Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / World / Histoires vécues
chargement de la carte…
Cette section vous est consacrée ! Prenez s’il vous plaît quelques instants pour raconter aux visiteurs du site de l’ILGA la réalité de la vie LGBTI dans votre pays. Proposez-nous votre histoire personnelle et partagez vos expériences ! Vous n’avez pas besoin d’être enregistré-e sur ce site, et votre histoire sera complètement anonyme.

HISTOIRES VÉCUES
Publier un nouveau témoignage dans cette section

Témoignages d’internautes

Voila ce que disent les gens sur la vie pour les LGBTI en/au WORLD...
Trier par: [Le plus récent] [Le plus populaire]

Sur cette page: commentaires 1-50

Assaad Idrissi (vivant actuellement en/au BELGIUM) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers EGYPT portrait de pays on 07/04/2014 +0
Lien
Egypte : quatre hommes en prison pour homosexualité (07/04/2014)
Quatre hommes ont écopé de trois à huit ans de prison pour avoir organisé une "fête déviante" et pratiqué la "débauche" alors que la loi égyptienne n'interdit pas formellement l'homosexualité.

Trois Égyptiens ont été condamnés lundi 7 avril au Caire à huit années de prison pour homosexualité, tandis qu'un quatrième a écopé de trois ans ferme. Les quatre accusés, en détention préventive, ont été condamnés pour avoir organisé une "fête déviante" et pratiqué la "débauche" car la loi égyptienne n'interdit pas formellement l'homosexualité.
Le Parquet les accusait toutefois de "pratiques homosexuelles", assurant que l'un d'eux louait un appartement dans le faubourg de Nasr City au Caire, dans lequel des hommes se retrouvaient et s'habillaient en femmes. En Egypte, où l'homosexualité, souvent tue, est condamnée comme une "déviance" par l'islam comme par l'Eglise copte, la communauté gay reste discrète et les rencontres se font généralement sur les réseaux sociaux. En juin, un sondage réalisé par le centre de recherches américain Pew révélait que seuls 3% des Égyptiens estimaient que "la société devait accepter l'homosexualité".
Ces dernières années, plusieurs affaires ont défrayé la chronique dans le plus peuplé des pays arabes où les défenseurs des droits de l'Homme dénoncent des tests médicaux pratiqués pour déterminer si un accusé est homosexuel ou non.
La plus retentissante a eu lieu en 2001 lorsque 52 présumés homosexuels ont été arrêtés à bord d'un bateau-discothèque amarré au Caire, et 23 condamnés à des peines allant d'une à cinq années de prison, notamment pour "débauche".
Ajouter un commentaire
publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs on 31/03/2014 +5
Lien


