Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / Cameroon / Histoires vécues
chargement de la carte…
Cette section vous est consacrée ! Prenez s’il vous plaît quelques instants pour raconter aux visiteurs du site de l’ILGA la réalité de la vie LGBTI dans votre pays. Proposez-nous votre histoire personnelle et partagez vos expériences ! Vous n’avez pas besoin d’être enregistré-e sur ce site, et votre histoire sera complètement anonyme.

HISTOIRES VÉCUES
Partagez vos expériences en/au CAMEROON - Faites savoir ce qu’est la vie des LGBTI dans votre pays ! Si une expérience est significative pour vous, elle le sera probablement aussi pour quelqu’un d’autre. Sur quelque sujet que ce soit, qu’elle soit positive ou négative, votre histoire permet au monde de savoir ce qu’est la vie des LGBTI dans votre pays. En sélectionnant des mots-clés qui décriront le sujet de votre histoire, vous permettrez à d’autres de mieux consulter et rechercher vos récits.
Ce forum est public et visité par toutes sortes de gens aux intentions diverses: nous vous conseillons d’éviter d’y publier votre adresse, courriel ou téléphone ! Pour laisser un témoignage, vous n’avez pas besoin de vous enregistrer sur le site. Votre contribution restera totalement anonyme.
Dis-nous en un peu plus sur toi en cliquant, si tu le souhaites, sur les tags suivants…
nom:
intéressant les personnes..
A quoi votre expérience se rapporte t’elle?
Je vis en ce moment en/au...

Témoignages d’internautes

Voila ce que disent les gens sur la vie pour les LGBTI en/au CAMEROON...
Trier par: [Le plus récent] [Le plus populaire]

Sur cette page: commentaires 1-50

Lword25 (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par gay lesbiennes bisexuels hétéro lecteurs on 08/12/2010 tagged with orientation sexuelle +20
Lien
Bonjour à tous.
Je suis une Jeune camerounaise de 25 ans et depuis ma découverte du portail d'ILGA hier, j'ai décidé de participer à toutes les activités. Aujourd'hui, j'aimerais partager avec vous mon expérience.
J'entends les gens, parfois même des éminents spécialistes dire que l'on ne naît pas homosexuel, on choisit de le devenir.
Jolie thèse même si pour ma part je pense que l'on ne choisit pas, c'est l'orientation qui nous suit, de la même manière que l'on boit de l'eau ou que l'on choisit de se vêtir.
J'ai grandi comme la plupart des jeunes de mon pays dans la joie et la gaieté, mon temps partagé entre l'école et les jeux. Etant de nature très instinctive, je faisais les choses sans me poser plus de questions que celà. C'est ainsi que mes premières relations sexuelles véritables, je les ai eu avec une fille. Et pas n'importe laquelle, MA COUSINE.
Durant l'année scolaire 95-96, je venais juste d'avoir mon CEPE, nous avons vécu une histoire passionnelle, facilitée par la proximité. Nous dormions en effet dans la même chambre.
Durant les 10 années qui ont suivi, j'ai relégué cette histoire aux oubliettes, essayant de vivre comme les autres jeunes filles, bien dans leur peau et bien dans leurs têtes. Mais j'ai toujours senti qu'il manquait quelque chose aux relations que je vivais avec des garçons, un quelque chose que j'ai retrouvé en 2009 dans les bras de Patience, mon premier véritable amour lesbien.
J'avais déjà vécu des histoires avec d'autres filles entre 2005 et cette année 2009 mais aucune ne ressemblait à celle là. Je l'avais amené à aimer les femmes mais surtout à m'aimer moi et nous vivions l'une dans le regard de l'autre, sans se préoccuper des autres mais en restant discrètes, l'homosexualité étant interdite dans mon pays.
Des histoires comme celles-là, on ne demande qu'à en vivre et j'en ai profité jusqu'au jour ou, elle de son côté m'a trompé avec un de ses anciens amants et que moi du mien, durant la même période je rencontre Laeticia, la femme de mes rêves, mon amour impossible.
