Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
EN
FR

Accueil / Afrique / Cameroon / Articles / Au CAMEROUN, le 8 Mars est la journée contre les femmes
chargement de la carte…

Contributeurs

Pan Africa ILGA Apinda Mpako, Pan Africa ILGA
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)

Facebook

Au CAMEROUN, le 8 Mars est la journée contre les femmes

in CAMEROON, 02/03/2012

A" approche de la Journée internationale de la femme, trois femmes arrêtées parce que soupçonnées de pratiques homosexuelles se preparent pour comparaitre devant un juge.

L’affaire ministère public contre Martine A. 26 ans, Estelle B. 29 ans, et Léonie D. n’a pas pu se tenir le Lundi 20 Février 2012 comme initialement prévu à cause de la forte affluence que cette affaire a drainée au Tribunal de la ville d’Ambam.

Interpellées le Mardi 14 Février 2012 (Journée de la fête des amoureux), les trois demoiselles sont soupçonnées de pratiques homosexuelles à la suite d’une scène de jalousie entre-elles qui a permis aux gendarmes les arrêter. A cette date, elles ont été conduites à la gendarmerie d’Ambam où elles ont passé près d’une semaine de garde à vue.

Elles ont été relâchées le Lundi 20 Février pour comparaitre libres auprès du Tribunal d’Ambam. Mais l’audience n’a pas eue lieu à cause e la foule et é été renvoyé le 8 Mars 2012, la journée Internationale de la femme.

La communauté homosexuelle au Cameroun est très inquiète des propos de l’ancien sous-préfet de la région d’Ambam qui dénonce « un vaste réseau d’homosexuel(le)s qui existerait dans la région en provenance de la Guinée Equatoriale et du Gabon ».

L’Association Alternatives-Cameroun quant à elle :

  • Dénonce les arrestations basées sur l’orientation sexuelle
  • S’oppose aux gardes à vue prolongées sans motif valable
  • Ne peut que s’offusquer du choix symbolique de la journée du 8 mars, journée internationale de la femme, pour fixer le procès et alerte le Ministre de la Femme et de la Famille sur le retentissement international de ce type de procès un tel jour.
  • Dénonce toutes formes de violences ou humiliations faites à l’endroit des personnes arrêtées pour homosexualité dans les tribunaux et les cellules de détention.
  • Appelle une fois de plus à la suppression de l’article 347 bis du code pénal Camerounais.

Personnes à contacter:
Parfait Behen : +237 99 93 29 65 / pbehenfr@yahoo.fr
Yves Yomb : + 237 98 48 26 14 / guyphoide@yahoo.fr
Simon Biatch : + 237 74 64 51 12 / biatchpat@yahoo.fr 

Bookmark and Share