Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
EN
FR

Accueil / Afrique / Cameroon / Articles / Des associations africaines en appellent au gouvernement camerounais, aux leaders religieux et aux médias
chargement de la carte…

Contributeurs

ILGA Brussels - internship Christa Levko, ILGA Brussels - internship
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)

Facebook

Eric Lembembe Ohena
Des associations africaines en appellent au gouvernement camerounais, aux leaders religieux et aux médias

in CAMEROON, 23/07/2013

«Les homosexuels font et feront toujours partie de la famille humaine. Au Cameroun, ils sont des personnes ordinaires qui n’ont pas choisi d’être ceux qu’ils sont. Ce sont nos frères et sœurs, pères et mères, amis, camarades de classe, collègues de travail, voisins, fidèles et croyants. Personne ne mérite de mourir torturé pour ce qu’il est. Personne ne mérite de mourir. Nous avons tous droit à la vie, à la dignité, au respect et à un épanouissement multiforme.»

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le corps d’Eric Lembembe Ohena a été découvert atrocement mutilé le 15 Juillet 2013, dans sa chambre sise au quartier Tongolo de Yaoundé 1er, par ses collègues et amis inquiets de sa disparition depuis deux jours. Il avait été vu pour la dernière fois le 12 Juillet 2013 en soirée, accompagné de trois individus. La police et les sapeurs pompiers alertés par la famille du défunt ont dû forcer la porte d’entrée pour extraire les restes et les transporter à la morgue de l’hôpital Général de Yaoundé.

Ce crime intervient dans un cadre général d’homophobie marqué par le silence complice des autorités camerounaises devant de nombreux incidents ciblant les individus et organisations défendant les droits des minorités sexuelles. Les autorités religieuses, l’Eglise catholique camerounaise en particulier, prennent position sur l’homosexualité de manière à inciter à la violence. Une association de jeunes de la place s’est donnée pour mission de «faire la peau aux pédés» par l’organisation de traques à l’occasion d’une journée déclarée de lutte contre l’homosexualité. Certains médias se font volontiers l’écho de ce discours homophobe entretenant l’ignorance et la haine au sein de la population camerounaise.

Pourtant le Programme National de Lutte contre le Sida prévoit des actions en direction des hommes qui ont des relations sexuelles avec les hommes, reconnaissant ainsi leur existence et leur droit à la santé et à la vie.

Nous, les associations ci-après, condamnons fermement l’assassinat crapuleux et barbare du journaliste camerounais et Défenseur des Droits de l’Homme Eric Lembembe Ohena et en appelons :

Au Président de la République

  • De prendre des mesures fortes pour arrêter cette vague de haine et protéger une minorité persécutée de citoyens camerounais, tel que cela est prévu par le Préambule de la Constitution Camerounaise ;

Au Parlement du Cameroun

  • De légiférer sur les crimes de haine au Cameroun, y comprise la haine en raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre ;
  • De légiférer sur les propos et les actes appelant à la haine au Cameroun, y comprise la haine en raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre ;

Au Procureur de la République et au Ministère de la Justice

  • D’investiguer, arrêter et condamner les assassins d’Eric Lembembe Ohena ;
  • D’ordonner une autopsie du corps d’Eric Lembembe Ohena ;

A la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés

  • D’investiguer le meurtre du Défenseur des Droits de l’Homme Eric Lembembe Ohena ;
  • De condamner publiquement l’assassinat du Défenseur des Droits de l’Homme Eric Lembembe Ohena ;
  • De condamner publiquement les crimes de haine, les propos et les actes appelant à la haine au Cameroun, y comprise la haine en raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre ;
  • De condamner publiquement les violations des droits de l’homme liée à l’orientation sexuelle et l’identité de genre au Cameroun ;
  • De mettre sur pied des mécanismes de protection des Défenseurs de Droits de l’Homme, y compris de ceux travaillant sur les questions liées à l’orientation sexuelle et l’identité de genre au Cameroun ;