Mais c'est durant mon Idylle avec patience que ma famille va véritablement s'interroger sur moi. Étant indépendante financièrement, j'avais aménagé avec Patience et c'est chez elle que mes frères et sœurs venaient lorsqu'ils voulaient me rendre visite.
Une de mes ex, jalouse du fait, non seulement que je l'ai abandonné mais qu'en plus je sois heureuse dans mon histoire, est allé raconté des vertes et des pas mûres à mon aînée. S'en est suivie une longue période de tensions et d'incompréhensions avec mes frères.
Mais j'ai campé sur mes positions parce que pour la première fois dans ma vie, je me sentais vrai, bien dans ma peau mais surtout en harmonie avec moi.
Il leur a fallu du temps pour comprendre et je crois qu'aujourd'hui, ils ont tous compris qu'être homosexuel n'est pas une tare, moins encore synonyme d'appartenance à un quelconque cercle ésotérique mais juste l'expression de son moi profond.
Même dans la rue aujourd'hui, je m'accepte tel que je suis et le regard que j'ai de moi sur moi incite le respect d'autrui et je crois qu'aujourd'hui, s'accepter tel que l'on est doit être le combat premier de toute personne Homosexuelle.
Ajouter un commentaire
Inconnu (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par lecteurs on 17/05/2011 tagged with orientation sexuelle +15
Lien
Slt à tous.
J'interviens à l'issu de multiples constats notés ds notre orientation sexuelle.
LGBTI,HETERO et peu importe les pseudos...chacun est libre de vivre sa vie coe ça lui chante.Mais qu'en est il de toutes ces personnes qui mouchardent sur les autres? qui inventent de histoires sur les autres, juste pr se faire écouter? C'est bien beau de faire tt le tps des débats ds le but de les sensibiliser; aux âmes conscientes, cela aboutit bien et ceux-là se compte du bout des doigts.
Peu importe l'orientation sexuelle, y a des joueurs et joueuses en amour ds ts les coins et franchement, ça freine l'épanouissement amoureux. Mais comment donc savoir ? Faut il faire coe ts le monde? c.a.d être automatikement ou à ts les coups en couple!Se livrer à des actes sexuels avec les yeux bandés?!Bafouer les règles d'hygiène?!porter des tenues trop recherchées ou extravagantes juste pr attirer l'attention sur soi?!Devenir alcolo et/ou tabagiste parce k je suis "koudjé" ou le djo?! S'imposer par al terreur ds un couple?! La liste est trop longue, pr ne citer ke ceux-là.
Oui, je suis Hétéro; oui, je suis Homo; oui, je suis ce ke vs voulez et alors?! Pk se forger une image? pk ne pas être soi mm et bien ds sa peau? C'est vrai ke tt dépends de l'éducation de base, mais lorsk celle-ci se heurte aux tendances du milieu et finit par engendrer autre chose, probablement, on se sent perdu; on tente vainement à redevenir coe avant, mais y a plus moyen, alors on évolue, on avance tout en gardant espoir...
Ajouter un commentaire
Audrey (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par gay lesbiennes bisexuels hétéro lecteurs en réponse à cette histoire on 23/11/2011 +5
Lien
Bonsoir tout le monde!
Je suis camerounaise étudiante et j'ai 18 ans. Ca fait quelques deux semaines que j'ai découvert ce portail mais ce n'est qu'aujourd'hui que j'ai vu les posts. C'est grâce à ces derniers que je poste ce soir , je remerci donc tous ceux qui ont eu la bonté de nous faire part de leur vécu!
Pour ma part, j'ai très vite remarqué mon attirance pour les filles, déjà parce que je n'ai que des soeurs soit dit en passant très jolies et aussi parce que je trouvais leurs amies jolies et je n'ai jamais eu de honte à leur en faire part.
Je suis née dans un famille catholique "de générations en générations", il n'y a pas de protestants ou autre chez nous, juste un oncle devenu musulman.
