Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / Belgium / Histoires vécues
chargement de la carte…
Cette section vous est consacrée ! Prenez s’il vous plaît quelques instants pour raconter aux visiteurs du site de l’ILGA la réalité de la vie LGBTI dans votre pays. Proposez-nous votre histoire personnelle et partagez vos expériences ! Vous n’avez pas besoin d’être enregistré-e sur ce site, et votre histoire sera complètement anonyme.

HISTOIRES VÉCUES
Partagez vos expériences en/au BELGIUM - Faites savoir ce qu’est la vie des LGBTI dans votre pays ! Si une expérience est significative pour vous, elle le sera probablement aussi pour quelqu’un d’autre. Sur quelque sujet que ce soit, qu’elle soit positive ou négative, votre histoire permet au monde de savoir ce qu’est la vie des LGBTI dans votre pays. En sélectionnant des mots-clés qui décriront le sujet de votre histoire, vous permettrez à d’autres de mieux consulter et rechercher vos récits.
Ce forum est public et visité par toutes sortes de gens aux intentions diverses: nous vous conseillons d’éviter d’y publier votre adresse, courriel ou téléphone ! Pour laisser un témoignage, vous n’avez pas besoin de vous enregistrer sur le site. Votre contribution restera totalement anonyme.
Dis-nous en un peu plus sur toi en cliquant, si tu le souhaites, sur les tags suivants…
nom:
intéressant les personnes..
A quoi votre expérience se rapporte t’elle?
Je vis en ce moment en/au...

Témoignages d’internautes

Voila ce que disent les gens sur la vie pour les LGBTI en/au BELGIUM...
Trier par: [Le plus récent] [Le plus populaire]

Sur cette page: commentaires 1-50

(vivant actuellement en/au BELGIUM) publié par gay lecteurs on 23/08/2014 tagged with sur le lieu de travail, droits humains +10
Lien
Je n'appartiens pas à votre communauté, mais je me permets, ici, d'exprimer ma déception et mon indignation à propos d'un ami qui y appartient et y souffre de votre indifférence.

La communauté LGBTI s'indigne des propos de Vladimir POUTINE au J.O. sur l'homosexualité, notamment ses amalgames avec la pédophilie et elle a raison. Dans le cas de cet ami, alors que celui-ci est victime de cet amalgame sur son lieu de travail au sein d'institution démocratiques belge, j'assiste depuis près de trois ans à un déni de sa situation de victime : négligence, indifférence et complaisance. Tous les éléments discriminatoires propres à cet amalgame sont réunis, mais les associations LGBTI dont la vôtre refusent de le reconnaître. J'ai d'ailleurs assisté à son dernier entretien téléphonique avec l'ILGA, entretien durant lequel il a été accusé de chantage affectif au suicide. Cet ami exprime de toute évidence une situation de non-assistance à personne à danger, mais cette situation est retournée contre lui comme du chantage au suicide. Les amalgames dont il est victime ne constituent pourtant ni plus, ni moins qu'une forme d'assassinat socio-professionnel. Qui voudrait travailler avec un pédophile ? Il s'agit d'autant plus d'une mise à mort socio-professionnelle que les instances sensées lutter contre ce genre d'amalgame refusent de reconnaître l'effet diffamatoire de ces amalgames. De fait, le Centre pour l'Égalité des Chances francophones a clôturé son dossier sur base des accusation qui manifestent cet amalgame plutôt que de le défendre contre. Cela fait ainsi maintenant plus de deux ans que le Centre refuse de revenir sur sa décision et le CA de la RainbowHouse considère qu'il s'agit là d'un traitement normal.

