Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Afrique / Cameroon / Articles / CAMFAIDS, pour une prise en charge complète des PVVIH
chargement de la carte…

Facebook

marqués avec: ist et vih sida
Yaoundé, de nuit. CAMFAIDS, réduire la propagation rapide du VIH/SIDA et les décès au sien des minorités sexuelles.
CAMFAIDS, pour une prise en charge complète des PVVIH

in CAMEROON, 14/10/2011

Tel est le leitmotiv de cette jeune association créée en mai 2010 par des jeunes Camerounais soucieux d’apporter leur contribution à la lutte contre la propagation rapide du VIH / SIDA au sein des couches vulnérables dans la ville de Yaoundé et ses environs.

Constats : malgré les nombreux programmes et projets des associations pour la sensibilisation des minorités sexuelles sur le VIH/SIDA, le nombre d’infections et la propagation de la pandémie auprès de ces cibles ne cessent d’augmenter. Selon Dominique Menoga, président de Cameroonian Foundation For AIDS (CAMFAIDS), certains jeunes des environs de la ville de Yaoundé notamment ceux de la zone universitaire de Soa, où se développe particulièrement une forte et grandissante activité sexuelle, n’étaient pas touchés prioritairement par les activités de ces associations sœurs. « Lors de nos descentes sur le terrain, des gens nous ont avoué n’avoir jamais vu un lubrifiant de leur vie ou même ne connaissaient même pas les méthodes simples de transmission du VIH/SIDA », explique-t-il.


L’augmentation sans cesse croissante des cas de décès liés à la pandémie dans la communauté homosexuelle de Yaoundé, l’une des cibles sur laquelle travaille prioritairement la jeune fondation, nous ont également profondément bouleversé, d’autant plus que certains cas de disparus se comptaient auprès des amis proches, avoue le président de CAMFAIDS. « En tant qu’acteur social œuvrant principalement pour le bien être des personnes vulnérables en matière de santé sexuelle, nous ne pouvions rester les bras croisés. Malgré les actions de prévention que nous menions déjà, nous avons senti la nécessité et l’urgence de stopper cette vague de décès et la progression du virus au sein des minorités sexuelles de Yaoundé et ses environs en mettant sur pied une association digne de ce nom. D’où CAMFAIDS, donc l’objectif premier serait d’étendre des actions d’accompagnement psychologique et de prise en charge au sein des communautés sexuelles vulnérables de Yaoundé et ses environs afin d’y réduire la progression du VIH/SIDA et le cas de décès », commente Dominique Menoga.

Statut sérologique
Pour l’heure, en terme de réalisations depuis mai 2010, date de sa création, l’association qui compte une trentaine d’adhérents et sympathisants, a déjà effectué de nombreuses campagnes de sensibilisation sur la pandémie.
« Avec l’aide de certains partenaires, nous distribuons régulièrement des préservatifs dans certains coins chauds de Yaoundé et au campus de Soa. Lors de ces descentes dans des quartiers Essos, Mvog-Ada ou encore Melen, nous expliquons aux cibles le bien fondé de la connaissance de son statut sérologique qui évoque par conséquent le changement de comportement sexuel », continue le président de CAMFAIDS. D’autres moyens de sensibilisations comme les groupes de paroles et les communications inter-personnelles (individuelles) notamment via les sites Internet de rencontres sont également usités. Egalement à son actif, CAMFAIDS a participé également à un projet de plaidoyer sur l’éducation et l’information sur les droits en santé sexuelle et prévention avec des associations sœurs travaillant sur la thématique de la lutte contre le VIH/SIDA au sein des personnes à risques. Cette année, d’autres ateliers d’échanges d’expériences et de renforcement de capacités sur les droits en santé sexuelle et droits humains des minorités sexuelles ont suivi.

Discriminations et arrestations arbitraires
En ce qui concerne les perspectives, les jeunes de CAMFAIDS entendent mettre sur pied des projets pertinents pour la prise en charge totale et complète des PVVIH dans l’optique d’amener un plus grand nombre de cibles à connaître leur statut sérologique via des campagnes de dépistage volontaire et gratuit.
Mais l’on ne s’arrêtera pas qu’au dépistage, car d’après ces activistes, certaines personnes se résignent à demeurer séro-ignorants car n’étant pas immédiatement pris en charge lorsqu’ils viennent à être déclarer porteurs du virus. Un accompagnement immédiat et complet des PVVIH doit donc suivre, aussi bien médical, psychologique que socio-professionnel. La mise sur pied d’une coalition avec les associations sœurs travaillant dans le domaine de la sensibilisation et la prise en charge des minorités sexuelles est également envisagée. « Ceci nous permettrait, sans doute, de toucher un plus grand nombre de cibles et d’avoir des actions fortes et pertinentes », croit Dominique Menoga. Enfin, sur tout un autre volet, l’association compte également intensifier, la diffusion de l’information sur les droits humains afin d’endiguer toutes ces formes de discriminations et arrestations arbitraires non argumentés par des textes de lois, conclut son président.
 

Bookmark and Share