Je suis moi même croyante mais je dirais que je suis un petit peu prématurée car très tôt j'avais déjà des penchants lesbiens, en effet j'étais "amoureuse" de ma meilleure amie, on passait nos journées(du moins quand nous étions seules) à se faire bisou sur bisou sans compter les calins mais rien de sexuel(un petit peu innocente et jeune pour ça). A son déménagement c'était un déchirement terrible pour moi car je ne perdais pas seulement mon amie mais aussi mon amante.
Par la suite, je suis passée à autre chose et j'ai fait comme tout le monde, le premier beguin, le premier bisou etc. En troisième mon seul amour masculin et moi avons rompu, sans mal ni rien, ça s'est fait en douceur et nous sommes toujours de très bons amis, je ne regrette pas mais après ça j'ai décidé de faire une pause garcons pour me consacrer à mes études.
C'est ainsi qu'on arrive au point déclencheur, lors d'une rencontre sportive, car je suis ou plutôt j'étais une sportive engagée, pendant mon année de 1ère, je tombe de plein pied dans le milieu lesbien de ma ville, je rencontre des filles qui aiment d'autres filles et qui se foutent de ce que pense le monde, fascination, immédiate, je me demande un seul truc: "Comment font elles?" je crois que cette question résume bien mon état d'esprit. J'étais troublée, elles assumaient ce que moi je refoulais, waou! On s'est très vite entendues, je les trouvais super sympa, je les enviais. J'ai eu mon probatoire dans ces conditions, toujours aussi perdue dans ma tête et personne à qui me confier. J'ai pensé à aller voir un prête ou un soeur de mon collège(confessionnel lol) voir de ma ville mais ma famille est assez connue alors j'ai fais une croix dessus.
La Tle, plus ou moins intéressante, je continue les rencontres sportives et me fais encore plus d'amies, je rencontre A( je peux pas citer son nom et encore moi son prénom, je ne lui ai jamais demandé--'). Elle est belleeee! hihi je vous assure elle est trop sexy, le genre de fille qui te parle et tu planes direct, je ne sais pas combien de fois j'ai écouté quand elle me parlait, je faisais une fixation sur ces lèvres et dans mon cerveau il y avait une voix qui disait "Embrasse là" mais je ne pouvais pas, j'avais trop peur du regard des gens, peur qu'elle ne soit pas à la hauteur ou au contraire que ce soit moi et j'ai fait la chose la plus conne de toute ma vie, je l'ai repoussé! Vous avez déjà vu une personne qui repousse son fantasme? Et ben moi oui, j'étais conne je sais, et je regrette surtout que je la vois plus et même je ne sais pas si c'est elle. Ah je vous ai pas dit? Elle a une jumelle! J'obtiens mon bac cette année là, je suis ce qu'on appelle une élève "modèle", le seul problème scolaire que je n'ai jamais eu c'est une consigne pour bavardage "abusif" lol.
On arrive à la fin, 1ere année d'université, je retrouve des amies de collège, ca aide, tout va bien jusqu'au jour où mes amies voient une lesbienne(amie à moi) rhoo les filles et le kongossa. Elles disent des conneries sur les lesbiennes et moi je pense "si vous saviez!" Des fois je ne comprend pas les gens qui critiquent comme s'ils savaient de quoi ils parlent, et le pire c'est ce que je n'ai pas encore rencontré quelqu'un qui maîtrise le sujet. J'ai pour habitude de démontrer aux gens qu'ils se trompent, j'aime pas les gens qui sont arrogants alors quand je rencontres des homophobes qui ont le malheur d'être arrogants je les rabaisse plus bas que terre, c'est involontaire ou si un peu mais c'est jouissif :D Mais bon passons, cette année là ma meilleure amie citée plus haut est de retour, on va dans la même université, elle est plus belle qu'avant je suis bluffée, je l'aime toujours autant, que faire, est ce qu'elle se souvient? Comment dois je réagir? ben si vous n'avez pas deviné c'est que vous ne me suivez pas, j'ai fait ce que je sais faire, fuir ou en d'autres termes l'éviter, et dans tous les sens du terme. Je suis pittoresque des fois mais vous vouliez que je fasse quoi?: salut C je ne sais pas si tu te souviens de quand nous étions petites, on s'embrassait tout le temps tu veux pas qu'on recommence? Je sais j'aime prendre les choses terre à terre.
