Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Afrique / Côte D'ivoire / Articles / La loi ivoirienne sur le mariage consacre l’égalité homme-femme
chargement de la carte…

Facebook

La loi ivoirienne sur le mariage consacre l’égalité homme-femme

in CÔTE D'IVOIRE, 28/11/2012

A partir du moment où le président Ouattara aura apposé sa signature, la famille ivoirienne sera gérée conjointement par les époux qui assureront ensemble « la direction morale et matérielle de la famille », pourvoiront à l’éducation des enfants et prépareront leur avenir.

Des dissensions entre les partis alliés du gouvernement, le Rassemblement des républicains ( RDR) et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) sur le projet de révision des lois sur le mariage avaient entraîné le 14 novembre, la dissolution du gouvernement dirigé par Jeannot Kouadio Ahoussou. Le 21 novembre, un nouveau gouvernement sous la houlette de l’économiste Daniel Kablan Duncan a été nommé. Le même jour les députés ivoiriens ont adopté à une très large majorité malgré un débat houleux, 213 députés sur les 229 présents, ce fameux projet de loi sur le mariage. Le nouveau texte modifie en profondeur celui en vigueur depuis 1964 et consacre pour l’essentiel l’égalité entre homme et femme dans le couple.

« L’homme n’est plus chef de famille », titre le quotidien Le Patriote. C’est la disparition de cette notion de chef de famille risquant « d’entraîner la désintégration de la cellule familiale » que craignait le PDCI qui a finalement voté le texte. A partir du moment où le président Ouattara aura apposé sa signature, la famille ivoirienne sera gérée conjointement par les époux qui assureront ensemble « la direction morale et matérielle de la famille », pourvoiront à l’éducation des enfants et prépareront leur avenir. De même, « le domicile de la famille est choisi d’un commun accord par les époux ». Quant aux charges du mariage, elles reposeront désormais sur les deux époux, la femme ayant le droit d’exercer la profession de son choix.

La nouvelle loi qui satisfait les défenseurs des droits des femmes, ne fait pas l’unanimité partout, les arguments avancés par certaines parties sont pour le moins surprenants. C’est le cas du quotidien d’opposition Notre Voie pour qui la loi est inapplicable en l’état car contraire à la culture et aux moeurs africains. « Une loi qui établit une égalité parfaite entre l’homme et la femme dans le foyer est une loi non africaine », déplore -t-il notamment, expliquant que cela posera des problèmes pour la primauté du nom de famille. A ce jour en Côte d’Ivoire,d’ailleurs comme dans de très nombreux pays africains ou occidentaux, l’enfant porte le nom du père ce que la femme pourra bientôt revendiquer, s’inquiète le journal. Plus grave à ses yeux, la loi pourrait être la porte ouverte à une légalisation de l’homosexualité !

Il faut rappeler que dans ce domaine la Côte d’Ivoire s’est déjà trouvée à la pointe du progrès. En 2006 en effet, la polygamie a été mise hors la loi. Avec l’adoption de l’article du Code civil français disant que « nul ne peut contracter un nouveau mariage avant la dissolution du précédant », elle avait été le premier pays d’Afrique francophone à franchir ce cap.

Bookmark and Share