. Il venait d’apprendre que son « recours pour obtenir l’autorisation d’utiliser le prénom Nathalie avait été rejeté » et écrivait « une énième lettre pour demander une prise en charge médicale (une hormonothérapie pour un changement de sexe : NDLR) ».

« Personne ne lui répondait »

« Depuis plus d’un an, elle demandait des informations sur les structures médicales spécialisées dans la prise en charge des transsexuelles. Personne ne lui répondait au niveau du centre pénitentiaire », a ajouté l’OIP, dans un communiqué, en ajoutant que le détenu « a subi de nombreuses brimades : non prise en compte de sa transsexualité, refus réguliers de ses demandes de vêtements féminins, de produits spécifiques ».

L’administration pénitentiaire, a confirmé la pendaison du détenu sans vouloir commenter les raisons de son geste.
Ajouter un commentaire
Holy (vivant actuellement en/au EUROPE) publié par hétéro lecteurs Vers MADAGASCAR portrait de pays en réponse à cette histoire on 23/02/2012 tagged with familles lgbt +5
Lien
Bonjour, je suis malgache moi aussi, je suis désolée pour ce qui t'es arrivé, je crois que les Malgaches ne sont pas homophobes parce qu'on a jamais tuer ou emprisonné un homosexuel alors que les malgaches sont chrétiens ou musulmans. Le fait est que la plus part des homos qui osent s'afficher sont des prostitués et ça donne mauvaise image. Moi même,j'ai des amis gay et je les aime beaucoup !! Bon courage à toi!
Voir toute la discussion
gina (vivant actuellement en/au GABON) publié par lesbiennes lecteurs Vers MOROCCO portrait de pays en réponse à cette histoire on 19/12/2013 tagged with religion +5
Lien
AYA PREND COURAGE ET PRIE DIEU EST LE CHEMIN LA VERITE ET LA VIE PERSONNE N A LE DROIT DE TE JUGER A PART LE TOUT PUISSANT ALOR FAIT LE BON CHOIX
Voir toute la discussion
Audrey (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par gay lesbiennes bisexuels hétéro lecteurs Vers CAMEROON portrait de pays en réponse à cette histoire on 23/11/2011 +5
Lien
Bonsoir tout le monde!
Je suis camerounaise étudiante et j'ai 18 ans. Ca fait quelques deux semaines que j'ai découvert ce portail mais ce n'est qu'aujourd'hui que j'ai vu les posts. C'est grâce à ces derniers que je poste ce soir , je remerci donc tous ceux qui ont eu la bonté de nous faire part de leur vécu!
Pour ma part, j'ai très vite remarqué mon attirance pour les filles, déjà parce que je n'ai que des soeurs soit dit en passant très jolies et aussi parce que je trouvais leurs amies jolies et je n'ai jamais eu de honte à leur en faire part.
Je suis née dans un famille catholique "de générations en générations", il n'y a pas de protestants ou autre chez nous, juste un oncle devenu musulman.
Je suis moi même croyante mais je dirais que je suis un petit peu prématurée car très tôt j'avais déjà des penchants lesbiens, en effet j'étais "amoureuse" de ma meilleure amie, on passait nos journées(du moins quand nous étions seules) à se faire bisou sur bisou sans compter les calins mais rien de sexuel(un petit peu innocente et jeune pour ça). A son déménagement c'était un déchirement terrible pour moi car je ne perdais pas seulement mon amie mais aussi mon amante.
Par la suite, je suis passée à autre chose et j'ai fait comme tout le monde, le premier beguin, le premier bisou etc. En troisième mon seul amour masculin et moi avons rompu, sans mal ni rien, ça s'est fait en douceur et nous sommes toujours de très bons amis, je ne regrette pas mais après ça j'ai décidé de faire une pause garcons pour me consacrer à mes études.
C'est ainsi qu'on arrive au point déclencheur, lors d'une rencontre sportive, car je suis ou plutôt j'étais une sportive engagée, pendant mon année de 1ère, je tombe de plein pied dans le milieu lesbien de ma ville, je rencontre des filles qui aiment d'autres filles et qui se foutent de ce que pense le monde, fascination, immédiate, je me demande un seul truc: "Comment font elles?" je crois que cette question résume bien mon état d'esprit. J'étais troublée, elles assumaient ce que moi je refoulais, waou! On s'est très vite entendues, je les trouvais super sympa, je les enviais. J'ai eu mon probatoire dans ces conditions, toujours aussi perdue dans ma tête et personne à qui me confier. J'ai pensé à aller voir un prête ou un soeur de mon collège(confessionnel lol) voir de ma ville mais ma famille est assez connue alors j'ai fais une croix dessus.