Je passe ainsi en 2e année, les vacances plutôt bien, je fais la rencontre de ma chérie, je reste distante car je ne sais pas ce qu'elle attend de moi. Une des choses qui a facilité le fait que l'on soit ensemble est le fait que j'ai juré de ne plus me défiler. C'est ainsi que je passe mes vacances avec elle, tout va bien, on s'aime, on s'affiche pas beaucoup mais une fois dans un taxi c'était chaud ^^. Je stresse car elle est plus jeune, mineure, ca me gene elle dit que je ne dois pas penser à ca. Bref on vit un parfait idylle jusqu'à ce que le cours reprennent, je rentre chez moi/ ou je vis car on ne vit pas dans la meme ville. La suite c'est notre mariage, je cherche encore où lol mais c'est un petit problème. Ca fait 3 mois que nous sommes ensembles, je suis toujours autant amoureuse ma petite soeur est la seule personne de ma famille au courant et certains amis à ma chérie aussi.
Je ne comprend toujours pas ceux qui condamnent l'homosexualité et je n'ai plus honte de ce que je suis, bien que personne ne m'ait jamais demandé "tu es lesbienne?" Ca aurait facilité bien des choses. Je ne sais pas si je dirais un jour à mes parents, il n'ont qu'à deviner, mes grandes soeurs pareil. Voilà un bref résumé de ma vie/vécu.
Merci de m'avoir lu!
Voir toute la discussion
Eric Fopossi (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par gay lecteurs on 10/01/2011 +5
Lien
e me permets d'intervenir sur cette question après avoir pris le temps de lire et de relire les interventions des uns et des autres.Le premier constat qui se dégage est l'ignorance caractérisée des intervenants.
Certains parlent de l'homosexualité comme de quelque chose venue d'ailleurs particulièrement de l'Occident,détrompez vous des études récentes ont prouvé que les rapports entres personnes de même sexe étaient courantes dans nos vielles traditions même au Cameroun.Vous gagnerez à lire les conclusions de telles recherches avant d'avancer vos arguments qui ne tiennent à rien.
Certains traitent les homos comme étant des personnes pas normales eh bien allez demander aux pygmées de l'Est Cameroun ce qu'ils pensent de vous, parce que chez eux à moins de vous faire raboter les tibias vous ne seriez non plus normaux c'est à dire pas comme la majorité ce qui n'a rien à voir avec pas bien ou pas bon"Pas normal" n'est pas un critère de valeur.
D'aucuns traitent les homos de contre-nature, et d'être un danger pour la race humaine ;eh bien citez moi un seul génocide causé par les homos et puis contre-nature au fond cela ne veut rien dire; dame-nature n'a qu'une seule loi: celle de la jungle ou les plus forts dominent les plus faibles ces derniers étant voués à être matés et rabaissés et ce la semble être l'idéal au Cameroun.Vous blâmez ceux qui sont harcelés et martyrisés et vous excusez ceux qui violent les lois et harcèlent.Voudriez- vous que la société s'invite dans vos lits pour commenter ce que vous y faites ?Comment vous le faites?Avec qui et dans quelle tenue? Arrêtez de grâce ;une égale prise en compte des vies privées:voilà ce que les homosexuels réclament, ils ne sont pas au stade de réclamer le mariage ou l'adoption, mais ils veulent juste que leurs frères et sœurs d'ici et d'ailleurs les laissent vivre paisiblement, que leurs droits soient reconnus comme tout autre camerounais et que cessent les vagues d'arrestations sous fond de dénonciation sans preuve tangible.Voilà - Eric Arnold
...
Ajouter un commentaire
Paris F. publié par gay lesbiennes transgenres bisexuels intersexuels hétéro lecteurs on 28/08/2012 tagged with droits humains, lois et dirigeants +5
Lien
Ce Pays ou tout est Contre verse et ou Nous les L.G.B.I.T
ONT NE PEUX PAS "Stay Cool"... ils ont une Journée carrément pour cvombattre les Gays genre une journée National de Lutte contre L'Homosexualité... Que dire que nous sommes une éspéce appart ou alors de petit Monstre qui déforme quoi?
