Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / Articles (WORLD) / L’ASIE Aujourd’hui
chargement de la carte…

Contributeurs

ILGA Brussels - internship Christa Levko, ILGA Brussels - internship
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Espagnol)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Portugais)

Facebook

Activists from People Like Us met with Prof Douglas Sanders (second from the right) during a visit to Singapore.
L’ASIE Aujourd’hui

in WORLD, 07/08/2013

“Asia these days” takes a look at how Asia is slowly becoming more LGBTI friendly. Professor Sanders discusses the development of Pride events across Asia and how they are leading to more and more LGBTI people being visible in the main stream.

L’Asie devient plus favorable aux personnes LGBTI. Cette évolution n’est pas spectaculaire, mais se fait petit à petit, progressivement.

En 2009, la Haute Cour de Delhi a interprété de façon restrictive la section 377, héritée de l’époque coloniale et qui criminalisait l’homosexualité. Cette section ne put alors plus s’appliquer aux relations sexuelles entre hommes adultes consentants. Le gouvernement national aurait préféré ne rien faire – laisser disparaître la section sans faire appel, sans adhésion à l’idée de « droits humains » pour les homosexuels. Mais des fanatiques religieux se sont assurés de l’existence d’un appel auprès de la Cour suprême. Plus d’un an après l’audience devant la plus haute juridiction, nous attendons toujours une décision.

Pendant ce temps, la version de Singapour de l’interdiction du sexe entre hommes a été contestée dans deux dossiers. En avril 2013, la première décision a confirmé que cette loi représentait les positions morales de Singapour. Un appel sera déposé. Les lois pénales discriminatoires ont disparu à Hong Kong mais survivent encore dans d’autres anciennes colonies britanniques – au Bangladesh, à Brunei, en Malaisie, en Birmanie, au Pakistan, au Sri Lanka – et dans certaines parties d’Asie centrale.

La visibilité LGBT est encore faible. Mais il y a maintenant un élu ouvertement gay à Tokyo et un autre à Hong Kong. Les pionniers ont été une élue lesbienne à Osaka et une femme trans dans le Grand Tokyo. Des Hijras se sont présentés à quelques élections en Inde. Certains ont été maires dans le passé, et l’un d’eux a été membre du parlement d’un état.

Taïwan reste la seule juridiction d’Asie qui interdise la discrimination à l’emploi pour des raisons d’orientation sexuelle. Mais au moins trois gouvernements locaux ont fait passer des lois similaires aux Philippines.

Les marches de la fierté sont un peu plus répandues. La « Pink Dot » de Singapour est connue dans le monde entier pour sa façon intelligente de contourner les lois interdisant les manifestations publiques. Retrouvons-nous dans le parc pour un pique-nique, et portons tous du rose. Le résultat est une affiche publicitaire annuelle montrant le rassemblement d’un millier de personnes en rose. Au Vietnam, des gens ont accroché des rubans et des drapeaux arc-en-ciel à leurs motos et ont parcouru à grand bruit les rues de Hanoï pour une grande non-manifestation colorée. Cela a permis de briser la glace, et des marches de la fierté officielles ont suivi. La prochaine se tiendra à Hanoï les 2 et 3 août 2013. En Thaïlande, Phuket et Pattaya connaissent encore des événements de la « fierté », mais Bangkok a laissé tomber les marches depuis des années (déjà vu, déjà fait). D’amers souvenirs de l’annulation forcée de la marche à Chiang Mai il y a quatre ou cinq ans restent présents. De nombreuses marches se tiennent maintenant en Inde – j’en ai perdu le compte.

Les personnes trans peuvent obtenir des documents pour leur changement dans de nombreuses juridictions, maintenant. Elles peuvent se marier sous leur sexe choisi (généralement avec des restrictions) en Chine, en Indonésie, au Japon, à Singapour, en Corée du Sud, à Taïwan, et dans certaines parties de l’Asie centrale. Hong Kong accepte les changements de papier d’identité, mais pas de l’acte de naissance, qui régit là-bas les droits au mariage. Une contestation en justice a échoué, y compris en appel – mais elle se trouve actuellement devant la cour d’appel finale.

Les gouvernements et les bailleurs de fonds étrangers sont de plus en plus favorables aux LGBTI en Asie. Le programme de développement de l’ONU et d’autres partenaires tels que US AID ont lancé le programme « Être LGBT en Asie » à la fin de l’année 2012, en s’appuyant sur des programmes et des études qui dans le passé ont été motivés par les questions de santé.

En 2012, à la grande joie de l’arc-en-ciel mondial, le ministre de la justice vietnamien a affirmé que l’ouverture du mariage devrait être discutée dans un pays qui se veut attaché aux droits humains. Un long processus de consultations et de discussions sur plusieurs réformes des lois sur les familles est en cours. Des unions civiles ou le mariage pourraient être adoptés au Vietnam en 2014. Et les mêmes sujets font couler beaucoup d’encre en ce moment à Taïwan et en Thaïlande. Un comité du parlement thaï a tenu début 2013 quatre réunions régionales à propos d’un projet d’égalité des droits au sein d’un partenariat. Tôt ou tard, les choses avanceront. Quel pays montrera la voie ? La course de chevaux concerne en ce moment le Népal, Taïwan, la Thaïlande et le Vietnam. Choisissez votre canasson favori !

Après son exil, Myo Min est rentré en Birmanie, et sa nouvelle organisation est Color Rainbow, avec de tout nouveaux bureaux à Yangon. 25 brillants jeunes délégués de Birmanie ont participé à la conférence de l’ILGA-Asie à Bangkok en mars 2013.

Pendant des années, je me suis plaint du manque de célébrités ouvertement homos dans ma bien-aimée Thaïlande. Mais il y a maintenant trois pop stars hors du placard ! Ouah ! Quel changement. Ainsi que deux super films Tom-Dee (des couples de lesbiennes butch/fem) qui ont été largement distribué, et quatre magazines qui sont vendus partout, dont le fabuleux Tom Act.

Bookmark and Share