Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / Afrique / Tunisia / Histoires vécues
chargement de la carte…

TUNISIA

Relations d’homme à homme: Illégal
Relations d’homme à homme punies: Emprisonnement de moins de 10 ans
Relations de femme à femme: Illégal
Mariage et substituts du mariage: Pas de loi
Adoption: Non

Your Views

Es-tu L,G, B, T, I? Partage tes expériences! Aide-nous à informer les autres visiteurs du site avec tes témoignages sur ce pays. Si la question qui se trouve ci-dessous te concerne, n’hésite pas à y répondre !

Votre famille LGBTI a-t-elle été affectée par votre orientation sexuelle en/au TUNISIA ?

La majorité des internautes ont dit Non

Non (50%) Oui, mon (50%) ma partenaire et moi avons été victimes de discrimination (0 %) Oui, mes enfants ont été victimes de discrimination (0 %) Oui, nous avons tous été victimes de discrimination (0 %)

Cette section vous est consacrée ! Prenez s’il vous plaît quelques instants pour raconter aux visiteurs du site de l’ILGA la réalité de la vie LGBTI dans votre pays. Proposez-nous votre histoire personnelle et partagez vos expériences ! Vous n’avez pas besoin d’être enregistré-e sur ce site, et votre histoire sera complètement anonyme.