La Tle, plus ou moins intéressante, je continue les rencontres sportives et me fais encore plus d'amies, je rencontre A( je peux pas citer son nom et encore moi son prénom, je ne lui ai jamais demandé--'). Elle est belleeee! hihi je vous assure elle est trop sexy, le genre de fille qui te parle et tu planes direct, je ne sais pas combien de fois j'ai écouté quand elle me parlait, je faisais une fixation sur ces lèvres et dans mon cerveau il y avait une voix qui disait "Embrasse là" mais je ne pouvais pas, j'avais trop peur du regard des gens, peur qu'elle ne soit pas à la hauteur ou au contraire que ce soit moi et j'ai fait la chose la plus conne de toute ma vie, je l'ai repoussé! Vous avez déjà vu une personne qui repousse son fantasme? Et ben moi oui, j'étais conne je sais, et je regrette surtout que je la vois plus et même je ne sais pas si c'est elle. Ah je vous ai pas dit? Elle a une jumelle! J'obtiens mon bac cette année là, je suis ce qu'on appelle une élève "modèle", le seul problème scolaire que je n'ai jamais eu c'est une consigne pour bavardage "abusif" lol.
On arrive à la fin, 1ere année d'université, je retrouve des amies de collège, ca aide, tout va bien jusqu'au jour où mes amies voient une lesbienne(amie à moi) rhoo les filles et le kongossa. Elles disent des conneries sur les lesbiennes et moi je pense "si vous saviez!" Des fois je ne comprend pas les gens qui critiquent comme s'ils savaient de quoi ils parlent, et le pire c'est ce que je n'ai pas encore rencontré quelqu'un qui maîtrise le sujet. J'ai pour habitude de démontrer aux gens qu'ils se trompent, j'aime pas les gens qui sont arrogants alors quand je rencontres des homophobes qui ont le malheur d'être arrogants je les rabaisse plus bas que terre, c'est involontaire ou si un peu mais c'est jouissif :D Mais bon passons, cette année là ma meilleure amie citée plus haut est de retour, on va dans la même université, elle est plus belle qu'avant je suis bluffée, je l'aime toujours autant, que faire, est ce qu'elle se souvient? Comment dois je réagir? ben si vous n'avez pas deviné c'est que vous ne me suivez pas, j'ai fait ce que je sais faire, fuir ou en d'autres termes l'éviter, et dans tous les sens du terme. Je suis pittoresque des fois mais vous vouliez que je fasse quoi?: salut C je ne sais pas si tu te souviens de quand nous étions petites, on s'embrassait tout le temps tu veux pas qu'on recommence? Je sais j'aime prendre les choses terre à terre.
Je passe ainsi en 2e année, les vacances plutôt bien, je fais la rencontre de ma chérie, je reste distante car je ne sais pas ce qu'elle attend de moi. Une des choses qui a facilité le fait que l'on soit ensemble est le fait que j'ai juré de ne plus me défiler. C'est ainsi que je passe mes vacances avec elle, tout va bien, on s'aime, on s'affiche pas beaucoup mais une fois dans un taxi c'était chaud ^^. Je stresse car elle est plus jeune, mineure, ca me gene elle dit que je ne dois pas penser à ca. Bref on vit un parfait idylle jusqu'à ce que le cours reprennent, je rentre chez moi/ ou je vis car on ne vit pas dans la meme ville. La suite c'est notre mariage, je cherche encore où lol mais c'est un petit problème. Ca fait 3 mois que nous sommes ensembles, je suis toujours autant amoureuse ma petite soeur est la seule personne de ma famille au courant et certains amis à ma chérie aussi.
Je ne comprend toujours pas ceux qui condamnent l'homosexualité et je n'ai plus honte de ce que je suis, bien que personne ne m'ait jamais demandé "tu es lesbienne?" Ca aurait facilité bien des choses. Je ne sais pas si je dirais un jour à mes parents, il n'ont qu'à deviner, mes grandes soeurs pareil. Voilà un bref résumé de ma vie/vécu.