objet : demande de l'asile sexuelle


.j'ai l'honneur de vous demander de m'accorder une occasion de l'asile sexuelle
a vous connaissance que je suis jeune marocain 27 ans et je suis homo sexuel ça fait longtemps
qu'on vous saviez que dans mon pays si interdit d’être homo et de vivre ta vie en tout liberté a cause de la religion de ce pays
moi je suis d'une famille très conservatrice et qui accepte et qui comprenne pas l'homo sexuelle
je veux bien que vous comprenez ma statut et vous m'aider pour vivre la vie en tout liberté et évite les harcèlement et de la persécution
en attend de votre favorable repense agrée d'accepter mes salutations
merci
Ajouter un commentaire
gina (vivant actuellement en/au GABON) publié par lesbiennes lecteurs Vers MOROCCO portrait de pays en réponse à cette histoire on 19/12/2013 tagged with religion +5
Lien
AYA PREND COURAGE ET PRIE DIEU EST LE CHEMIN LA VERITE ET LA VIE PERSONNE N A LE DROIT DE TE JUGER A PART LE TOUT PUISSANT ALOR FAIT LE BON CHOIX
Voir toute la discussion
Aya (vivant actuellement en/au MOROCCO) publié par lesbiennes lecteurs Vers MOROCCO portrait de pays on 05/12/2013 +10
Lien
Je l'aime plus que tout, elle représente toute ma vie. Je ne m'imagine pas une seconde une existence sans son amour. C'est elle, qui par son infinie tendresse, sa présence protectrice, son éternel sourire flamboyant, et son amour inconditionnel et pure m'a fait sortir de l'enfer de la dépression qui m’enchaînait depuis deux ans. Nous savions pertinemment que notre amour ne pouvait être accepté dans notre pays musulman, c'est pourquoi nous avions toujours pris soin de le cacher à nos parents. Mais le destin a voulu que les miens le découvrent... Depuis ma vie est un cauchemar, ils m'ont d'abord fait changer de ville pour m'éloigner d'elle. Je suis retombée dans la dépression et j'ai été hospitalisée dans une clinique psychiatrique pendant un mois. Ma psychologue a alors essayé de convaincre mes parents d'apprendre à vivre avec l'idée que leur fille est lesbienne et que son bonheur est auprès de cette fille qu'elle aime. Ils ont alors fait semblant d'être de mon côté et m'ont "permis" de la voir après que je passe mon bac. Elle, de son côté, a passé sa soutenance et a mis de l'argent de côté pour venir me voir dans ma nouvelle ville. Le jour-j, alors que sa valise était prête et que plus que trois heures de train nous séparait, elle m'a appelée affolée... Du commissariat !!! Les flics avait débarqué chez elle tout en injures comme si elle était une vulgaire criminelle. Mes parents m'avait trahie. Ils avaient levé un procès contre elle, car en effet au Maroc, l'homosexualité est punie de 6 mois à 3 ans. Ils sont allés loin en mettant mon téléphone sous écoute et en allant chercher des photos de nous deux sur facebook. Heureusement, l'avocat de ma petite amie l'a sauvée et elle s'en est sortie avec un "simple" avertissement : cette dernière ne devant plus me recontacter de quelque façon soit-elle. Depuis, je suis contrainte à vivre avec l'horrible sentiment d'être un danger pour la personne la plus chère à mes yeux dans tout l'univers... Et depuis, j'ai deux cartes sim sur mon téléphone, une officielle pour parler à la famille et principalement à ma mère qui habite toujours ma ville natale parce qu'elle y travaille (mon père est retraitée). Parce que, oui, elle a préféré vivre loin de sa fille que de laisser cette dernière commettre "l'horrible pécher" d'aimer une personne du même sexe. Mais seul Dieu sait à quel point nos sentiments sont pures et intenses! Et depuis, ma vie se résume à skype. Voilà, en gros, je vous épargne les détails de mon viol qui a surgit la même année et que le fait que le monstre qui m'a violée (et que l'on connaissait) est toujours libre, nous épie, et n'a pas manqué d'appeler ma mère en numéro masqué pour lui dire que mon ange s’apprêtait à venir me voir il y a un mois de cela. Je n'en peux plus de cette situation, elle souffre, je le vois derrière ses sourires angéliques, elle me manque tant ... Mais si personne ne peut nous aider, nous continuerons quand même à souffrir et à s'aimer en secret et à distance malgré le monde entier.
Ajouter un commentaire
dadi (vivant actuellement en/au GERMANY) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels lecteurs Vers PHILIPPINES portrait de pays en réponse à cette histoire on 18/11/2013
Lien
bonjour as tous,je suis de nationaliter camerounaise et jai des problems tres serieus,je suis bisexuelle,jai quitter mon pays dorigine parceque jai ete persecuter par mon statu bisexuelle et je me suis aventurer en bulgarie ou jai demander l asile mais il mon rejetter,et jai ete frapper pas la population bulgare tout simplement parcequil mon apercu entrain de faire les ambrassement avec mon copain ki es aussi africain,jai dont decider de kitter la bulgarie pour l allemagne et je suis actuellement as berlin et jai tres peur de demander encore l asile ,parceque je suis dublin et il risqueron de me renvoyer en bulgarie,jai vraiment besoin d aide pardon.merci
Voir toute la discussion
(vivant actuellement en/au MOROCCO) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers MOROCCO portrait de pays on 20/08/2013
Lien
Hello
This is possible only letters but a very deep sense
I looked for your association on the Internet and decided to communicate with you and I hope you help me
My problem and my life miserable large
There is no air pulse is not as if I were dead but the only difference from the real dead I breathe
Do not Live and the reason I'm a homosexual
Ruthless in community work in the street total does not hold you man
I just want to be free I feel that freedom and fear fades
Please help me
I'm thinking about suicide many times but this will be the last solution you are now the light of hope remaining .i feel so lonly.please help me and give a new life.
Ajouter un commentaire
publié par lesbiennes lecteurs Vers SENEGAL portrait de pays on 24/06/2013
Lien
S'il ya des lesbiennes a Dakar contactez moi ! bb-cd@hotmail.fr
S'il yen a qui veulent s'amuser a faire des canulars ou des gens qui cherchent uniquement du cul, tracez votre route, ne me contactez pas on perdra du temps tout les temps, Êperagnez moi ça :)
Ajouter un commentaire
nadia (vivant actuellement en/au ALGERIA) publié par lesbiennes lecteurs Vers ALGERIA portrait de pays en réponse à cette histoire on 14/03/2013 tagged with illégalité des relations de femme à femme +4
Lien
ont est tous ensemble moi aussi je rencontre des problemme prq je lesbienne c dificile de vivre en pais
Voir toute la discussion
Paris F. publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers CAMEROON portrait de pays on 28/08/2012 tagged with droits humains, lois et dirigeants +5
Lien
Ce Pays ou tout est Contre verse et ou Nous les L.G.B.I.T
ONT NE PEUX PAS "Stay Cool"... ils ont une Journée carrément pour cvombattre les Gays genre une journée National de Lutte contre L'Homosexualité... Que dire que nous sommes une éspéce appart ou alors de petit Monstre qui déforme quoi?
Et QUAND LA CHARTE Universelles des droits de l'Homme a été signé dans ce Pays est ce qu'il ne savait pas que il existe UNE DECLARATION SUR LES DROITS SEXUELS: qui regie
1/l'égalité à la protectio
2/la Libre et active Contribution
3/le droit à la vie,à la liberté et à la Sécurité
4/le respect
5/le droit à l'Autonomie
6/L'autonmie,la libre expression et l'affirmation d'une Identité
il faudrait peutètre que nous degagion tous de ces pays HOMOPHOBES
Ajouter un commentaire
Kitty (vivant actuellement en/au ALGERIA) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers ALGERIA portrait de pays en réponse à cette histoire on 08/08/2012
Lien
Bonsoir,
Je suis membre de l'association Abu Nawas AlgĂŠrie.
Est ce que tu peux me contacter sur ce mail : contact@abunawasdz.org
On pourra alors en discuter plus tranquillement. Sache juste que tu n'es pas seul-e.
Voir toute la discussion
nefertiti (vivant actuellement en/au SENEGAL) publié par lesbiennes lecteurs Vers SENEGAL portrait de pays on 04/07/2012 +5
Lien
les lesbiennes au senegal n ont aucune libertĂŠ de mener bien leur vie elles sont victimes de menaces de tortures de tout
Ajouter un commentaire
Lien
Bonjour Monsieur et Dames
l’habitude d’attiré en nous une attitude expectative montre ce que nous pouvons et avons en nous,qui ose gagne la victoire du respect des droits des Homos et autres ne viendra à nous que si nous allons la cherche. je me Prénommé Raymond, jeune camerounais éprit de paix et de respect. ce que je tiens à rappeler aux intéresse ce que il n’y a pas de parfaite justice sans une bonne réclamation permanente en non temporaire c'est ensemble en contestation et en réunion d'urgence au sein des organisation crédible que nous arriverons à obtenir la dépénalisation sur l'Homosexualité dans un cadre de respect et de partage d'idée maintenant que j'ai lancez le défi d'union nationale autour de la question allons dans de bonne base mon frère et sœur unisson nous et créons des cadres de lutte.

