Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Afrique / Uganda / Articles / Obama : le projet de loi homophobe en Ouganda est «odieux»
chargement de la carte…

Contributeurs

ILGA Stephane Tchakam, ILGA

Facebook

marqués avec: politique
Obama : le projet de loi homophobe en Ouganda est «odieux»

in UGANDA, 15/02/2010

Le président des Etats-Unis a ajouté sa voix ce matin aux protestations de la communauté internationale contre la loi anti-gay à l'étude en Ouganda. «Il est impensable de viser les gays et les lesbiennes pour ce qu'ils sont» a-t-il déclaré. Le Congrès devrait lui emboîter le pas.

Barack Obama a dénoncé jeudi le projet de loi homophobe actuellement étudié en Ouganda, le qualifiant d'«odieux» lors d'un discours à Washington. Ce texte, déposé en octobre 2009, envisage de durcir la législation déjà très dure contre les homos (l'homosexualité est déjà passible de la prison à perpétuité), allant jusqu'à prévoir la peine de mort.
Le texte propose également de punir toute discussion publique sur l'homosexualité, et rendrait passible de poursuites les parents, professeurs, médecins de gays ou de lesbiennes, ou encore un propriétaire qui leur louerait un logement.
«On ne peut pas viser les homos pour ce qu'ils sont»
«Nous pouvons ne pas être d'accord sur le mariage homosexuel, mais nous pouvons sûrement nous mettre d'accord sur le fait qu'il est impensable de viser des gays et des lesbiennes pour ce qu'ils sont, que ce soit aux Etats-Unis ou (...) de façon plus extrême dans des projets de loi odieux qui ont été présentés, le plus récemment en Ouganda», a déclaré Barack Obama.
Les déclarations du président des Etats-Unis, à l'occasion d'un petit déjeuner organisé par un groupe chrétien à Washington, interviennent au lendemain du dépôt devant la Chambre des représentants américaine d'une résolution condamnant le projet ougandais controversé.
«Menace grave pour la vie, la liberté, et la sécurité de la personne»
Cette résolution du Congrès, soutenue par des parlementaires démocrates et républicains, établirait notamment que chacun «possède une dignité humaine intrinsèque, quelle que soit son orientation sexuelle, et partage des droits humains fondamentaux». Le projet de loi ougandais «présente une menace grave pour la vie, la liberté, et la sécurité de la personne, et établirait un précédent fâcheux s'il était adopté», poursuit le texte.
Depuis plusieurs mois, l'Ouganda est vivement critiqué par de nombreux pays et ONG, notamment l'Union européenne et les Etats-Unis, qui ont appelé le président ougandais Yoweri Museveni à mettre son veto au projet de loi. Des récriminations qui semblent avoir porté, si l'on en croit les déclarations du ministre des Investissements et du président lui-même, qui se montraient récemment moins attachés à ce texte. Mais aucun renoncement officiel n'a été formulé.
 

Bookmark and Share