Merci de m'avoir lu!
Voir toute la discussion
Lword25 (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par gay lesbiennes bisexuels lecteurs Vers CAMEROON portrait de pays on 08/12/2010 tagged with orientation sexuelle +5
Lien
Bonjour à tous.
Je suis une Jeune camerounaise de 25 ans et depuis ma découverte du portail d'ILGA hier, j'ai décidé de participer à toutes les activités. Aujourd'hui, j'aimerais partager avec vous mon expérience.
J'entends les gens, parfois même des éminents spécialistes dire que l'on ne naît pas homosexuel, on choisit de le devenir.
Jolie thèse même si pour ma part je pense que l'on ne choisit pas, c'est l'orientation qui nous suit, de la même manière que l'on boit de l'eau ou que l'on choisit de se vêtir.
J'ai grandi comme la plupart des jeunes de mon pays dans la joie et la gaieté, mon temps partagé entre l'école et les jeux. Etant de nature très instinctive, je faisais les choses sans me poser plus de questions que celà. C'est ainsi que mes premières relations sexuelles véritables, je les ai eu avec une fille. Et pas n'importe laquelle, MA COUSINE.
Durant l'année scolaire 95-96, je venais juste d'avoir mon CEPE, nous avons vécu une histoire passionnelle, facilitée par la proximité. Nous dormions en effet dans la même chambre.
Durant les 10 années qui ont suivi, j'ai relégué cette histoire aux oubliettes, essayant de vivre comme les autres jeunes filles, bien dans leur peau et bien dans leurs têtes. Mais j'ai toujours senti qu'il manquait quelque chose aux relations que je vivais avec des garçons, un quelque chose que j'ai retrouvé en 2009 dans les bras de Patience, mon premier véritable amour lesbien.
J'avais déjà vécu des histoires avec d'autres filles entre 2005 et cette année 2009 mais aucune ne ressemblait à celle là. Je l'avais amené à aimer les femmes mais surtout à m'aimer moi et nous vivions l'une dans le regard de l'autre, sans se préoccuper des autres mais en restant discrètes, l'homosexualité étant interdite dans mon pays.
Des histoires comme celles-là, on ne demande qu'à en vivre et j'en ai profité jusqu'au jour ou, elle de son côté m'a trompé avec un de ses anciens amants et que moi du mien, durant la même période je rencontre Laeticia, la femme de mes rêves, mon amour impossible.
Mais c'est durant mon Idylle avec patience que ma famille va véritablement s'interroger sur moi. Étant indépendante financièrement, j'avais aménagé avec Patience et c'est chez elle que mes frères et sœurs venaient lorsqu'ils voulaient me rendre visite.
Une de mes ex, jalouse du fait, non seulement que je l'ai abandonné mais qu'en plus je sois heureuse dans mon histoire, est allé raconté des vertes et des pas mûres à mon aînée. S'en est suivie une longue période de tensions et d'incompréhensions avec mes frères.
Mais j'ai campé sur mes positions parce que pour la première fois dans ma vie, je me sentais vrai, bien dans ma peau mais surtout en harmonie avec moi.
Il leur a fallu du temps pour comprendre et je crois qu'aujourd'hui, ils ont tous compris qu'être homosexuel n'est pas une tare, moins encore synonyme d'appartenance à un quelconque cercle ésotérique mais juste l'expression de son moi profond.
Même dans la rue aujourd'hui, je m'accepte tel que je suis et le regard que j'ai de moi sur moi incite le respect d'autrui et je crois qu'aujourd'hui, s'accepter tel que l'on est doit être le combat premier de toute personne Homosexuelle.
Ajouter un commentaire
aya publié par lecteurs Vers MADAGASCAR portrait de pays en réponse à cette histoire on 05/12/2013 +5
Lien
Moi aussi, je veux Ă  prix quitter mon pays. Je comprends tellement bien ce que tu ressens. Courage !
Voir toute la discussion
Eric Fopossi (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par gay lecteurs Vers CAMEROON portrait de pays on 10/01/2011 +5
Lien
e me permets d'intervenir sur cette question après avoir pris le temps de lire et de relire les interventions des uns et des autres.Le premier constat qui se dégage est l'ignorance caractérisée des intervenants.