Et aussi en passant je demande personnellement à mes amis gay et autres, un peu de responsabilité et de sérieux dans une relation amoureuse et non ce que je peine à constante entres autres : Mensonge; Infidélités la alors c'est grave; et pour fini comportement indigne de certain gays, brefs un peu de sérieux dans la relation SVP.
Voir toute la discussion
Safe Haven (vivant actuellement en/au BURUNDI) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels lecteurs on 28/05/2012 tagged with crime de haine et violence, droits humains, orientation sexuelle, mariage/unions civiles
Lien
"Le Burundi a pris un pas en arrière en légalisant la discrimination décevante. Le gouvernement s'est rabattu sur «coutume» et la «culture» pour justifier cette étape répressive -, mais il ne peut y avoir aucune justification pour le décapage certains burundais de leurs droits fondamentaux"

C'est honteux pour un pays qui se dit " pays de droit ". Un peuplee,une nation, une constitution et l'equalite de droitsenvers son peuple.
Ajouter un commentaire
Paloma Negra (vivant actuellement en/au TUNISIA) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels lecteurs Vers TUNISIA portrait de pays on 31/01/2012 tagged with droits humains, orientation sexuelle, illégalité des relations d’homme à homme +5
Lien
Indépendant, sympathisant des idées progressistes.je suis activiste gay et militant dans le milieu associatif. C’est ce milieu qui était à Tunis parmi les premiers à porter les protestations sociales qui ont commencé un certain décembre 2011…
Pour parler du mouvement LGBT, et avoir une meilleure compréhension de la situation de la communauté en Tunisie, il faut souligner certains points :
• le contexte général de la société qui est une société naturellement conservatrice avec une homophobe que je dirai naturelle et banalisé;
• le contexte juridique répressif, le code 230 dit clairement que l’homosexualité n’est même pas interdite, elle est réprimée, toute personne susceptible d’avoir une activité homosexuelle risque une peine qui va de 6 mois à 3ans de prison ferme ;
• Le contexte religieux qui condamne l’homosexualité et la qualifie de péché, quoi que le texte coranique n’est pas aussi explicite.
Les médias n’étant toujours pas libérés, on ne voit encore pas l’esprit d’analyse et l’objectivité requise pour traiter de ce genre de sujet, est dans ce sens là que votre recherche de témoignages nous est importante, car notre mouvement n’est pas porté médiatiquement, ni à l’intérieur du pays, ni au niveau international (même si on veut garder un certain anonymat).
Depuis quelques années les LGBT avait une certaine marge de liberté, certains sont facilement repérables dans les rues et sur les terrasses des bars et cafés surtout ceux des grandes villes. Certains disent que ces dernier temps il y a de plus en plus de gays…moi personnellement je repends que les gays étaient toujours là mais maintenant ils sont plus visibles.
Le combat de la communauté gay et des LGBT en général est un combat de longue date. Ce qu’il faut noter c’est que ce qui a été fait n’est pas documenté. Un noyau dur de quelques activistes gay et lesbiennes c’est formé tout au long des années, ces activistes ont pris part à certaines activités organisées par les groupes LGBT internationaux et se sont inscrit dans le processus de la défense des droits humains. Certain sont des membres fondateurs du réseau LGBT maghrébin qui est un réseau qui rassemble des associations et groupes LGBT du Grand Maghreb.
Dans notre contexte socioculturel tunisien, la lutte est le lot quotidien des LGBT, car il faut lutter, dans la rue, à l’école, dans les milieux du travail, et dans la famille, pour être accepté et respecté. Ce combat n’est pas gagné d’avance. Surtout dans ces moments cruciaux et déterminants de l’histoire de notre Tunisie contemporaine. Cette étape de notre histoire est sensible car la tension populaire est palpable, le climat d’insécurité qui règne n’est pas très rassurant et on remarque la radicalisation de l’opinion publique d’une certaine tranche de la société tunisienne.
En pensant à tout cela j’ai toujours une image qui me hante et je me dis que c’est dans les cris et la douleur qu’une mère donne naissance à son enfant. Ainsi nous avançons vers une tunisie nouvelle, ouverte et plus tolérante où les LGBT seront considérés comme des citoyens à part entière.
Ajouter un commentaire
Robert LaramĂŠe (vivant actuellement en/au CANADA) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels lecteurs Vers CANADA portrait de pays on 27/01/2012 tagged with droits humains
Lien

Une nouvelle identification visuelle, un appel au geste, une tulipe pour le 17 mai!.
par Gai Écoute - Fondation Émergence, jeudi 26 janvier 2012, 10:00
.
10e anniversaire de la Journée internationale contre l’homophobie —17 mai
La Fondation Émergence souligne l’événement en lançant une nouvelle identification visuelle pour la Journée internationale contre l’homophobie

Montréal, le 26 janvier 2012 — L’année 2012 sera l’occasion de souligner le 10e anniversaire des campagnes annuelles de la Journée internationale contre l’homophobie du 17 mai. La Fondation Émergence profite de cet événement pour lancer une nouvelle identification visuelle des campagnes annuelles de lutte contre l’homophobie. Ainsi, un logo de couleur violette a été dévoilé.

