Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR
ES
Accueil / Secrétariat Femmes / Mexico / Articles / Déclaration finale: Réunion Mésoaméricaine des Défenseuses des Droits Humains des Femmes
chargement de la carte…

Contributeurs

ILGA Raquel Perez Andrade, ILGA
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Espagnol)

Facebook

Déclaration finale: Réunion Mésoaméricaine des Défenseuses des Droits Humains des Femmes

in MEXICO, 01/06/2010

Nous, activistes et défenseures des droits humains de différents pays de Mésoamérique, réunies à Oaxaca au Mexique du 23 au 25 avril 2010, sommes engagées dans la lutte pour la défense et la promotion des droits humains et partageons une mémoire historique et de profondes préoccupations en ce qui concerne le développement du patriarcat dans notre région. Ceci s’exprime par l'inégalité croissante et la pauvreté, la violence, l'impunité, le militarisme, la corruption et l'avance du conservatisme et du fondamentalisme. Ce contexte affecte notre travail et met en danger les vies des activistes et des défenseures des droits humains.

Source: Just Associates (JASS)

L'autoritarisme de nos États a provoqué un retour à des contextes répressifs que nous croyions avoir réussi à changer. Certains droits pour lesquels nous nous sommes battus et que nous avions acquis sont entrain d’être supprimés. Le récent coup d'état au Honduras, la croissante faiblesse et le manque de légitimité des processus électoraux dans nos pays, ainsi que la criminalisation des femmes qui exercent leur droit à décider - résultats des complicités entre les gouvernements et les fondamentalistes religieux, en sont quelques exemples.
 

En outre, soit en complicité ou soit à cause de l'incapacité des États à bien gouverner, de puissants acteurs « de fait » comme le crime organisé, les entreprises transnationales, quelques institutions religieuses et groupes paramilitaires, entre autres, ont acquis ou ont augmenté leur capacité d’ingérence et de contrôle sur nos sociétés, en accentuant de cette façon la violence et la violation des droits des femmes.
 

Nous sommes des femmes et des transsexuelles, engagées dans la lutte pour la liberté et contre toutes formes d’oppression et d’injustice ; plusieurs d’entre nous se définissent aussi comme des féministes. Nous travaillons avec des populations diverses et sur des sujets variés. Nous luttons pour la défense des droits des peuples indigènes, les droits des lesbiennes, des femmes transsexuelles, des travailleuses, des jeunes, des travailleuses du sexe, et bien d'autres. Nous œuvrons pour l'éradication de toutes les formes de violence contre les femmes : la liberté de choisir son travail, les droits civils et politiques, les droits économiques, sociaux et culturels, le droit à une paix durable, à la vérité, à la mémoire et à la justice ; l'éradication de la pauvreté, pour la démocratie et la participation politique, pour la défense des droits à la terre, la protection de l'environnement et la durabilité environnementale, la dépénalisation de l'avortement et le plein exercice de nos droits sexuels et reproductifs.
 

Notre engagement envers la défense des droits humains constitue un pilier fondamental de la démocratie, la justice sociale, l'égalité de genre et l'éradication de toutes les formes de violence dans la région. Toutefois, les menaces, les attaques et les campagnes de diffamation, les exécutions et féminicides, les agressions sexuelles et la violence contre nos familles, ainsi que les diverses formes de harcèlement dont nous faisons l'objet en tant que défenseures et activistes des droits humains, mettent en risque la construction démocratique, affaiblissent les mouvements sociaux et l'exercice de la citoyenneté.
 

En prenant en compte tout ce qui précède, il est fondamental de s’assurer que toutes les activistes et défenseurs des droits humains en Mésoamérique jouissent des conditions nécessaires pour faire leur travail sans craindre pour notre sécurité personnelle, et dans un environnement où l’on respecte notre droit à défendre et à promouvoir les droits humains.
 

Pour cela nous demandons:
A la société:

* Son respect et son engagement envers notre travail en tant que diverses activistes et défenseures des droits humains, travail qui produit des bénéfices réels et concrets pour le grand public et qui contribue à la construction d'une société plus juste et soutenable.
* Son engagement actif pour l'éradication de toutes les formes de discrimination, d’oppression et de violence envers les diverses activistes et défenseuses, au sein des familles, des Communautés, des centres de travail et d’éducation ainsi que des autres lieux et institutions sociales et politiques.
* L’engagement et la cohérence de tous les mouvements sociaux et des organisations de la société civile, particulièrement des hommes qui en font partie, pour ne pas tolérer et pour combattre toute forme de violence envers les femmes à l'intérieur de leurs propres mouvements, ainsi que la reconnaissance du leadership et de la contribution faites par les activistes et les défenseures, et leur soutien solidaire avec les femmes qui dénoncent de telles violences, et de travailler à la prévention de la violence à l’égard des femmes.