Certains parlent de l'homosexualité comme de quelque chose venue d'ailleurs particulièrement de l'Occident,détrompez vous des études récentes ont prouvé que les rapports entres personnes de même sexe étaient courantes dans nos vielles traditions même au Cameroun.Vous gagnerez à lire les conclusions de telles recherches avant d'avancer vos arguments qui ne tiennent à rien.
Certains traitent les homos comme étant des personnes pas normales eh bien allez demander aux pygmées de l'Est Cameroun ce qu'ils pensent de vous, parce que chez eux à moins de vous faire raboter les tibias vous ne seriez non plus normaux c'est à dire pas comme la majorité ce qui n'a rien à voir avec pas bien ou pas bon"Pas normal" n'est pas un critère de valeur.
D'aucuns traitent les homos de contre-nature, et d'être un danger pour la race humaine ;eh bien citez moi un seul génocide causé par les homos et puis contre-nature au fond cela ne veut rien dire; dame-nature n'a qu'une seule loi: celle de la jungle ou les plus forts dominent les plus faibles ces derniers étant voués à être matés et rabaissés et ce la semble être l'idéal au Cameroun.Vous blâmez ceux qui sont harcelés et martyrisés et vous excusez ceux qui violent les lois et harcèlent.Voudriez- vous que la société s'invite dans vos lits pour commenter ce que vous y faites ?Comment vous le faites?Avec qui et dans quelle tenue? Arrêtez de grâce ;une égale prise en compte des vies privées:voilà ce que les homosexuels réclament, ils ne sont pas au stade de réclamer le mariage ou l'adoption, mais ils veulent juste que leurs frères et sœurs d'ici et d'ailleurs les laissent vivre paisiblement, que leurs droits soient reconnus comme tout autre camerounais et que cessent les vagues d'arrestations sous fond de dénonciation sans preuve tangible.Voilà - Eric Arnold
...
Ajouter un commentaire
(vivant actuellement en/au BURUNDI) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers BURUNDI portrait de pays on 07/02/2010 tagged with vih/sida & mst +5
Lien
bonjour a tous,nous avons organisee une campagne en comemoration des malades du VIH/SIDA dans notre pays vous ete invite a nous donner votre avis si vous vous participer aussi
Ajouter un commentaire
Paloma Negra (vivant actuellement en/au TUNISIA) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels lecteurs Vers TUNISIA portrait de pays on 31/01/2012 tagged with droits humains, orientation sexuelle, illégalité des relations d’homme à homme +5
Lien
Indépendant, sympathisant des idées progressistes.je suis activiste gay et militant dans le milieu associatif. C’est ce milieu qui était à Tunis parmi les premiers à porter les protestations sociales qui ont commencé un certain décembre 2011…
Pour parler du mouvement LGBT, et avoir une meilleure compréhension de la situation de la communauté en Tunisie, il faut souligner certains points :
• le contexte général de la société qui est une société naturellement conservatrice avec une homophobe que je dirai naturelle et banalisé;
• le contexte juridique répressif, le code 230 dit clairement que l’homosexualité n’est même pas interdite, elle est réprimée, toute personne susceptible d’avoir une activité homosexuelle risque une peine qui va de 6 mois à 3ans de prison ferme ;
• Le contexte religieux qui condamne l’homosexualité et la qualifie de péché, quoi que le texte coranique n’est pas aussi explicite.
Les médias n’étant toujours pas libérés, on ne voit encore pas l’esprit d’analyse et l’objectivité requise pour traiter de ce genre de sujet, est dans ce sens là que votre recherche de témoignages nous est importante, car notre mouvement n’est pas porté médiatiquement, ni à l’intérieur du pays, ni au niveau international (même si on veut garder un certain anonymat).
Depuis quelques années les LGBT avait une certaine marge de liberté, certains sont facilement repérables dans les rues et sur les terrasses des bars et cafés surtout ceux des grandes villes. Certains disent que ces dernier temps il y a de plus en plus de gays…moi personnellement je repends que les gays étaient toujours là mais maintenant ils sont plus visibles.
Le combat de la communauté gay et des LGBT en général est un combat de longue date. Ce qu’il faut noter c’est que ce qui a été fait n’est pas documenté. Un noyau dur de quelques activistes gay et lesbiennes c’est formé tout au long des années, ces activistes ont pris part à certaines activités organisées par les groupes LGBT internationaux et se sont inscrit dans le processus de la défense des droits humains. Certain sont des membres fondateurs du réseau LGBT maghrébin qui est un réseau qui rassemble des associations et groupes LGBT du Grand Maghreb.