Donc, pour la communauté LGBTI belge francophone et ses instances démocratiques, mais aussi ILGA, il semble tout à fait normal de se faire accuser gratuitement de menacer l'enfant d'une de ses collègues. À vous en croire, ce genre d'acte calomnieux ne comporte aucun amalgame possible avec la pédophilie et ne met nullement en danger les conditions de travail d'une personne. Pourtant, personne ne se rendrait sur son lieu de travail dans ces conditions et affirmer le contraire revient à de la mauvaise foi. Pourquoi donc faudrait-il alors qu'une personne qui souffre de cette situation au point d'envisager le suicide face à l'indifférence et la non-assistance qu'elle rencontre soit considérée comme faisant du chantage au suicide ? De même, c'est de la mauvaise foi que d'affirmer qu'il suffit de changer de travail alors que, vous-même, lorsque vous êtes en train de lire ces lignes vous n'engageriez pas la personne dont je parle. Or, je vous parle, ici, de ses références de travail, je vous parle d'organismes référents comme le vôtre qui cautionnent les amalgames dont il est l'objet faute de reconnaître leur danger. Cette caution de son employeur et des divers organismes sensés lutté contre ces amalgames sont ces références actuelles de travail : vous me faites honte ! Il vous appartient de reconnaître que votre inaction vaut caution et surtout qu'elle est l'effet de la calomnie, effet contre lequel votre communauté semble visiblement incapable de lutter.

Cela fait ainsi plus de trois ans que je vois cet ami sensé appartenir à votre communauté dépérir dans l'indifférence de ses semblables. Certes, la Belgique n'est heureusement plus un pays homophobe, mais c'est justement à défaut de pouvoir l'être ouvertement que l'homophobie prendra alors le visage du déni dans lequel il vit, déni que vous traitez avec complaisance et auquel vous participez ainsi. Je ne suis pas payé pour le défendre, par contre vous êtes payé pour lutter contre les amalgames dont il est victime. Cela signifie donc que vous avez une responsabilité professionnelle à son encontre et que vous méritez l'expression de ma déception et de mon indignation. Souffrez d'être remis en question, nous sommes sensé être en démocratie, soit sous une forme d'autorité sensé se soumettre à l'examen critique. Les valeurs d'égalités sur lesquelles se fondent votre association sont des valeurs démocratiques : réagissez ! Les principes d'égalité et, surtout d'équité, sont ici bafoués. Vous agissez comme si la parole d'un petit p...d... ne pesait rien face à celle d'une mère de famille ou encore, d'instances démocratiques diverses : elle est là la discrimination. Cette personne a été maintenue dans l'ignorance des accusations dont elle faisait l'objet et depuis qu'elle en a pris connaissance, le droit de s'en défendre lui est refusé : elle est là l'iniquité qui atteste d'un traitement discriminatoire.

Ce n'est pas normal que des accusations gratuites à l'encontre d'une personne homosexuelle de menaces sur un enfant soient considérées comme ne présentant aucun danger d'amalgames homophobes et c'est encore moins normal de considérer ces accusations comme participant à des conditions normales de travail. C'est de la non-assistance à personne en danger et du déni de justice, voilà comment votre attitude y participe directement dès lors que vous êtes professionnellement sensés être parmi les premières personnes à devoir résister face à ce genre d'amalgame, mais que vous agissez comme si sa situation était normale. Même ma mère qui est une catholique que l'homosexualité met mal à l'aise considère comme injuste ce que vous considérez professionnellement comme normal. Et s'il n'y avait pas l'existence morale d'une personne réelle en jeu, vous ne me feriez pas honte, vous me feriez rire. J'ai d'autant moins envie de rire que la pédophilie engendre déjà suffisamment de souffrances que pour que cette souffrance puisse être impunément instrumentalisée pour détruire moralement des personnes. Vous luttez pour le droit d'être parent et vous avez raison, mais si vous laissez ce genre d'amalgame gagner du terrain, l'avenir que vous offrez à vos enfants est celui d'un avenir où leurs parents seront vu au travers du prisme de cet amalgame.

Même si je vous en veux, je sais que ce n'est pas ce que je veux, que ce que je veux, c'est que vous preniez conscience que votre attitude actuelle de défiance à son égard constitue justement l'effet produit par la calomnie dont il est victime.