Il est composé de la lettre grecque lambda et d’une tulipe de forme stylisée. (Logo disponible sur le site www.homophobie.org)

La couleur violette Le violet est l’une des six couleurs du drapeau arc-en-ciel adopté par les communautés lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LGBT) à travers le monde. Cette couleur est celle de l’espoir, rappelant que les personnes LGBT aspirent un jour à avoir une pleine égalité et surtout, avoir un monde sans homophobie et sans transphobie. Progressivement, cette couleur s’est imposée comme étant celle de la lutte contre l’homophobie. De même, le mauve, couleur apparentée, est souvent retenu comme couleur symbolique de la lutte contre l’homophobie.

La lettre lambda (λ) La lettre lambda est tirée de l’alphabet grec. En lettre minuscule, elle ressemble à un y inversé. Depuis les années 70, le lambda est devenu un symbole visuel associé aux luttes homosexuelles. Ce choix repose sur l’histoire antique voulant que de redoutables soldats grecs, affichant la lettre lambda sur leurs boucliers, avaient des attirances homosexuelles.

La tulipe La tulipe fleurit annuellement dans presque tous les pays du monde. Abondante, elle est offerte dans de multiples occasions. On lui prête des vertus affectives, dont la représentation de l’amour.

Le 17 mai, offrez des tulipes violettes! « La Fondation Émergence lance l’idée d’offrir des tulipes violettes à l’occasion de la Journée internationale contre l’homophobie, donnant ainsi naissance à ce qui pourrait devenir une tradition », de dire Robert Laramée, directeur général de la Fondation Émergence.
www.fondationemergence.org
Ajouter un commentaire
Audrey (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par gay lesbiennes bisexuels hétéro lecteurs Vers CAMEROON portrait de pays en réponse à cette histoire on 23/11/2011 +5
Lien
Bonsoir tout le monde!
Je suis camerounaise étudiante et j'ai 18 ans. Ca fait quelques deux semaines que j'ai découvert ce portail mais ce n'est qu'aujourd'hui que j'ai vu les posts. C'est grâce à ces derniers que je poste ce soir , je remerci donc tous ceux qui ont eu la bonté de nous faire part de leur vécu!
Pour ma part, j'ai très vite remarqué mon attirance pour les filles, déjà parce que je n'ai que des soeurs soit dit en passant très jolies et aussi parce que je trouvais leurs amies jolies et je n'ai jamais eu de honte à leur en faire part.
Je suis née dans un famille catholique "de générations en générations", il n'y a pas de protestants ou autre chez nous, juste un oncle devenu musulman.
Je suis moi même croyante mais je dirais que je suis un petit peu prématurée car très tôt j'avais déjà des penchants lesbiens, en effet j'étais "amoureuse" de ma meilleure amie, on passait nos journées(du moins quand nous étions seules) à se faire bisou sur bisou sans compter les calins mais rien de sexuel(un petit peu innocente et jeune pour ça). A son déménagement c'était un déchirement terrible pour moi car je ne perdais pas seulement mon amie mais aussi mon amante.
Par la suite, je suis passée à autre chose et j'ai fait comme tout le monde, le premier beguin, le premier bisou etc. En troisième mon seul amour masculin et moi avons rompu, sans mal ni rien, ça s'est fait en douceur et nous sommes toujours de très bons amis, je ne regrette pas mais après ça j'ai décidé de faire une pause garcons pour me consacrer à mes études.
C'est ainsi qu'on arrive au point déclencheur, lors d'une rencontre sportive, car je suis ou plutôt j'étais une sportive engagée, pendant mon année de 1ère, je tombe de plein pied dans le milieu lesbien de ma ville, je rencontre des filles qui aiment d'autres filles et qui se foutent de ce que pense le monde, fascination, immédiate, je me demande un seul truc: "Comment font elles?" je crois que cette question résume bien mon état d'esprit. J'étais troublée, elles assumaient ce que moi je refoulais, waou! On s'est très vite entendues, je les trouvais super sympa, je les enviais. J'ai eu mon probatoire dans ces conditions, toujours aussi perdue dans ma tête et personne à qui me confier. J'ai pensé à aller voir un prête ou un soeur de mon collège(confessionnel lol) voir de ma ville mais ma famille est assez connue alors j'ai fais une croix dessus.
La Tle, plus ou moins intéressante, je continue les rencontres sportives et me fais encore plus d'amies, je rencontre A( je peux pas citer son nom et encore moi son prénom, je ne lui ai jamais demandé--'). Elle est belleeee! hihi je vous assure elle est trop sexy, le genre de fille qui te parle et tu planes direct, je ne sais pas combien de fois j'ai écouté quand elle me parlait, je faisais une fixation sur ces lèvres et dans mon cerveau il y avait une voix qui disait "Embrasse là" mais je ne pouvais pas, j'avais trop peur du regard des gens, peur qu'elle ne soit pas à la hauteur ou au contraire que ce soit moi et j'ai fait la chose la plus conne de toute ma vie, je l'ai repoussé! Vous avez déjà vu une personne qui repousse son fantasme? Et ben moi oui, j'étais conne je sais, et je regrette surtout que je la vois plus et même je ne sais pas si c'est elle. Ah je vous ai pas dit? Elle a une jumelle! J'obtiens mon bac cette année là, je suis ce qu'on appelle une élève "modèle", le seul problème scolaire que je n'ai jamais eu c'est une consigne pour bavardage "abusif" lol.
On arrive à la fin, 1ere année d'université, je retrouve des amies de collège, ca aide, tout va bien jusqu'au jour où mes amies voient une lesbienne(amie à moi) rhoo les filles et le kongossa. Elles disent des conneries sur les lesbiennes et moi je pense "si vous saviez!" Des fois je ne comprend pas les gens qui critiquent comme s'ils savaient de quoi ils parlent, et le pire c'est ce que je n'ai pas encore rencontré quelqu'un qui maîtrise le sujet. J'ai pour habitude de démontrer aux gens qu'ils se trompent, j'aime pas les gens qui sont arrogants alors quand je rencontres des homophobes qui ont le malheur d'être arrogants je les rabaisse plus bas que terre, c'est involontaire ou si un peu mais c'est jouissif :D Mais bon passons, cette année là ma meilleure amie citée plus haut est de retour, on va dans la même université, elle est plus belle qu'avant je suis bluffée, je l'aime toujours autant, que faire, est ce qu'elle se souvient? Comment dois je réagir? ben si vous n'avez pas deviné c'est que vous ne me suivez pas, j'ai fait ce que je sais faire, fuir ou en d'autres termes l'éviter, et dans tous les sens du terme. Je suis pittoresque des fois mais vous vouliez que je fasse quoi?: salut C je ne sais pas si tu te souviens de quand nous étions petites, on s'embrassait tout le temps tu veux pas qu'on recommence? Je sais j'aime prendre les choses terre à terre.
Je passe ainsi en 2e année, les vacances plutôt bien, je fais la rencontre de ma chérie, je reste distante car je ne sais pas ce qu'elle attend de moi. Une des choses qui a facilité le fait que l'on soit ensemble est le fait que j'ai juré de ne plus me défiler. C'est ainsi que je passe mes vacances avec elle, tout va bien, on s'aime, on s'affiche pas beaucoup mais une fois dans un taxi c'était chaud ^^. Je stresse car elle est plus jeune, mineure, ca me gene elle dit que je ne dois pas penser à ca. Bref on vit un parfait idylle jusqu'à ce que le cours reprennent, je rentre chez moi/ ou je vis car on ne vit pas dans la meme ville. La suite c'est notre mariage, je cherche encore où lol mais c'est un petit problème. Ca fait 3 mois que nous sommes ensembles, je suis toujours autant amoureuse ma petite soeur est la seule personne de ma famille au courant et certains amis à ma chérie aussi.
Je ne comprend toujours pas ceux qui condamnent l'homosexualité et je n'ai plus honte de ce que je suis, bien que personne ne m'ait jamais demandé "tu es lesbienne?" Ca aurait facilité bien des choses. Je ne sais pas si je dirais un jour à mes parents, il n'ont qu'à deviner, mes grandes soeurs pareil. Voilà un bref résumé de ma vie/vécu.
Merci de m'avoir lu!
Voir toute la discussion
lucas (vivant actuellement en/au FRANCE) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers MADAGASCAR portrait de pays on 11/10/2011 tagged with crime de haine et violence, droits humains, orientation sexuelle, religion, illégalité des relations d’homme à homme +10
Lien
Bonjour à tous,