Dans notre contexte socioculturel tunisien, la lutte est le lot quotidien des LGBT, car il faut lutter, dans la rue, à l’école, dans les milieux du travail, et dans la famille, pour être accepté et respecté. Ce combat n’est pas gagné d’avance. Surtout dans ces moments cruciaux et déterminants de l’histoire de notre Tunisie contemporaine. Cette étape de notre histoire est sensible car la tension populaire est palpable, le climat d’insécurité qui règne n’est pas très rassurant et on remarque la radicalisation de l’opinion publique d’une certaine tranche de la société tunisienne.
En pensant à tout cela j’ai toujours une image qui me hante et je me dis que c’est dans les cris et la douleur qu’une mère donne naissance à son enfant. Ainsi nous avançons vers une tunisie nouvelle, ouverte et plus tolérante où les LGBT seront considérés comme des citoyens à part entière.
Ajouter un commentaire
Paris F. publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers CAMEROON portrait de pays on 28/08/2012 tagged with droits humains, lois et dirigeants +5
Lien
Ce Pays ou tout est Contre verse et ou Nous les L.G.B.I.T
ONT NE PEUX PAS "Stay Cool"... ils ont une Journée carrément pour cvombattre les Gays genre une journée National de Lutte contre L'Homosexualité... Que dire que nous sommes une éspéce appart ou alors de petit Monstre qui déforme quoi?
Et QUAND LA CHARTE Universelles des droits de l'Homme a été signé dans ce Pays est ce qu'il ne savait pas que il existe UNE DECLARATION SUR LES DROITS SEXUELS: qui regie
1/l'égalité à la protectio
2/la Libre et active Contribution
3/le droit à la vie,à la liberté et à la Sécurité
4/le respect
5/le droit à l'Autonomie
6/L'autonmie,la libre expression et l'affirmation d'une Identité
il faudrait peutètre que nous degagion tous de ces pays HOMOPHOBES
Ajouter un commentaire
publié par transgenres lecteurs Vers TUNISIA portrait de pays en réponse à cette histoire on 07/01/2012 +5
Lien
slt ami je comprend tres bien ta soufrance j'aimerai bien te connaitre de plus pret en aurra une bonne discussion ecris moi stp :korichi73@yahoo.fr
Voir toute la discussion
Daniel (vivant actuellement en/au CANADA) publié par gay lecteurs Vers CAMEROON portrait de pays on 13/09/2012 tagged with droits humains, orientation sexuelle, mariage/unions civiles +4
Lien
De Yaoundai jusqu’à loin au devant de nous.
Un fort sentiment et donc plus que quelques constatations, me fait dire que nous sommes sur la bonne voie. Il y a des pays qui changent leur loi et pour lesquels je suis surpris d’observer la mouvance des opinions, comme par exemple sur le droit au mariage des personnes de même sexe en Argentine. Bien entendu, chacun a sa propre façon d’aborder le sujet comme en Slovénie où l’union civile est priorisée. Certains vous diront ‘le mariage pour tous’, d’autres iront de front pour reconnaître le droit au mariage gai, tout simplement. C’est selon…
Mais quoi qu’il en soit et quelle que soit la dureté ou l’âpreté des batailles, qu’il s’agisse de nos décideurs ou de nos frères et de nos sœurs, une chose perdure à travers les différents discours de la droite ou de la gauche, les mentalités changent. Et nous pouvons prédire que dans certains pays, dits conservateurs comme ceux de l’Europe de l’est par exemple, les changements finiront par advenir, là aussi. Les deux sœurs, la France et l’Italie en viendront également à donner l’exemple.
