Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
EN
FR

Accueil / Articles (WORLD) / 17ème session de l’Examen Périodique Universel: Chine, Nigéria, Malaisie
chargement de la carte…

Contributeurs

United Nations Liaison Officer Patricia Curzi, United Nations Liaison Officer
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)

Facebook

17ème session de l’Examen Périodique Universel: Chine, Nigéria, Malaisie

in WORLD, 08/11/2013

Des ONG LGBT de Chine et du Nigéria ont assisté, avec le soutien d’ILGA, à la 17ème session de l’EPU à Genève. ILGA assistait à distance la Coalition SOGI Malaisie.

Aucun/e représentant/e de la Coalition n’a pu être présent à Genève mais ceux et celles-ci ont suivi le dialogue interactif, d’une durée de 3h30, relatif à leur pays via la webcast en direct des Nations Unies. Deux activistes de la communauté LGBT chinoise, Joseph Akoro, ancien directeur de The Initiative for Equal Rights, et Ifeany Orazulike d’International Centre for Adovcacy on Rights to Health (ICARH), étaient à Genève et ont été impliqués à tous les stades de l’examen de leurs pays respectifs.

Dans le fichier excel annexé, vous trouverez la liste des pays qui ont fait des recommandations et posé des questions préliminaires fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre (SOGI) à la Chine, au Nigéria et à la Malaisie

CHINE
Deux recommandations ont été faites à la Chine et une question préliminaire relative à SOGI lui a été adressée. Lors du dernier examen en 2009, rien ne lui avait été adressé.

Les recommandations ont été faites par l’Irlande et les Pays-Bas. Ils ont appelé la Chine à voter un corpus législatif anti-discrimination visant à assurer l’égalité de traitement des personnes LGBT, y compris à l’école et sur le lieu de travail, et à interdire toute discrimination, et notamment la discrimination basée sur SOGI, la race, la religion ou la contamination par le VIH, dans le droit du travail.

La question préliminaire émanait de la Norvège. Celle-ci a demandé à la Chine ses intentions afin de s’assurer que SOGI ne soit pas source de discrimination dans l’accès aux soins de santé. La Norvège lui a également demandé si le transsexualisme allait être retiré de liste des aliénations mentales de la Classification Chinoise et Critères de Diagnostic des Aliénations Mentales.

La Chine n’a, à ce jour, pas fait connaître son intention d’accepter ou de rejeter ces recommandations.

Un activiste chinois a dit : "Nous sommes heureux que deux Etats aient fait des recommandations SOGI et qu’un Etat ait posé une question préliminaire sur le sujet, lors de l’EPU de la Chine la semaine dernière. Ces recommandations et question sont dans la droite ligne des priorités que nous avions identifiées et pour lesquelles nous faisons du lobbying"».
Un membre du staff d’une organisation LGBT chinoise a ajouté : "Nous espérons que la Chine acceptera et donnera un suivi à ces recommandations et qu’elle répondra à la question préliminaire. Nous sommes disponibles et désireux d’aider le gouvernement chinois à les concrétiser".

NIGERIA
Le Nigéria a reçu dix recommandations de neuf pays et deux questions préliminaires basées sur SOGI. Lors de l’EPU de 2009, il n’avait reçu que deux recommandations.

Les recommandations ont été faites par l’Argentine, l’Australie (2 recommandations), le Canada, la République Tchèque, la France, la Suède, l’Uruguay et les Etats-Unis d’Amérique. Ils ont appelé le Nigéria à prendre les mesures adéquates pour éradiquer la discrimination basée sur l’orientation sexuelle et à envisager l’abolition des lois qui rendent les gens pénalement sanctionnables en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

Le gouvernement nigérian a précisé, tant dans son introduction que dans ses remarques finales, qu’il rejetterait toutes les recommandations basées sur SOGI car ce sujet se heurte aux valeurs religieuses et culturelles du pays. Un récent sondage suggérait que 92% des Nigérians appuient la loi contre le mariage homosexuel qui a été votée par le Sénat.

Ifeanyi Orazulike a déclaré : “Le gouvernement nigérian a malheureusement très rapidement affirmé que ‘le Nigéria n’accepte pas les recommandations sur le mariage homosexuel, qui n’est pas une priorité pour le pays’. Le gouvernement écoute ces recommandations visant à assurer légalement la protection des droits de tous les Nigérians, telle 'la légalisation du mariage homosexuel' mais sans résultat".

Joseph Akoro a précisé : “Je voudrais remercier toutes les ONG qui nous ont apporté leur aide dans la diffusion préalable de nos recommandations et nos questions relatives à SOGI. Cela a fonctionné".

MALAISIE
La Malaisie a fait l’objet de huit recommandations et de deux questions préliminaires relatives à SOGI. Lors de son dernier examen en 2009, elle n’avait reçu que deux recommandations qu’elle avait rejetées.

Les recommandations EPU ont été faites par le Chili, la France, les Pays-Bas, les USA, l’Argentine, le Canada et l’Allemagne. Elles ont appelé la Malaisie à prendre les mesures nécessaires pour éradiquer toute forme de discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et à envisager l’abolition des lois qui rendent les gens pénalement sanctionnables en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

Au début de la session de l’EPU, le gouvernement malais a répondu aux questions écrites en disant qu’il allait les traiter avec soin compte tenu, en particulier, des valeurs culturelles mais il n’a pas précisé s’il allait accepter les recommandations qui lui ont été faites.

Thilaga Sulathireh, membre de la Coalition, a déclaré : “Le gouvernement malais doit prendre les mesures adéquates pour rencontrer les questions et les inquiétudes exprimées durant l’examen. Les valeurs culturelles ne devraient pas être un obstacle aux droits humains d’une personne. Il y a eu beaucoup d’intérêt pour l’EPU dans notre pays et nous avons organisé une causerie et une projection publique de la webcast. Espérons que tous ces efforts contribuent à une société libérée de toute discrimination".


ILGA tient à remercier tous les activistes LGBT qui se sont investis localement et tous ceux qui leur ont apporté leur aide, quelle qu’en soit la forme.

L’adoption formelle du rapport de l’EPU des pays ci-dessus aura lieu lors de la 25ème session du Conseil des Droits de l’Homme, du 3 au 28 mars 2014.

 

Traduction de l’anglais Christian van Dieren


Pour la version anglaise, cliquer sur le symbole de la langue à gauche de l’écran.

Bookmark and Share