je suis de nationalité Malgache et je suis gay,c'est une sorte de surprise pour moi que je ne vois aucun article à propose de l homophobie dans mon pays qui existe réellement comme les insultes,les moqueries,les viols parce que pour les gens nous ne sommes que des obsédés sexuel qui n'avons pas de valeur.Notre loi ne nous protège même pas car dès que les policiers entendent votre voix un peu efféminés ils rigolent et essayent de vous imiter.Mon pays est encore loin d'accepter l'homosexualité parce que pour la population c'est un tabou,la honte sauf si ils ont envie de rigoler de voir des humoristes qui imitent la façon naturel des gays.
Dans ma vie j ai été déjà violé,les insultes qui n arrêtent pas dès que je sors de la maison"pelaka,pd,sarimbavy"
Ajouter un commentaire
Zitouni (vivant actuellement en/au MOROCCO) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers MOROCCO portrait de pays on 24/07/2011
Lien
http://unmilliondesignatureslgbtmaroc.bloguez.com/
compagne d'un million de signatures pour changer la lĂŠgislation et rĂŠclamer nos de droit LGBT au Maroc
Ajouter un commentaire
jeanne (vivant actuellement en/au FRANCE) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers FRANCE portrait de pays en réponse à cette histoire on 27/01/2011 tagged with intersexuels
Lien
Je suis d'accord avec Sylvaine, on ne nait pas lesbienne ni gay ni bi ni trans. On ressent cette état au fur et à mesure de la vie. Mais ce n'est pas quelque chose qui est inscrit dans chacune des cellules du corps. Un test de génétique chez une lesbienne ne va pas faire apparaitre une defaillance en proteine sur un marqueur du chromosome 23. Génétiquement tout est normal. Par contre chez nous les intersexués, dans les analyses génétiques apparait cette defaillance proteinique, et une non concordance entre le phénotype et le caryotype.
Alors, je ne vois pas comment LGBT peut se permettre d'englober les Intersexes, nous ne sommes pas dans la même problématique. Loin s'en faut, et je vous interdis de parler au nom des Intersexes
Voir toute la discussion
Lword25 (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par gay lesbiennes bisexuels lecteurs Vers CAMEROON portrait de pays on 08/12/2010 tagged with orientation sexuelle +5
Lien
Bonjour à tous.
Je suis une Jeune camerounaise de 25 ans et depuis ma découverte du portail d'ILGA hier, j'ai décidé de participer à toutes les activités. Aujourd'hui, j'aimerais partager avec vous mon expérience.
J'entends les gens, parfois même des éminents spécialistes dire que l'on ne naît pas homosexuel, on choisit de le devenir.
Jolie thèse même si pour ma part je pense que l'on ne choisit pas, c'est l'orientation qui nous suit, de la même manière que l'on boit de l'eau ou que l'on choisit de se vêtir.
J'ai grandi comme la plupart des jeunes de mon pays dans la joie et la gaieté, mon temps partagé entre l'école et les jeux. Etant de nature très instinctive, je faisais les choses sans me poser plus de questions que celà. C'est ainsi que mes premières relations sexuelles véritables, je les ai eu avec une fille. Et pas n'importe laquelle, MA COUSINE.
Durant l'année scolaire 95-96, je venais juste d'avoir mon CEPE, nous avons vécu une histoire passionnelle, facilitée par la proximité. Nous dormions en effet dans la même chambre.
Durant les 10 années qui ont suivi, j'ai relégué cette histoire aux oubliettes, essayant de vivre comme les autres jeunes filles, bien dans leur peau et bien dans leurs têtes. Mais j'ai toujours senti qu'il manquait quelque chose aux relations que je vivais avec des garçons, un quelque chose que j'ai retrouvé en 2009 dans les bras de Patience, mon premier véritable amour lesbien.
J'avais déjà vécu des histoires avec d'autres filles entre 2005 et cette année 2009 mais aucune ne ressemblait à celle là. Je l'avais amené à aimer les femmes mais surtout à m'aimer moi et nous vivions l'une dans le regard de l'autre, sans se préoccuper des autres mais en restant discrètes, l'homosexualité étant interdite dans mon pays.
Des histoires comme celles-là, on ne demande qu'à en vivre et j'en ai profité jusqu'au jour ou, elle de son côté m'a trompé avec un de ses anciens amants et que moi du mien, durant la même période je rencontre Laeticia, la femme de mes rêves, mon amour impossible.
Mais c'est durant mon Idylle avec patience que ma famille va véritablement s'interroger sur moi. Étant indépendante financièrement, j'avais aménagé avec Patience et c'est chez elle que mes frères et sœurs venaient lorsqu'ils voulaient me rendre visite.
Une de mes ex, jalouse du fait, non seulement que je l'ai abandonné mais qu'en plus je sois heureuse dans mon histoire, est allé raconté des vertes et des pas mûres à mon aînée. S'en est suivie une longue période de tensions et d'incompréhensions avec mes frères.
