Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / Afrique / Botswana / Articles / L’intervention orale d’ONG après l’adoption formelle du rapport de l’EPU sur le Botswana
chargement de la carte…

Contributeurs

Communication ILGA Communication ILGA
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Espagnol)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Portugais)

Facebook

Lame Charmaine Olebile
L’intervention orale d’ONG après l’adoption formelle du rapport de l’EPU sur le Botswana

in BOTSWANA, 18/06/2013

23ème session du Conseil des droits de l’homme – point n°6 – EPU du Botswana 2013 Association internationale lesbienne et gay (ILGA) Intervention de Lame Charmaine Olebile, LEGABIBO

Regarder la vidéo (numéro 17 dans la colonne sur la droite)

 

6 juin 2013
Intervention de Lame Charmaine Olebile, Botswana.

 

Merci, M. le président.

Cette déclaration est également lue au nom des lesbiennes, des gays et des bisexuel-le-s du Botswana. J’aimerais remercier le gouvernement du Botswana pour sa participation au processus de l’EPU et pour son dialogue avec la société civile.

Nous aimerions noter les mesures prises par le gouvernement pour établir un dialogue avec les personnes LGBT, en particulier dans le cadre de l’atelier sur le développement du Plan d’action national pour les droits humains. LEGABIBO, groupe de personnes LGBT au Botswana, qui a également pris part à la consultation de la société civile, essaie depuis des années de se déclarer officiellement, mais son enregistrement a été refusé, ce qui rend difficiles son travail de soutien auprès de la communauté et ses efforts de sensibilisation aux violations et abus des droits humains auxquels font face les personnes LGBT. En demandant à la Haute Cour d’examiner la question de notre enregistrement, nous espérons voir accordé notre droit à être reconnu en tant qu’entité juridique.

Nous demandons au gouvernement du Botswana de continuer à prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre des lois antidiscriminatoires couvrant tous les cas. Bien que nous nous félicitions de l’adoption en 2010 de l’amendement de la loi sur l’emploi, qui inclut maintenant l’orientation sexuelle dans la liste des protections contre les licenciements abusifs, nous aimerions attirer l’attention sur d’autres formes de discriminations dont sont victimes les personnes LGBT dans leur vie quotidienne, comme par exemple l’accès aux soins.

Nous regrettons que le gouvernement du Botswana ait rejeté les recommandations faites par plusieurs états quant à la décriminalisation des relations sexuelles entre adultes consentants. Bien que le gouvernement ait rejeté les recommandations du Canada et de l’Australie à propos de l’établissement d’un dialogue dans le but d’abroger les lois qui criminalisent les relations entre adultes de même sexe consentants et à propos de la mise en œuvre de lois antidiscriminatoires, en particulier pour l’élimination des discriminations pour des raisons d’orientation sexuelle, nous nous réjouissons de la décision du Botswana de mettre en place des campagnes d’éducation sur ces questions et d’encourager la participation de la société civile à cette entreprise.
Nous demandons pour finir au gouvernement du Botswana de renforcer son dialogue avec la société civile sur les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre, questions sur lesquelles nous sommes prêts à partager notre savoir-faire.

Merci.

Vous pouvez lire le rapport de l’EPU avec les recommandations faites au Botswana en cliquant ici (en partie en français).

 

Bookmark and Share