Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Afrique / Uganda / Articles / Ouganda: la peine de mort pour «homosexualité aggravée» sera-t-elle maintenue?
chargement de la carte…

Contributeurs

ILGA-LAC ILGA-LAC

Facebook

Cet article a été signalé à la traduction. Cela signifie qu’un modérateur l’a lu et l’a considéré comme très intéressant et pertinent pour la communauté LGBTI tout entière. Lancez-vous et proposez une traduction dans d’autres langues !
Ouganda: la peine de mort pour «homosexualité aggravée» sera-t-elle maintenue?

in UGANDA,

Le gouvernement doit étudier les recommandations d'une commission qui propose quelques aménagements. Pendant ce temps, la communauté internationale maintient la pression.

A quoi ressemblera la version finale du projet de loi anti-gay en Ouganda? Ce texte, dévoilé à l'automne dernier, prévoit pour les homosexuels des condamnations allant de la prison à vie à la peine de mort selon les cas (lire nos articles). Très critiqué dès lors par la communauté internationale, le gouvernement doit prochainement étudier les propositions d'amendements d'une commission ministérielle, qui s'est tenue en février, à Kampala, la capitale ougandaise.

Peine de mort, «contestable»
Sept ministres étaient appelés à siéger à la Commission, dont le ministre de l'Ethique, James Nsaba Buturo. Fervent partisan du projet de loi, il a déploré des recommandations édulcorant le texte du député David Bahati, révèle le quotidien ougandais Daily Monitor.

Toujours selon ce journal, le rapport souligne que certaines mesures, comme la peine de mort pour les coupables d'«homosexualité aggravée», sont contestables. En revanche, le rapport dénonce toujours la «promotion de l'homosexualité», et il suggère d'inclure certaines «dispositions» du projet de loi dans une législation générale sur les offenses sexuelles. Objectif: éviter la stigmatisation trop directe d'une minorité et apaiser ainsi la communauté internationale, toujours sur le front.
Résolution au Sénat américain
Dernier exemple en date: le gouvernement britannique menace d'interdire de territoire David Bahati si son texte n'est pas jeté aux oubliettes. Le 22 avril, aux Etats-Unis, le sénat a pour sa part unanimement voté une résolution républicano-démocrate appelant les parlementaires à faire barrage au projet de loi - avant d'exhorter au rejet et à l'abrogation de toutes les lois du monde criminalisant l'homosexualité.
Malgré tout, David Bahati persiste et signe. «Nous avons une opportunité unique de barrer la route à l'homosexualité en Ouganda, a-t-il déclaré au Daily Monitor. Et si nous ne la saisissons pas maintenant, ce sera impossible à l'avenir. Nous prions pour qu'ils (les ministres, ndlr) restent fermes et donnent la priorité aux intérêts des Ougandais, et pas la pression internationale.»
 

Bookmark and Share