Et QUAND LA CHARTE Universelles des droits de l'Homme a été signé dans ce Pays est ce qu'il ne savait pas que il existe UNE DECLARATION SUR LES DROITS SEXUELS: qui regie
1/l'égalité à la protectio
2/la Libre et active Contribution
3/le droit à la vie,à la liberté et à la Sécurité
4/le respect
5/le droit à l'Autonomie
6/L'autonmie,la libre expression et l'affirmation d'une Identité
il faudrait peutètre que nous degagion tous de ces pays HOMOPHOBES
Ajouter un commentaire
Lword25 (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par gay lesbiennes bisexuels lecteurs on 08/12/2010 tagged with orientation sexuelle +5
Lien
Bonjour à tous.
Je suis une Jeune camerounaise de 25 ans et depuis ma découverte du portail d'ILGA hier, j'ai décidé de participer à toutes les activités. Aujourd'hui, j'aimerais partager avec vous mon expérience.
J'entends les gens, parfois même des éminents spécialistes dire que l'on ne naît pas homosexuel, on choisit de le devenir.
Jolie thèse même si pour ma part je pense que l'on ne choisit pas, c'est l'orientation qui nous suit, de la même manière que l'on boit de l'eau ou que l'on choisit de se vêtir.
J'ai grandi comme la plupart des jeunes de mon pays dans la joie et la gaieté, mon temps partagé entre l'école et les jeux. Etant de nature très instinctive, je faisais les choses sans me poser plus de questions que celà. C'est ainsi que mes premières relations sexuelles véritables, je les ai eu avec une fille. Et pas n'importe laquelle, MA COUSINE.
Durant l'année scolaire 95-96, je venais juste d'avoir mon CEPE, nous avons vécu une histoire passionnelle, facilitée par la proximité. Nous dormions en effet dans la même chambre.
Durant les 10 années qui ont suivi, j'ai relégué cette histoire aux oubliettes, essayant de vivre comme les autres jeunes filles, bien dans leur peau et bien dans leurs têtes. Mais j'ai toujours senti qu'il manquait quelque chose aux relations que je vivais avec des garçons, un quelque chose que j'ai retrouvé en 2009 dans les bras de Patience, mon premier véritable amour lesbien.
J'avais déjà vécu des histoires avec d'autres filles entre 2005 et cette année 2009 mais aucune ne ressemblait à celle là. Je l'avais amené à aimer les femmes mais surtout à m'aimer moi et nous vivions l'une dans le regard de l'autre, sans se préoccuper des autres mais en restant discrètes, l'homosexualité étant interdite dans mon pays.
Des histoires comme celles-là, on ne demande qu'à en vivre et j'en ai profité jusqu'au jour ou, elle de son côté m'a trompé avec un de ses anciens amants et que moi du mien, durant la même période je rencontre Laeticia, la femme de mes rêves, mon amour impossible.
Mais c'est durant mon Idylle avec patience que ma famille va véritablement s'interroger sur moi. Étant indépendante financièrement, j'avais aménagé avec Patience et c'est chez elle que mes frères et sœurs venaient lorsqu'ils voulaient me rendre visite.
Une de mes ex, jalouse du fait, non seulement que je l'ai abandonné mais qu'en plus je sois heureuse dans mon histoire, est allé raconté des vertes et des pas mûres à mon aînée. S'en est suivie une longue période de tensions et d'incompréhensions avec mes frères.
Mais j'ai campé sur mes positions parce que pour la première fois dans ma vie, je me sentais vrai, bien dans ma peau mais surtout en harmonie avec moi.
Il leur a fallu du temps pour comprendre et je crois qu'aujourd'hui, ils ont tous compris qu'être homosexuel n'est pas une tare, moins encore synonyme d'appartenance à un quelconque cercle ésotérique mais juste l'expression de son moi profond.
