Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Afrique / Uganda / Articles / UN AVOCAT OUGANDAIS DEFEND LES DROITS DES GAYS DEVANT UN AUDITOIRE DE CHRETIENS
chargement de la carte…

Facebook

UN AVOCAT OUGANDAIS DEFEND LES DROITS DES GAYS DEVANT UN AUDITOIRE DE CHRETIENS

in UGANDA, 15/11/2011

Un avocat défendant les trois prédicateurs évangélistes anti gay dans le procès pour homophobie a défendu les droits des gays devant un auditoire composée de chrétiens le 28 Octobre.

Un avocat défendant les trois prédicateurs évangélistes anti gay dans le procès pour homophobie a défendu les droits des gays devant un auditoire composée de chrétiens le 28 Octobre.

Maître Edward Sekabanja participait à un débat public à la Faculté de Droit de l’Université de Makerere sur le droit ou non des homosexuels à jouir de droits humains en Ouganda.

Lors du débat, Skabanja a dit qu’il était temps pour les opposants aux homosexuels d’écouter leurs besoins et que les temps avaient changé et la société ougandaise devait évoluer dans ce sens également.

Le débat était organisé par l’Union des Chrétiens de la Faculté de Droit, un groupe d’environ 200 personnes composé exclusivement d’étudiants, d’enseignants et autres employés de la faculté de droit.

Sekabanja a dit à l’auditoire que “les chrétiens doivent accepter le débat sur l’homosexualité.” Il a ajouté que ceux qui s’opposent aux gays et à leurs revendication en terme de droits auront besoin de plus d’arguments que les paroles bibliques seules.

Il a ajouté “je suis conscient de l’évolution du monde et ce débat (sur l’homosexualité) ne devrait pas s’achever ici.”

Sekabanja défend les pasteurs Martin Sempa, Bob Kyazze et Salomon Male dans une affaire criminelle de conspiration et dénonciation calomnieuse les opposant à de leur collègue prédicateur Robert Kyanja, le chef de la Cathédrale du Centre des Miracles qu’ils accusent d’avoir sodomisé des jeunes hommes dans son église.

L’Union des Chrétiens de la Faculté de Droit a été formée dans les première années de la création de la faculté de droit de l’Université de Makerere pour réintroduire les valeurs morales et éthiques dans la profession judiciaire base sur des valeurs chrétiennes, en ayant a l’esprit que l’université est le berceau de la profession judiciaire dans le pays.

Le débat avait pour thème “l’homosexualité est il un droit humain? Perspectives légales et morales. »

Stephen Langa, un des initiateur du projet de loi anti homosexualité de 2009 qui prévoyait la peine de mort pour les gays ougandais a dit “les homosexuels ne devraient pas avoir accès aux soins de santé parce que le taux élevé des porteurs du VIH/Sida dans la communauté LGBTI était une malédiction de Dieu.

Citant abondamment le Pink Swastika, un livre co-écris par son ami américain Scott Lively et dans lequel il est dit que les homosexuels étaient à l’origine du parti nazi et avaient perpétré l’Holocauste, Langa a affirmé que l’homosexualité était une “question morale”. Il a dit que l’homosexualité ne peut pas être juste parce que c’est “un comportement acquis et non pas ta couleur de peau ou ton appartenance tribal qui sont des droits inhérents. »

Langa a dit qu’il était particulièrement perturbé par le fait qu’à part un petit groupe de gays silencieux qui mènent leur vie paisiblement, il y a ceux qui, a t-il dit “ont un plan précis visant à promouvoir l’homosexualité et mettre en péril les valeurs chrétiennes.”

Langa a accusé les Nations Unies et en particulier le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies de promouvoir ce plan qui met en péril les valeurs universelles du mariage et de la famille basées sur le mariage hétérosexuel et les principes bibliques.

Il a accusé le Conseil Des Droits de l’Homme de rendre la vie impossible aux “pays qui ne veulent pas dépénaliser l’homosexualité.”

Langa a dit que plutôt que de demander aux britanniques de s’excuser pour avoir introduit les lois anti gay dans ses anciennes colonies, on devrait plutôt remercier les britanniques pour avoir prit 600 ans de sa civilisation pour développer des lois constitutionnelles dont le monde a hérité.

Il a noté que les lois britanniques suivaient les principes bibliques et “ont portés la civilisation occidentale, ce qui est la meilleure chose que l’espèce humaine a jamais connu.”

Alors qu’il appelle le gouvernement de l’Ouganda à voter le projet de lois anti homosexualité, Langa a dit “l’homosexualité et la promiscuité tuent cette civilisation avec la corruption morale.”

Langa a cependant reconnu qu’il y a des personnes qui sont nées gays, même si selon sont opinion, ces personnes ont juste besoin d’aider pour se guérir.

Kabumba Busingye, professeur de droit, a dit que tous les péchés ne devraient pas être des crimes. Il a dit qu’il avait une peur injustifiée selon laquelle les homosexuels ont des intentions inavouées.

Kabumba a dit que les homosexuels sont des êtres humains et “ dans la constitution ougandaise tous les hommes ont les mêmes droits, sans tenir compte de ce qu’ils sont.”

Il a expliqué qu’alors que les musulmans épousent quatre femmes et que les traditionnalistes africains encouragent la polygamie, les chrétiens occidentaux désapprouvent de telles valeurs, “mais lesquelles de ces valeurs sont supérieures aux autres» s’est interrogé Kabumba.

Selon Kabumba la constitution ougandaise garantissant les droits à tous les ougandais a été écrite en se basant sur le contexte historique de l’Ouganda qui a été marqué par la violence et l’intolérance. Il a dit que les ougandais avaient fait vœux à travers la constitution de 1995 de ne jamais revivre ces jours sombres, ajoutant que si les anti gay voulaient que les homosexuels soient éliminés ils devraient plutôt changer la constitution. Il a ajouté que cette initiative serait contestée.

Kabumba a également noté que les valeurs doivent reconnaitre la dignité des personnes, non pas à cause de ce qu’elles font, mais plutôt pour ce qu’elles sont.

Rafaela Asio, étudiante en troisième année de droit à l’Université de Makerere a dit le débat sur l’homosexualité tel que présenté par les militants anti gays est erroné. “Les femmes ont souvent des relations anales dans le mariage. J’en connais tellement mais personnes n’en parle” a t-elle dit.

Asio a dit que plutôt que de se concentre sur ce que deux homes adultes choisissent de faire dans l’intimité, les ougandais devraient diriger leur colère et leur énergie pour dénoncer la corruption et le détournement des revenus du pétrole par les officiels du gouvernement.

Jeff Ogwaro, militant LGBTI a dit que si l’homosexualité était un comportement dont on pouvait se débarrasser, de nombreux homosexuels y auraient déjà renoncé étant donné les persécutions, les menaces de mort dont ils sont victimes parce qu’ils sont gays.

Bookmark and Share