Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Afrique / Uganda / Articles / LES ACTIVISTES OUGANDAIS SE PREPARENT POUR LE PROJET DE LOI « PRO GAY » PROPOSE PAR LE PARLEMENT EST AFRICAIN
chargement de la carte…

Facebook

LES ACTIVISTES OUGANDAIS SE PREPARENT POUR LE PROJET DE LOI « PRO GAY » PROPOSE PAR LE PARLEMENT EST AFRICAIN

in UGANDA, 24/10/2011

LGBT Activistes ougandais discutent du projet de loi pro gay presenté bientôt devant le Parlement Est Africain.

Les militants ougandais des droits des gays ont entamés des consultations avec les organisations de droits de l’homme et de lutte contre le Sida afin de discuter dur projet de loi 2010 relatif à la Prévention et la Gestion du VIH et du Sida au sein de la Communauté Est Africaine.


Cette initiative a été inspirée par la prochaine réunion du Conseil des Affaires Légale et Judiciaires de la Communauté Est Africaine qui se réunira la semaine prochaine pour discuter du projet de loi communautaire sur le VIH et le Sida – favorable aux gays - avant de conseiller leur gouvernements respectifs.


La réunion qui aura lieu à Arusha en Tanzanie verra la participation des procureurs généraux et des Ministres de la justice des cinq pays membres de la Communauté Est Africaine à savoir l’Ouganda, le Kenya, la Tanzanie, le Rwanda et le Burundi.


L’issue de cette réunion devra orienter les discussions du Conseil des Ministres de la Communauté Est Africaine prévue pour la deuxième semaine de Novembre et qui verra la participation entre autre de l’Eriya Kategaya, Ministre ougandais à la Communauté Est Africaine. Il est attendu que les ministres fassent des recommandations sur le projet de loi qui sera discuté en Mars 2012.


Julius Sabuni du Réseaux Nationaux Est Africains des Organisations des Service du Sida, - un consortium d’organisations régionales nationales - a déclaré Jeudi à Kampala que les activistes de la région devront être prêts pour influencer positivement cette initiative.
Il a affirmé que si le projet de loi est adopté et voté par les cinq pays, il aura priorité sur les structures légales nationales relatives au VIH/Sida.


Selon Kabumba Busingye, professeur de droit et militant ougandais des droits des gays, pour que cela se réalise les parlements nationaux devront d’abord ratifier le projet de loi Est Africain et le mettre en accord avec les lois nationales.
Il a dit qu’étant donné que le projet de loi est favorable aux gays, les militants en Ouganda devront se battre pour s’assurer que l’Ouganda ait la capacité d’accepter le projet de loi, mais également de le ratifier lorsqu’il sera présenter au parlement l’année prochaine. Kabumba a ajouté que les activistes gays devront s’assurer que l’Ouganda ne conteste pas le texte relatif à l’homosexualité dans le projet de loi.


Mary Kamukama, activiste travaillant pour le Groupe d’Action pour les Droits à la Santé a prévenu que “ nous devons faire attention. L’Ouganda aime ratifier partiellement les lois votées par la Communauté Est Africaine. Nous devons nous assurer que la pénalisation à laquelle nous nous opposons dans le projet de loi ougandais sur le VIH soit ratifié par le parlement ougandais quand elle sera finalement adoptée. »


Les activistes gays sont menés dans cette initiative par Uhspa Uganda en collaboration avec la Coalition de la Société Civile de l’Ouganda sur les Droits de l’Homme et la Loi Constitutionnelle, un rassemblement de 33 organisations pro gays.
La décision sur laquelle ils se mettront d’accord sera présenté au Ministre ougandais de la Coopération est Africaine et des législateurs lors de l’Assemblée est Africaine à Arusha.
Une copie du projet de loi qu’a pu se procurer Behind The Mask indique que les cinq pays membres veulent renoncer à la pénalisation de pratique dites favorables à la propagation du VIH/Sida, en même temps qu’ils veulent adopter une approche beaucoup plus base sur la lute contre la pandémie.


Le projet de loi va permettre d’harmoniser les programmes VIH/Sida au niveau régional. Mr Sabuni a salué le fait que le projet de loi proposé initialement par le CSOs, ait ensuite été reprit par gouvernements régionaux.
La décision de ne plus pénaliser les pratiques dites favorable à la propagation du VIH/Sida et la volonté de relayer les informations à tous sans discrimination et au niveau régional, a touché les cœurs de certains activistes et groupes de pression en Ouganda.


Les militants gays et les groupes de pression ont également lancé une pétition demandant que les droits des gays à la santé soient inclus dans le projet de loi ougandais sur le control du VIH/Sida.
Le projet de loi sur le VIH était à l’étude lors de la dernière législature et il y a de forte chance qu’il soit de nouveau présenté devant le parlement lors de la session qui se tiendra lors des vacances de noël cette année.


Les activistes gays et les groupes de défense des droits de l’homme observent de manière critique le projet de loi sur le VIH dans la mesure où il aura une grande influence sur le projet de loi ougandais sur le VIH lorsqu’il sera en discussion devant le parlement.
Dorah Kyomukama, Directrice Exécutive du Réseau Ougandais sur la Loi et l’Ethique a fait savoir que le projet de loi était une bonne chose pour l’Ouganda, surtout le fait de retirer la clause relative à la pénalisation des structures légales nationales.
Prossy Ssonko, membre du conseil de direction du groupe LGBTI Uhspa Uganda, a dit “le langage du projet de loi semble prometteur pour les droits des gays à la santé. »


Elle a ajouté qu’avec ce projet de loi, il y a de forteschances que les homosexuels soient inclus dans le processus de partage d’information et aient accès aux services vitaux de prévention, de prise en charge et de traitement du VIH.


Ssonko a dit que “ le langage est encore vague. Tous les activistes LGBTI dans la région Est Africaine doivent s’intéresser au projet de loi afin de rendre le langage gay spécifique et amical. »


Une partie du projet de loi fait référence à la manière d’approcher les groups vulnérables et marginalisés si le projet de loi est voté. Il stipule que la dénomination « groupes vulnérables et marginalisés en relation avec le VIH/Sida désigne n’importe quel groupe dont les membres peuvent avoir des besoins particuliers ou qui peuvent être confrontés à de plus grandes difficultés si leurs besoins ne sont pas spécialement pris en compte ; elle désigne également les personnes handicapées, les enfants, les femmes, les jeunes filles, les personnes qui s’engagent dans différentes formes de pratiques sexuelles consenties mais à risque ou interdites par la loi, les usagers de drogues injectables, les refugiés, les immigrés, les prisonniers, les personnes déplacées et les populations mobiles. »


Le projet de loi prévoit également de “rendre illégale toute discrimination liées au VIH/Sida, de promouvoir la reconnaissance des personnes vivant avec le VIH et des membres des groups vulnérables et marginalises; de discuter des messages et stratégies appropriées destinés aux groupes vulnérables et marginalises; de présenter les messages dans des formats qui facilite l’intégration des différentes catégories de personnes vivant avec un handicap. »

Bookmark and Share