Mais j'ai campé sur mes positions parce que pour la première fois dans ma vie, je me sentais vrai, bien dans ma peau mais surtout en harmonie avec moi.
Il leur a fallu du temps pour comprendre et je crois qu'aujourd'hui, ils ont tous compris qu'être homosexuel n'est pas une tare, moins encore synonyme d'appartenance à un quelconque cercle ésotérique mais juste l'expression de son moi profond.
Même dans la rue aujourd'hui, je m'accepte tel que je suis et le regard que j'ai de moi sur moi incite le respect d'autrui et je crois qu'aujourd'hui, s'accepter tel que l'on est doit être le combat premier de toute personne Homosexuelle.
Ajouter un commentaire
Lword25 (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par gay lesbiennes bisexuels hétéro lecteurs Vers CAMEROON portrait de pays on 08/12/2010 tagged with orientation sexuelle +20
Lien
Bonjour à tous.
Je suis une Jeune camerounaise de 25 ans et depuis ma découverte du portail d'ILGA hier, j'ai décidé de participer à toutes les activités. Aujourd'hui, j'aimerais partager avec vous mon expérience.
J'entends les gens, parfois même des éminents spécialistes dire que l'on ne naît pas homosexuel, on choisit de le devenir.
Jolie thèse même si pour ma part je pense que l'on ne choisit pas, c'est l'orientation qui nous suit, de la même manière que l'on boit de l'eau ou que l'on choisit de se vêtir.
J'ai grandi comme la plupart des jeunes de mon pays dans la joie et la gaieté, mon temps partagé entre l'école et les jeux. Etant de nature très instinctive, je faisais les choses sans me poser plus de questions que celà. C'est ainsi que mes premières relations sexuelles véritables, je les ai eu avec une fille. Et pas n'importe laquelle, MA COUSINE.
Durant l'année scolaire 95-96, je venais juste d'avoir mon CEPE, nous avons vécu une histoire passionnelle, facilitée par la proximité. Nous dormions en effet dans la même chambre.
Durant les 10 années qui ont suivi, j'ai relégué cette histoire aux oubliettes, essayant de vivre comme les autres jeunes filles, bien dans leur peau et bien dans leurs têtes. Mais j'ai toujours senti qu'il manquait quelque chose aux relations que je vivais avec des garçons, un quelque chose que j'ai retrouvé en 2009 dans les bras de Patience, mon premier véritable amour lesbien.
J'avais déjà vécu des histoires avec d'autres filles entre 2005 et cette année 2009 mais aucune ne ressemblait à celle là. Je l'avais amené à aimer les femmes mais surtout à m'aimer moi et nous vivions l'une dans le regard de l'autre, sans se préoccuper des autres mais en restant discrètes, l'homosexualité étant interdite dans mon pays.
Des histoires comme celles-là, on ne demande qu'à en vivre et j'en ai profité jusqu'au jour ou, elle de son côté m'a trompé avec un de ses anciens amants et que moi du mien, durant la même période je rencontre Laeticia, la femme de mes rêves, mon amour impossible.
Mais c'est durant mon Idylle avec patience que ma famille va véritablement s'interroger sur moi. Étant indépendante financièrement, j'avais aménagé avec Patience et c'est chez elle que mes frères et sœurs venaient lorsqu'ils voulaient me rendre visite.
Une de mes ex, jalouse du fait, non seulement que je l'ai abandonné mais qu'en plus je sois heureuse dans mon histoire, est allé raconté des vertes et des pas mûres à mon aînée. S'en est suivie une longue période de tensions et d'incompréhensions avec mes frères.
Mais j'ai campé sur mes positions parce que pour la première fois dans ma vie, je me sentais vrai, bien dans ma peau mais surtout en harmonie avec moi.
Il leur a fallu du temps pour comprendre et je crois qu'aujourd'hui, ils ont tous compris qu'être homosexuel n'est pas une tare, moins encore synonyme d'appartenance à un quelconque cercle ésotérique mais juste l'expression de son moi profond.
Même dans la rue aujourd'hui, je m'accepte tel que je suis et le regard que j'ai de moi sur moi incite le respect d'autrui et je crois qu'aujourd'hui, s'accepter tel que l'on est doit être le combat premier de toute personne Homosexuelle.
Ajouter un commentaire
gnawiya (vivant actuellement en/au FRANCE) publié par lesbiennes lecteurs Vers ALGERIA portrait de pays on 07/10/2010 +9
Lien
Bravo pour l'initiative, rompre le silence est très courageux, merci
Ajouter un commentaire
Anais (vivant actuellement en/au FRANCE) publié par lesbiennes lecteurs Vers FRANCE portrait de pays on 04/04/2010 tagged with orientation sexuelle
Lien
je suis une jeune lycéenne cela fais deux ans que m'ont orientation sexuelle se dirige vers les filles et depuis de nombreuses fois je subis des insultes,des menaces et des rejets tout cela parce que j'aime les filles alors ces actes se font au lycée,a la maison,dans la rue,n'importe où
Ajouter un commentaire
(vivant actuellement en/au CANADA) publié par gay lesbiennes bisexuels lecteurs Vers CÔTE D'IVOIRE portrait de pays on 11/02/2010 +10
Lien
salut ,