Même dans la rue aujourd'hui, je m'accepte tel que je suis et le regard que j'ai de moi sur moi incite le respect d'autrui et je crois qu'aujourd'hui, s'accepter tel que l'on est doit être le combat premier de toute personne Homosexuelle.
Ajouter un commentaire
Camerounais (vivant actuellement en/au CAMEROON) publié par hétéro lecteurs on 11/05/2014 tagged with lois et dirigeants +4
Lien
Bonjour à vous tous qui nous faites honte,
Je suis un jeune camerounais de 30 ans, j'ai honte à votre place. Des jeunes comme vous qui acceptez de vous laisser berner et influencer par les idéologies et philosophies homicides qu'on vous vend et à travers lesquelles on vous fait miroiter une pseudo vie heureuse. Je vous le dis à vous les victimes de cette mauvaise pratique: l'homosexualité est totalement contraire aux principes de la vie , à son épanouissement , à son développement et à sa pérennisation .
Je voudrais faire un calcul simple avec vous.
Imaginons que nous devenons tous homosexuels au Cameroun . Nous sommes en 2014. Nous avons sensiblement tous entre 25 et 30 ans. En l'an 2060 lorsque nous aurons entre 65 et 70 ans , à quoi vont ressembler notre vie et notre pays?
Constat clair : nous n'aurons pas fait d'enfants pour assurer la relève.
Nous n'aurons plus la force de travail pour continuer à développer notre pays.
Je ne sais. Pas si ce sont les singes qui sortiront de la forêt pour venir continuer le travail à notre place. Après notre mort, ce sera la fin de tout.
Je vous prie d'ouvrir les yeux et d'avoir le courage de sortir de ce mauvais couloir de la mort.
Osez dire NON à ceux qui passent le temps à vous mentir et vous faire croire que nous ne vous aimons pas lorsque nous combattons l'homosexualité . Osez dire NON à ceux là qui vous font croire que être homosexuel , c'est appartenir à une catégorie de personnes privilégiées .. Reprenez le chemin du NORMAL.
Rejoignez nous pour qu'ensemble nous construisions notre vie et notre pays de manière noble et digne.
Ne nous voilons pas les yeux, être homosexuel est une honte
Être homosexuel est sale.
Être homosexuel est déshumanisant .
Être homosexuel est homicide.
Être homosexuel nous maintient dans la misère .
Il y a plusieurs avocats qui font semblant de vous soutenir. S'il vous plaît , demandez-leur pourquoi ,leurs enfants ne sont pas homosexuels ? Demandez-leur quels sentiments ils auraient de voir leurs enfants se faire casser l'e derrière?
Ces gens qui pensent vous soutenir vous exploitent car à travers vous, ils perçoivent beaucoup d'argent de ces mauvais bailleurs qui ne veulent que la mort de l'Afrique.
Vous êtes jeunes, vous êtes intelligents, bref , vous avez tous pour réussir . Pourquoi ne croyiez-vous pas en vos capacités et potentialités ? Comment pouvez-vous croire que votre bonheur passe par des pratiques et actes amoraux?
Sachez-le, en restant homosexuels, vous affirmez haut et fort que vous n'aimez pas notre pays. Vous été donc camerounophobes. Sachez que l'homophobie et plus grave , plus dangereuse que la camerounophobie.
Aucun pays qui se respecte ne peut laisser courir des individus qui veulent le détruire, et ce n'est pas le Cameroun qui en fera une exception . Vous dites: All Out; et nous nous disons :All In car notre souhait est de voir le Cameroun se débarrasser de vous tous . Notre souhait est que l'homosexualité soit éradiquée au Cameroun. Que tous les acteurs, les théoriciens, les sponsors, les sympathisants , les amateurs et professionnels de l'homosexualité soient réduits à leur plus simple expression afin que notre jeunesse retrouve sa dignité et puisse évoluer sur des valeurs qui garantissent développent et prospérité .
A ceux qui soutiennent financièrement cette pratique, nous vous prions, si vous aimez le Cameroun, d'investir vos fonds ailleurs ou tout simplement de rester avec votre argent et vos mauvaises idées chez vous.
A ceux qui mangent sur le dos des homosexuels, nous maudissons vos gains.
