Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
EN
FR

Accueil / Afrique / Cameroon / Articles / Cameroun: Deux lesbiennes condamnées
chargement de la carte…

Contributeurs

ILGA Brussels - internship Christa Levko, ILGA Brussels - internship
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)

Facebook

Michel Togué (Photo by Eric O. Lembembe)
Cameroun: Deux lesbiennes condamnées

in CAMEROON, 24/06/2013

Arrêtées en janvier 2013 et déférées à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé, Clarisse et Jeanine ont été condamnées le 15 mai dernier à neuf mois d’emprisonnement ferme pour homosexualité.

 

« Le cas de Clarisse Z. et Jeanine N., deux jeunes lesbiennes âgées de 27 ans chacune, est un cas purement atypique de toutes les affaires d’homosexualité que j’ai défendu jusqu’à maintenant ». S’exprime Me Michel Togué, avocat au barreau du Cameroun et défenseur des droits humains, le 19 juin 2013.

 

Car, en réalité, c’est Clarisse, l’une des jeunes femmes qui, suite à une relation qu’elle a eu avec Jeanine, s’en va se plaindre auprès de la compagnie de gendarmerie de Yaoundé 1er pour harcèlement et menaces de mort. Les faits se passent en janvier 2013. Juste après la plainte, une enquête est ouverte et les investigations des gendarmes conclurent rapidement qu’il s’agit d’une relation homosexuelle entre les deux femmes, dont l’une est vendeuse dans un supermarché de la place et l’autre monitrice de sport.

« Dans l’esprit de la plaignante, il était question de juste faire peur à son ex-compagne avec qui elle avait déjà rompu. Selon les déclarations de Clarisse, que j’ai rencontré en prison, son ex-partenaire était très jalouse et elle souhaitait plus être en contact avec elle. Mais à sa grande surprise, l’affaire a tourné en leur défaveur. Les deux ont été arrêtées pour homosexualité et ont été déférées à la prison centrale de Kondengui », raconte Me Michel Togué, avocat des deux jeunes femmes.

Selon la loi camerounaise, « l’homosexualité en cas de flagrant délit est condamnée de 6 mois à 5 ans, avec une amende allant de 20 000 (30,4 Euros) à 200 000 Fcfa (304 Euros) ».

Finalement, bien qu’il n’y ait pas eu de flagrant délit et que les éléments de leur condamnation ne soient pas probants, le 15 mai dernier, le tribunal de première instance du centre administratif de Yaoundé les a condamnées à neuf mois d’emprisonnement ferme pour le motif d’homosexualité. Leur avocat fit appel le jour suivant. Aujourd’hui, les deux jeunes femmes ont presque déjà purgé la moitié de la peine de prison.

Malgré leur désir de ne pas rendre leur affaire publique, cette autre condamnation pour homosexualité inquiète de plus belle les défenseurs des droits des LGBTI. Le procès a eu lieu à un moment où le rythme des accusations contre les personnes LGBTI au Cameroun avait ralenti, et après que le président Paul Biya a déclaré aux journalistes à Paris que les perceptions des Camerounais au sujet de l’homosexualité sont en train de changer.

« Il y a une évolution des esprits. Il ne faut pas désespérer », a indiqué M. Biya le 30 janvier au terme d’un entretien avec le président français, François Hollande. Pourtant, Clarisse et Jeanine ont écopé de neuf mois de prison ferme.

– Eric O. LEMBEMBE

 

Bookmark and Share