je suis un jeune ivoirien vivant dans la region de GrandBASSAM a 10 km de la capitale .je suis tres etonner de ce que raconte ilga concernant la liberte des homos en cote dívoire .

jái eu des problemes tres enormes jusqua etre condanner apres avoir acuser coupable pour une relation sexuelle que jái eu avec mon copin de meme age que moi ( 22) ans. cétait triste car au jugement le juge disais que lárticle 360 de la loi ivoirien penalisais l'homosexualite. maintenant jái perdu mon boulot et tout ce que jávais comment bien, mon ami sést donner la mort parce que cést proche aussi l'avais abandonner, ilyavais des mecs aussi qui etais accuser pareille , et la ilga sén morque en disans que nous sommes libre . je suis vraiment decu de la vie
Ajouter un commentaire
(vivant actuellement en/au BURUNDI) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers BURUNDI portrait de pays on 07/02/2010 tagged with vih/sida & mst +5
Lien
bonjour a tous,nous avons organisee une campagne en comemoration des malades du VIH/SIDA dans notre pays vous ete invite a nous donner votre avis si vous vous participer aussi
Ajouter un commentaire
Cris Gi (vivant actuellement en/au ITALY) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs Vers ITALY portrait de pays on 06/02/2010 tagged with droits humains, partnership (recognition), domestic partnerships +10
Lien

THE REASON OF A CHOICE

by Cris Gi

a human, spiritual and lesbian contribute

about my 17days hunger strike in solidarity with
Francesco and Manuel

On the 14th January , Francesco and Manuel had been on a hunger strike for ten days .That night Manuel felt sick and was consequently obliged to suspend his hunger strike . That very night Francesco made a plea on Facebook for some help. He was feeling very upset and was about to give up his own hunger strike .
It was late at night as I was going through Francesco’s words and a few minutes later I made a decision that was to influence my life in the days to come . I was deeply moved by Francesco’s words and I thought I would show him my solidarity .The righteous protest carried out by Francesco and Manuel could not disapper into thin air. I did not know about the solidarity campaigns that were being held throughout Italy to support Francesco’s and Manuel’s protest .

On the other hand I had been informed about the media’s conspiracy of silence on this topic. This act of censorship was accompanied by the indifference of Italy’s main LGBTQ organizations . The conspiracy of silence lasted for days , in the meantime Valentina Vandilli in Rome was utterly turning Facebook upside –down , with press releases and exhortations to join Francesco’s and Manuel’s protest by publicly demonstrating so as tho fill that unbearable void. I tried to help her in my own small way by sensitising and informing the members of the Lesbian organization (based in Bari - Italy) I am part of .

The overall silence on such topic mirrored the national political situation … an odd paralysis, an unusual calm.
I felt as if everyone was afraid of making the first move for fear of doing something wrong, of disrupting that hypocritical and precarious balance … but still a balance .
In this “deafening” silence Francesco’s and Manuel’s protest was standing out and little by little the voices of the LGBTQ community as well as those of heterosexuals started to be heard. There emerged a wave that was going to sweep away that suspicious and unbearable silence .

The rifts of solidarity started to be felt around a human and righteous request :
Equal civil rights for all citizens (as stated by the third section of the Italian Constitution, which is still operative, thank God ! )
In this background of personal scorn towards the quiescent nature of my country I spontaneously and instantaneously decided to join in Francesco’s plea which was not addressed to anyone in particular and hit the net on Facebook’s colourful pages .
I felt it was my duty to support Francesco who had been upset by his boyfriend’s downfall.
I took a little time to reflect : my health and personal conditions allowed me to undertake such a great exploit . My soul was ready to cope with deprivation , and to renounce one of the greatest pleasures: eating.
To be honest, I feel the duty to say that my hunger strike implies the administration of a slight quantity of nourishing energy each day: generally one apple with the aid of mineral salts and vitamines by drinking orange and carrot juices , herbal and bancha tea so as to keep my body healthy and avoid side-effects .
Losing weight is gradual and inevitable .
I'm listening to my body and soul : I feel like carrying on .