Aux gouvernements et aux organes des États mésoaméricains:

* Qu’ils arrêtent la violence contre les diverses activistes et défenseures des droits humains et qu’ils favorisent à travers l'éducation, une culture de droits humains, de non discrimination et d’égalité de genre.
* Qu’ils remplissent leur obligation de protéger toutes les populations, en particulier les femmes et les transsexuelles, qui effectuent un travail de défense et de promotion des droits humains.
* Qu’ils établissent des programmes de protection et d’accès à la justice pour toutes les défenseures des droits humains, en garantissant qu’aucun cas de violence contre des activistes et des défenseures ne reste dans l’impunité.
* Qu’ils reconnaissent et qu’ils créent des mécanismes pour protéger les défenseures des droits des femmes des menaces de violence que nous recevons de la part d’acteurs non étatiques et privés, ainsi que celle à laquelle nous faisons face au sein même des Communautés et des familles.
* Qu’ils éliminent les politiques de militarisation et de privatisation de la sécurité publique dans la région.
* Qu’ils abolissent toute loi qui permette l’instauration d’ « états d'exception » dans la région.
* Qu’ils assurent la pérennisation de l'état laïque, en évitant toute politique ou mesure qui établissent la soumission de l'État aux institutions religieuses en matière de politiques publiques.

Au Système Interaméricain des Droits de l’homme (y compris la Commission Interaméricaine des Droits Humains, la Cour Interaméricaine des Droits Humains et les divers Rapporteurs du système):

* Prendre des sanctions éthiques et publiques contre les États qui exercent la violence à l’encontre des activistes et défenseures des droits humains.
* Donner un suivi ponctuel sur la situation des différentes défenseures des droits humains dans la région.
* Renforcer la coordination entre l'Unité des Défenseurs et le Rapporteur des droits humains des femmes, pour répondre de manière plus efficace aux cas de violations des droits des défenseures des droits humains des femmes qui pourraient se présenter.
* Donner l’opportunité de réaliser une Audition Thématique sur la Situation Générale des défenseures des droits humains des femmes dans les Amériques.
* Évaluer adéquatement la mise en œuvre des mesures préventives émises dans les cas de plusieurs défenseuses des droits humains, en assurant que la condition de genre est prise en considération dans la définition et la mise en œuvre des mesures, y compris son adoption rapide.
* Assurer l'élaboration rapide et la publication de la révision du Rapport sur la Situation des violences à l’égard des Défenseuses des droits humains dans les Amériques, effectué en 2006 et assurer le suivi de ses recommandations.
* Assurer que les visites in situ qu'effectue le Rapporteur des droits Humains des Femmes ainsi que l'Unité des Défenseurs et Défenseuses, incluent dans son ordre du jour la situation de violence envers plusieurs défenseuses des droits humains des femmes.

Au Système des Droits Humains de l’ONU (comités des traités, mécanismes spéciaux):

* Prendre des sanctions morales et publiques contre les États qui exercent la violence à l’encontre des activistes et des défenseures des droits humains.
* Assurer que le prochain rapport du Rapporteur Spécial sur la Situation des Défenseurs et Défenseures des droits humains contribue à rendre plus visible la réalité à laquelle nous, les activistes et les défenseures en Mésoamérique faisons face, en assurant, de même, que ce rapport ait une perspective de genre.
* Assurer que la situation des défenseures des droits humains des femmes soit intégrée dans tous les processus du récemment créé mécanisme de Révision Périodique Universelle, créé par les États membres du Conseil des Droits Humains de l'ONU, et que ces processus aient des conséquences et des effets contraignants.
* Renforcer le travail conjoint et la coordination entre le Rapporteur sur la Violence contre les Femmes et le Rapporteur Spécial sur la situation des Défenseurs des Droits humains, par exemple, dans l'émission de recommandations et de rapports ou la réalisation de missions conjointes, ainsi que dans la production de communiqués et de communiqués de presse conjointes.
* Assurer que tous les comités qui contrôlent le respect des traités sur la torture, les droits civils et politiques, les droits économiques sociaux et culturels, l'éradication de la discrimination contre les femmes et les droits de l'enfance, entre autres, incluent dans leur travail une perspective de genre et de droits des femmes, et en particulier, qu’ils prennent en considération la situation que vivent les diverses activistes et défenseures des droits humains des femmes dans la région.
* Diffuser largement toutes les recommandations que les différents mécanismes et les entités des Nations Unies donnent aux États de la région sur les droits des défenseures des droits humains des femmes, à travers les moyens de communication sociale de masse.

De notre côté, nous, diverses activistes et défenseures des droits humains de Mésoamérique, nous nous engageons à construire une plus grande cohésion entre nous, qui nous permette de continuer à agir collectivement pour répondre opportunément et effectivement à la violence pour ainsi accompagner les cas de menaces et attaques auxquelles font face nos collègues de la région.

--Fin de la Déclaration--

Veuillez notez que : Mésoamérique est un terme couramment utilisé pour se référer au Mexique et à l'Amérique centrale.
Licence de l'article: Creative Commons - Titulaire de la licence de l'article: Just Associates (JASS)

Bookmark and Share