La raison principale en est l’évolution normale des choses. Il est fou de penser que le changement des mentalités face à l’homosexualité d’abord, et ensuite vis-à-vis de ses aboutissants comme le mariage et l’adoption, n’a été possible que parce qu’amené dans des pays propices à ces changements. Comment croire que l’Espagne ait pu être du peloton de tête des pays ouverts au droit des mariages entre personnes du même sexe et non la France ? Comment comprendre qu’un pays si catholique ait pu se libérer aussi facilement de ses dogmes ? Chaque année, à l’arrivée de l’été, on revoit les mêmes scénarios : à Belgrade, à Rome ou à Vilnius, les associations gays sortent et marchent, quoiqu’il arrive. En Russie, la Gay Pride ne s’est tenue à Moscou que cinq minutes… Crions Victoire ! Il est vrai que c’en est une. Il a fallu courir ! Cinq minutes de visibilité alors que l’homosexualité n’a pas droit de cité à Saint-Pétersbourg, autre grande ville du pays, c’est la lumière qui s’annonce et l’obscurantisme qui reculera.
Cependant, nous n’en sommes encore qu’à la catégorisation. Ce que nous voulons, c’est autre chose. Nous demandons la même existence que tous, nous demandons la normalisation. Plus d’homosexuels et d’hétérosexuels. Nous ne voulons qu’être des Hommes parmi les Hommes. J’ai confiance que le train qui est en marche ne s’arrêtera pas de sitôt. La seule gare, notre seule destination possible est la reconnaissance de notre humanité, toute différence confondue. Puisque mon père, ma tante, mon beau-frère, mes amis m’aiment, apprenons donc à rester unis, comme des Hommes ‘poignés’ que nous sommes à vivre ensemble sur une même planète. Que ce grand Cercle des Hommes, duquel toute personne mise à l’index a pour effet d’affaiblir ce Cercle, nous oblige à la solidarité universelle. Les Hommes devront apprendre à se respecter et à s’aimer. Voilà le défi. Quelqu’un a dit : I have a dream ! De par le monde, plein de gens ont ce rêve-ci, les africains aussi. Saches Yaoundé, Cameroun, tu es de ce rêve comme l’Afrique toute entière.
Daniel Valiquette,
Montréal, Québec
Ajouter un commentaire
gnawiya (vivant actuellement en/au FRANCE) publié par lesbiennes lecteurs Vers ALGERIA portrait de pays on 07/10/2010 +4
Lien
Bravo pour l'initiative, rompre le silence est très courageux, merci
Ajouter un commentaire
nidhal (vivant actuellement en/au TUNISIA) publié par gay lecteurs Vers TUNISIA portrait de pays on 08/03/2011 tagged with orientation sexuelle +4
Lien
Bonjour
en fait je suis un jeune gay tunisien. je veux écrire pour parler un peu de mon histoire. je suis né gay en tunisie. je suis tres éfféminé et maniéré. je me sens une femme dans mon âme et dans mon comportement. j'ai été refusé par la société depuis mon enfance. toute mon enfance et mon adolescence n'était que souffrance. mon pere m'a mis à la porte ça fait plus de quatre ans. heureusement que j'ai trouvé un travail dans un call center et ça m'a permi de vivre. le problem c'est que la souffrance continue. je suis obligé de me camoufler dans la rue et à l'extérieur. je suis toujours menacé par les homophobes. j'ai déposé beaucoup de demande d'asiles dans quelques ambassades mais on refuse toujours ma demande. vraiment je me sens dans l'enfer. je veux vivre, je veux aimer et je veux la paix. j'aimerais que quelqun m'aide pour émigrer car j'ai pas les moyens necessaires. si qq veut m'aider il ya mon compte facebook : nidhal soltana ou mon adresse email : ninogay@mail.be
merci
Ajouter un commentaire
nadia (vivant actuellement en/au ALGERIA) publié par lesbiennes lecteurs Vers ALGERIA portrait de pays en réponse à cette histoire on 14/03/2013 tagged with illégalité des relations de femme à femme +4
Lien
ont est tous ensemble moi aussi je rencontre des problemme prq je lesbienne c dificile de vivre en pais
Voir toute la discussion
wesley (vivant actuellement en/au MAURITIUS) publié par gay lecteurs Vers MAURITIUS portrait de pays on 08/04/2011 tagged with illégalité des relations d’homme à homme +3
Lien
bonjour, moi je vien de ile maurice je peut vous dire combien cas est arriver la bas que leur propre parent tuer leur enfant, meme les policier ne montre pas les corperatif mes les choese que je comprend pas pour quoi le gouvernement ne laisse pas publier sur internet pour sa je trouve que c'est pas just.
merci
wesley
Ajouter un commentaire
Bookmark and Share