Aux pouvoirs publics, nous disons : " un seul mot : continuez à traquer, à poursuivre, à mettre en prison tous ces ennemis du Cameroun"
Chers amis , je sais que beaucoup vous conseillerons de banaliser ces écrits, mais je reste convaincu que plusieurs d'entre vous se sentiront touchés et interpellés par ce message. A ceux-là , je dis merci pour le courage de sortir de ce couloir de la mort
Ajouter un commentaire
Daniel (vivant actuellement en/au CANADA) publié par gay lecteurs on 13/09/2012 tagged with droits humains, orientation sexuelle, mariage/unions civiles +4
Lien
De Yaoundai jusqu’à loin au devant de nous.
Un fort sentiment et donc plus que quelques constatations, me fait dire que nous sommes sur la bonne voie. Il y a des pays qui changent leur loi et pour lesquels je suis surpris d’observer la mouvance des opinions, comme par exemple sur le droit au mariage des personnes de même sexe en Argentine. Bien entendu, chacun a sa propre façon d’aborder le sujet comme en Slovénie où l’union civile est priorisée. Certains vous diront ‘le mariage pour tous’, d’autres iront de front pour reconnaître le droit au mariage gai, tout simplement. C’est selon…
Mais quoi qu’il en soit et quelle que soit la dureté ou l’âpreté des batailles, qu’il s’agisse de nos décideurs ou de nos frères et de nos sœurs, une chose perdure à travers les différents discours de la droite ou de la gauche, les mentalités changent. Et nous pouvons prédire que dans certains pays, dits conservateurs comme ceux de l’Europe de l’est par exemple, les changements finiront par advenir, là aussi. Les deux sœurs, la France et l’Italie en viendront également à donner l’exemple.
La raison principale en est l’évolution normale des choses. Il est fou de penser que le changement des mentalités face à l’homosexualité d’abord, et ensuite vis-à-vis de ses aboutissants comme le mariage et l’adoption, n’a été possible que parce qu’amené dans des pays propices à ces changements. Comment croire que l’Espagne ait pu être du peloton de tête des pays ouverts au droit des mariages entre personnes du même sexe et non la France ? Comment comprendre qu’un pays si catholique ait pu se libérer aussi facilement de ses dogmes ? Chaque année, à l’arrivée de l’été, on revoit les mêmes scénarios : à Belgrade, à Rome ou à Vilnius, les associations gays sortent et marchent, quoiqu’il arrive. En Russie, la Gay Pride ne s’est tenue à Moscou que cinq minutes… Crions Victoire ! Il est vrai que c’en est une. Il a fallu courir ! Cinq minutes de visibilité alors que l’homosexualité n’a pas droit de cité à Saint-Pétersbourg, autre grande ville du pays, c’est la lumière qui s’annonce et l’obscurantisme qui reculera.
Cependant, nous n’en sommes encore qu’à la catégorisation. Ce que nous voulons, c’est autre chose. Nous demandons la même existence que tous, nous demandons la normalisation. Plus d’homosexuels et d’hétérosexuels. Nous ne voulons qu’être des Hommes parmi les Hommes. J’ai confiance que le train qui est en marche ne s’arrêtera pas de sitôt. La seule gare, notre seule destination possible est la reconnaissance de notre humanité, toute différence confondue. Puisque mon père, ma tante, mon beau-frère, mes amis m’aiment, apprenons donc à rester unis, comme des Hommes ‘poignés’ que nous sommes à vivre ensemble sur une même planète. Que ce grand Cercle des Hommes, duquel toute personne mise à l’index a pour effet d’affaiblir ce Cercle, nous oblige à la solidarité universelle. Les Hommes devront apprendre à se respecter et à s’aimer. Voilà le défi. Quelqu’un a dit : I have a dream ! De par le monde, plein de gens ont ce rêve-ci, les africains aussi. Saches Yaoundé, Cameroun, tu es de ce rêve comme l’Afrique toute entière.
Daniel Valiquette,
Montréal, Québec
Ajouter un commentaire
Bookmark and Share