Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
EN
FR

Accueil / Afrique / Cameroon / Articles / Homophobie meurtrière au Cameroun : Des activistes LGBT prennent la parole
chargement de la carte…

Contributeurs

anonymous contributorÉcrit anonymement. (Anglais)
United Nations Liaison Officer Patricia Curzi, United Nations Liaison Officer

Facebook

Homophobie meurtrière au Cameroun : Des activistes LGBT prennent la parole

in CAMEROON, 12/11/2013

Le mercredi 18 septembre 2013 ILGA a co-organisé une soirée de discussion sur la situation des personnes LGBT au Cameroun, en français, avec le groupe LGBT Suisse Dialogai, CAMFAIDS, Alternatives Cameroun et Avocats Sans Frontières Suisse.

L’homophobie est un phénomène endémique au Cameroun et l’homosexualité est criminalisée par l’article 347 bis du Code pénal. Ces dernières années les actes homophobes et les violations des droits humains à l’encontre des personnes LGBT ont augmenté, parfois perpétrés par la population ou par les autorités, y compris la police. Harcèlement des personnes LGBT (ou perçues telles), de leurs familles et des personnes qui les soutiennent, menaces de mort, arrestations arbitraires, emprisonnement, jugements non équitables, vols, incendies avec perte de données, appels à la haine contre les personnes LGBT par les leaders religieux et relayés par les médias, tortures et récemment le meurtre, très probablement de nature homophobe d’Eric Ohena Lembembe.

Eric Ohena Lembembe a été retrouvé torturé et assassiné chez lui le 15 juillet par ses amis et collègues. A son enterrement le 3 août des centaines de personnes se sont réunies autour de son cercueil qui avait été auparavant scellé sur ordre du gouvernement. La communauté internationale a largement condamné le meurtre d’Eric Ohena Lembembe.

Lors de leur séjour à Genève pour l’adoption formelle de l’Examen périodique universel du Cameroun, des activistes LGBT ont voulu honorer la mémoire de leur ami et collègue Eric Ohena Lembembe décrivant aux activistes suisses francophones suisses la situation des personnes LGBT dans leur pays.

Patricia Curzi, ILGA, a donné un bref apercu de la situation et a modéré les discussions de la soirée. Lire l’aperçu, cliquer ICI

Le panel était composé de défenseurs des droits humains:
F. M., de Alternatives Cameroun – Lire son exposé, cliquer ICI
M. E.,de Camfaids - Cameroun – Lire son exposé, cliquer ICI
Saskia Ditisheim, d’Avocats Sans Frontières, Suisse.

Les discussions avec les intervenantEs ont permis aux personnes présentes de poser des questions tout en montrant leur solidarité. Cette soirée était une opportunité pour faire prendre conscience à la 50aine de personnes présentes de la situation que vivent les personnes LGBT au Cameroun. La soirée a aussi été enregistrée en direct, ce qui a permis à une 40aine de personnes, y compris au Cameroun, de suivre le débat de manière virtuelle.

 

Un grand merci à l’équipe de Dialogai pour avoir accueilli et soutenu cette soirée.

 

Lors de l’Examen périodique universel du Cameroun en mai 2013, 15 Etats ont fait part de leur préoccupation sur la situation des personnes LGBT et de leurs défenseurs et 14 d’entre eux ont proposé des recommandations pour que des mesures soient prises pour défendre les défenseurs des droits humains et décriminaliser l’homosexualité. Le 20 septembre le rapport du Cameroun a été adopté à la 24e session du Conseil des Droits de l’Homme. Toutes les recommandations faites liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre ont été rejetées.


Lire aussi l’interview d’activistes LGBT impliquées dans l’EPU du Cameroun, cliquer ICI
 

Lire et regarder l’intervention orale des ONG suite à l’adoption du repport de l’EPU du Cameroun, cliquer ICI


Flyer de la soirée dans le document pdf ci-joint.


 

Pièces jointes: Flyer Discussion Cameroun
Bookmark and Share