Au Comité National de Lutte contre le Sida et au Ministère de la santé

  • De condamner publiquement l’assassinat de l’acteur de santé communautaire Eric Lembembe Ohena ;
  • De condamner publiquement les crimes de haine, les propos et les actes appelant à la haine au Cameroun, y comprise la haine en raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre ;
  • De condamner publiquement les violations des droits de l’homme liée à l’orientation sexuelle et l’identité de genre au Cameroun ;
  • De mettre en place un Groupe de travail spécifique aux populations clés pour assurer l’intégration et l’implémentation effectives de la Stratégie Droits Humains dans la riposte au VIH, et la prise en compte des préoccupations rencontrées par les acteurs et organisations proposant des services à ces personnes ;

Aux autorités religieuses

  • De condamner publiquement l’assassinat du fidèle Eric Lembembe Ohena ;
  • De condamner publiquement les crimes de haine, les propos et les actes appelant à la haine au Cameroun, y comprise la haine en raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre ;
  • De condamner publiquement les violations des droits de l’homme liée à l’orientation sexuelle et l’identité de genre au Cameroun ;
  • D’assumer publiquement que le meurtre du Défenseur des Droits de l’Homme Eric Lembembe Ohena pourrait être la conséquence de leur discours stigmatisant et incitant à la haine des homosexuels au Cameroun ;
  • D’adopter un discours déstigmatisant, appelant à l’acceptation et à l’amour de tous leurs fidèles, sans distinction d’orientation sexuelle ni d’identité de genre ;
  • D’accepter une invitation de la communauté homosexuelle camerounaise à un dialogue constructif et apaisé sur les questions liées à l’orientation sexuelle et l’identité de genre au Cameroun ;

Aux médias

  • De condamner publiquement l’assassinat du journaliste Eric Lembembe Ohena ;
  • De condamner publiquement les crimes de haine, les propos et les actes appelant à la haine au Cameroun, y comprise la haine en raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre ;
  • De condamner publiquement les violations des droits de l’homme liée à l’orientation sexuelle et l’identité de genre au Cameroun ;
  • D’assumer publiquement que le meurtre du Défenseur des Droits de l’Homme Eric Lembembe Ohena peut être la conséquence de leurs messages stigmatisants et incitant à la haine des homosexuels au Cameroun ;
  • D’adopter un discours déstigmatisant, appelant au respect des droits de tous les citoyens camerounais, sans distinction d’orientation sexuelle ni d’identité de genre ;
  • De contribuer au développement d’un dialogue sociétal constructif et apaisé sur les questions liées à l’orientation sexuelle et l’identité de genre au Cameroun.

Les homosexuels font et feront toujours partie de la famille humaine. Au Cameroun, ils sont des personnes ordinaires qui n’ont pas choisi d’être ceux qu’ils sont. Ce sont nos frères et sœurs, pères et mères, amis, camarades de classe, collègues de travail, voisins, fidèles et croyants. Personne ne mérite de mourir torturé pour ce qu’il est. Personne ne mérite de mourir. Nous avons tous droit à la vie, à la dignité, au respect et à un épanouissement multiforme.

Nous sommes plus que jamais déterminés à continuer de promouvoir et protéger les droits de tous les citoyens camerounais, sans distinction aucune de sexe, de genre, d’orientation sexuelle, d’identité de genre, d’origine, d’appartenance religieuse, d’opinion ou de toute autre condition.

Ont cosigné :

-ADEFHO
-Affirmative Action
-AIDS ACODEV CAMEROUN
-Alternatives Cameroun
-CAMFAIDS
-EVOLVE
-FISS-MST/SIDA
-Humanity First Cameroon
-Africagay contre le Sida
-AMSHER (African Men for Sexual Health Rights)
-QAYN (Queer African Youth Network)

Bookmark and Share