Il ne s'en rend même plus compte, mais il est en train de se laisser mourir et de s'enterrer vivant. Il est chaque jour un peu plus méconnaissable de sorte que chaque personne aura beau dire qu'il n'a que ce qu'il mérite sans voir que ce qu'il juge, ce n'est pas lui, mais l'état auquel la réduit sa situation de victime, mais aussi l'indifférence, la négligence, voire même la complaisance qui l'enferme dans sa situation. Cela fait plus de quatre ans que cette personne démontre suffisamment de talent juridique que pour se défendre pour ainsi dire seule. Votre communauté pourrait bénéficier de ce talent, voire la communauté en générale, mais je le vois dépérir méconnaissable dans une indifférence qui oscille entre la négligence et la complaisance. Ce gâchis me met en colère, votre indifférence me met en colère et je préfère vous retourner cette colère plutôt que de la retourner contre lui ou contre moi en espérant qu'elle réveillera votre fierté pour laquelle vous paradez, mais que vous fuyez une fois trainée dans la boue devant vous dans la personne d'un de vos semblable.

Ce n'est pas vous, ce n'est même pas nous, c'est la bêtise humaine et nous valons tous mieux qu'elle même si cela nous arrive d'être bête. Allez, nous valons tous mieux que cela !
Ajouter un commentaire
sandra publié par lecteurs on 24/06/2014
Lien
Bonjour, je viens de me faire traiter de "sale gouine" et de "va faire tes saloperies ailleurs"; je suis blessĂŠe; j'ai porter plainte Ă  la police; est-ce que je dois me faire aider?
Ajouter un commentaire
Philippe (vivant actuellement en/au BELGIUM) publié par lecteurs on 07/08/2011 tagged with droits humains +25
Lien
J'ai 49 ans et je vis mon homosexualité au grand jour avec mon compagnon depuis 23ans.Nous avons acheté une jolie vieille maison au sein de mon village natal et nous vivons le plus simplement possible au milieu de tous ces couples hétéros de divers horrizons.Seulement,il y a quelque peu, les effets néfastes d'une lipoatrophie du visage et d'autres parties de mon corps ont dévoilé une autre réalité:celle du traitement du VIH.Beaucoup de personnes se demandent ou s'interrogent sur mon aspect physique.ET maintenant, les rumeurs courent;il a le SIDA. C'est tardivement à l'age de 23 ans que j'ai eu mes premiers rapports sexuels,et à ce moment également que je contracte le virus.A croire que les deux allaient de paire...J'ai du surmonter l'homophobie et aujourd'hui je doit faire face à une séropophobie,non seulement de la part des hétéros mais encore plus des homos.Cela est tout à détestable,car en fait ,nous(les séropos)sommes les victimes et non les coupables du virus.Je n'ai jamais rien caché à mon compagnon et celui ci m'a accepté tel quel,dès le premier jour, tout en appréciant ma franchise. Il faut bien que certains se rappel que la mise au grand jour et la lutte pour la reconnaissance des différences sexuelles se sont faites à grâce à l'arrivée du SIDA et des revendications pour l'accès aux soins sans subir de discriminations. Je voudrais terminer en disant que si beaucoup de jeunes homos se suicides à cause de dureté à s'accepter et se faire accepter,c'est encore plus dur ensuite de se faire "ACCEPTER" en tant que homoséropo.A tous, bonne réflexion...
Ajouter un commentaire
robby dehoux (vivant actuellement en/au BELGIUM) publié par lecteurs on 11/06/2011 tagged with illégalité des relations d’homme à homme +9
Lien
moi je suis dans une école ou l'on a pas le droit d'être comme on est
car les élèves font leur lois eu même et sa m'ai déjà arriver qu'on me tapes par ce que je suis homo, mais je m'en fou avec mon copain on vit une histoire d'amours pas comme les autres car mêmes avec tout les problèmes que j'ai je suis encore heureux
Ajouter un commentaire
Bookmark and Share