The aim is not martyrdom but the transformation of my conscience into a state of quasi-total purification of the body through rest and inner calm to have access to new plans of existence, communication and interaction with the world .
Obviously the very message of the hunger strike is that of renounce, one of the basic principles in the Hinduist religion which produces an enormous impact on people and is also a good opportunity to reflect on humanity and society .
I' ve practised Yoga for 23 years, now I'm 50 and I realize how important it was to start this practise as I'm really benefiting from it. And when your body grows old, you realize how yoga may help you. Since life in its progress requires a gradual detachment from matter to highlight the importance of the invisible, inner truths of the soul.

The principles of Yoga are the same as those of the Hinduist metaphysics employed by Gandhi in his lifetime. I have been reading something about him to freshen my memory: his hunger strikes and his struggles led to significant conquests for his people oppressed by English Colonialism.
Gandhi's principles are a source of inspiration for many today and many are going back over his ideal path, Francesco and Manuel being an evidence of it.
The word "hunger strike" is usually associated to a Sanskrit word “satyagraha", which is one of the main principles in Indic culture , Hinduism , Yoga and Veda . "Satyagraha" means "the Strength of Truth" leading to give evidence .
I felt like supporting Francesco in that very moment, because he had chosen a non-violent struggle (another principle of Hinduism, employed by Gandhi himself) by giving evidence of his love for Manuel , hoping to awaken people's minds which are generally asleep at the present time in Italy .

Yoga teaches "endurance" and "detachment" and one gradually learns to exploit other sources of inner energy . The body and the soul start to work on different plans of perception, without the despotism of the material aspect of life. In these circumstances the hunger strike (besides being a non-violent mean of expression) becomes an opportunity to stimulate subtle, invisible and spiritual forces which may attain any purpose envisaged, in this case the hearts of receptive and attentive people. That 's why on the night when Francesco made his plea I thought I was ready and had the duty to join in.

This is what is left : here, where I'm standing now, I'm going through a spiritual path which aims at awakening our people's minds from a slumber, which has lasted for too long, hoping to involve our country in a wave of solidarity and love which is silently and inevitably affecting people's hearts so that they may realize that the good of one part of society is the common good .
In this circumstance it is striking to think of how many "straight" people are showing their solidarity by approaching to issues that are conventionally considered as "marginal", because we are the outcast and we do not exist for many and,, as a consequence we do not exist in legal terms .

I have faith in the Strength of Love and in Spiritual Strength, beyond any tipically human religious classifications .
Francesco and Manuel are struggling to defend their true and profound love .

This is the reason of my choice .

Thank you Francesco and Manuel for giving me such an opportunity.

Cris Gi

Sunday, 24th January 2010

I thank Manuela Menolascina for her English translation.

Italian original version available on this link:
http://www.naussa.altervista.org/PN-artic-P.G.CRIS.htm

Progetto Naussa – Laboratorio Lesbico di Spiritualità
www.naussa.altervista.org

Gruppo Naussa – Forum Lesbico di Spiritualità e Attualità
www.naussa.mastertopforum.com
Ajouter un commentaire
Franck (vivant actuellement en/au FRANCE) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels lecteurs Vers UNITED STATES portrait de pays on 24/01/2010 tagged with tourisme, tourism
Lien
L'échange d'hospitalité entre gays, j'ai testé !
Je me suis inscrit sur le site d'échange d'hébergement gratuit entre gays : www.mygayst.com
J'ai été contacté par un américain pour le recevoir 3 nuits lors de son voyage en Europe. C'était super sympa. A mon tour j'ai contacté un américain de la Côte Ouest et suis passé quelques jours chez ce dernier. Super accueil et surtout, moi qui était déjà allé aux States, j'ai visité d'un tout autre oeil ! Mon hôte travaillait, il ne pouvait pas m'accompagner partout, mais j'ai bougé en suivant ses conseils et j'ai vraiment vêcu une super expérience. Je vous encourage à en faire tout autant ! Y'a une cotisation à l'association mygayst, mais vu le prix des hôtels, c'est très vite rentabilisé !
Alors rejoignez-moi ou rejoignez-nous ! Plus on sera plus on aura le choix de se rencontrer et de s'héberger ! Apparemment on est 500 un peu partout dans le monde actuellement, c'est un début et ça donne déjà pas mal de choix ! www.mygayst.com
Voila ! du tourisme communautaire, un bon plan, c'est ce que je voulais partager avec vous !
à+ ;-) Franck
Ajouter un commentaire
(vivant actuellement en/au BURUNDI) publié par lesbiennes bisexuels lecteurs Vers BURUNDI portrait de pays on 18/01/2010 tagged with vih/sida & mst, droits humains, hiv/aids +10
Lien
dans notre pays il y un problème que les burundaise n'aime pas dire leur réalité sur la sexualité.
Ajouter un commentaire
SHANE (vivant actuellement en/au CANADA) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels lecteurs Vers GABON portrait de pays on 17/01/2010 tagged with orientation sexuelle
Lien
Salut a tous mes frangines lesbo et LGBT gaboma, s'il y en a quelques...

Au gabon, comme dans la majorité des pays africains, l'homosexualité est un sujet tabou. Mais les gens sont beaucoup plus tolérants qu'ailleurs, vu qu'il n'y a aucun texte de loi pénalisant. On ne vous lapidera pas .Mais l'idéal, c'est le célèbre dicton: vivons cachés, vivont heureux....
Alors, tres peu de personnes osent s'affichées.
Mais c'est tout de meme un pays ou il fait bon vivre, non dangereux pour la commuanauté LGBT...
Écrivez moi pour en discuter shanegf@voila.fr
Ajouter un commentaire
Bookmark and Share