HISTOIRES VÉCUES
Publier un nouveau témoignage dans cette section

Témoignages d’internautes

Voila ce que disent les gens sur la vie pour les LGBTI en/au TUNISIA...
Paloma Negra (vivant actuellement en/au TUNISIA) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels lecteurs on 31/01/2012 tagged with droits humains, orientation sexuelle, illégalité des relations d’homme à homme +5
Lien
Indépendant, sympathisant des idées progressistes.je suis activiste gay et militant dans le milieu associatif. C’est ce milieu qui était à Tunis parmi les premiers à porter les protestations sociales qui ont commencé un certain décembre 2011…
Pour parler du mouvement LGBT, et avoir une meilleure compréhension de la situation de la communauté en Tunisie, il faut souligner certains points :
• le contexte général de la société qui est une société naturellement conservatrice avec une homophobe que je dirai naturelle et banalisé;
• le contexte juridique répressif, le code 230 dit clairement que l’homosexualité n’est même pas interdite, elle est réprimée, toute personne susceptible d’avoir une activité homosexuelle risque une peine qui va de 6 mois à 3ans de prison ferme ;
• Le contexte religieux qui condamne l’homosexualité et la qualifie de péché, quoi que le texte coranique n’est pas aussi explicite.
Les médias n’étant toujours pas libérés, on ne voit encore pas l’esprit d’analyse et l’objectivité requise pour traiter de ce genre de sujet, est dans ce sens là que votre recherche de témoignages nous est importante, car notre mouvement n’est pas porté médiatiquement, ni à l’intérieur du pays, ni au niveau international (même si on veut garder un certain anonymat).
Depuis quelques années les LGBT avait une certaine marge de liberté, certains sont facilement repérables dans les rues et sur les terrasses des bars et cafés surtout ceux des grandes villes. Certains disent que ces dernier temps il y a de plus en plus de gays…moi personnellement je repends que les gays étaient toujours là mais maintenant ils sont plus visibles.
Le combat de la communauté gay et des LGBT en général est un combat de longue date. Ce qu’il faut noter c’est que ce qui a été fait n’est pas documenté. Un noyau dur de quelques activistes gay et lesbiennes c’est formé tout au long des années, ces activistes ont pris part à certaines activités organisées par les groupes LGBT internationaux et se sont inscrit dans le processus de la défense des droits humains. Certain sont des membres fondateurs du réseau LGBT maghrébin qui est un réseau qui rassemble des associations et groupes LGBT du Grand Maghreb.
Dans notre contexte socioculturel tunisien, la lutte est le lot quotidien des LGBT, car il faut lutter, dans la rue, à l’école, dans les milieux du travail, et dans la famille, pour être accepté et respecté. Ce combat n’est pas gagné d’avance. Surtout dans ces moments cruciaux et déterminants de l’histoire de notre Tunisie contemporaine. Cette étape de notre histoire est sensible car la tension populaire est palpable, le climat d’insécurité qui règne n’est pas très rassurant et on remarque la radicalisation de l’opinion publique d’une certaine tranche de la société tunisienne.
En pensant à tout cela j’ai toujours une image qui me hante et je me dis que c’est dans les cris et la douleur qu’une mère donne naissance à son enfant. Ainsi nous avançons vers une tunisie nouvelle, ouverte et plus tolérante où les LGBT seront considérés comme des citoyens à part entière.
Ajouter un commentaire
Paloma Negra (vivant actuellement en/au TUNISIA) publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels lecteurs on 31/01/2012 tagged with droits humains, orientation sexuelle, illégalité des relations d’homme à homme +5
Lien
Indépendant, sympathisant des idées progressistes.je suis activiste gay et militant dans le milieu associatif. C’est ce milieu qui était à Tunis parmi les premiers à porter les protestations sociales qui ont commencé un certain décembre 2011…
Pour parler du mouvement LGBT, et avoir une meilleure compréhension de la situation de la communauté en Tunisie, il faut souligner certains points :
• le contexte général de la société qui est une société naturellement conservatrice avec une homophobe que je dirai naturelle et banalisé;
• le contexte juridique répressif, le code 230 dit clairement que l’homosexualité n’est même pas interdite, elle est réprimée, toute personne susceptible d’avoir une activité homosexuelle risque une peine qui va de 6 mois à 3ans de prison ferme ;
• Le contexte religieux qui condamne l’homosexualité et la qualifie de péché, quoi que le texte coranique n’est pas aussi explicite.
Les médias n’étant toujours pas libérés, on ne voit encore pas l’esprit d’analyse et l’objectivité requise pour traiter de ce genre de sujet, est dans ce sens là que votre recherche de témoignages nous est importante, car notre mouvement n’est pas porté médiatiquement, ni à l’intérieur du pays, ni au niveau international (même si on veut garder un certain anonymat).
Depuis quelques années les LGBT avait une certaine marge de liberté, certains sont facilement repérables dans les rues et sur les terrasses des bars et cafés surtout ceux des grandes villes. Certains disent que ces dernier temps il y a de plus en plus de gays…moi personnellement je repends que les gays étaient toujours là mais maintenant ils sont plus visibles.
Le combat de la communauté gay et des LGBT en général est un combat de longue date. Ce qu’il faut noter c’est que ce qui a été fait n’est pas documenté. Un noyau dur de quelques activistes gay et lesbiennes c’est formé tout au long des années, ces activistes ont pris part à certaines activités organisées par les groupes LGBT internationaux et se sont inscrit dans le processus de la défense des droits humains. Certain sont des membres fondateurs du réseau LGBT maghrébin qui est un réseau qui rassemble des associations et groupes LGBT du Grand Maghreb.
Dans notre contexte socioculturel tunisien, la lutte est le lot quotidien des LGBT, car il faut lutter, dans la rue, à l’école, dans les milieux du travail, et dans la famille, pour être accepté et respecté. Ce combat n’est pas gagné d’avance. Surtout dans ces moments cruciaux et déterminants de l’histoire de notre Tunisie contemporaine. Cette étape de notre histoire est sensible car la tension populaire est palpable, le climat d’insécurité qui règne n’est pas très rassurant et on remarque la radicalisation de l’opinion publique d’une certaine tranche de la société tunisienne.
En pensant à tout cela j’ai toujours une image qui me hante et je me dis que c’est dans les cris et la douleur qu’une mère donne naissance à son enfant. Ainsi nous avançons vers une tunisie nouvelle, ouverte et plus tolérante où les LGBT seront considérés comme des citoyens à part entière.
Ajouter un commentaire
Ajouter un commentaire
Bookmark and Share