Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Amérique Latine Et Caraïbes / Articles (LATIN AMERICA AND CARIBBEAN) / Grâce à notre force politique, nous pouvons aussi contribuer à une transformation de la société
chargement de la carte…

Contributeurs

ILGA Stephen Barris, ILGA

Facebook

Nous avons un problème avec la compatibilité de cette vidéo avec notre système. Merci de contrôler que javascript est en place et bien autorisé sur votre ordinateur et que vous avez bien la dernière version de Flash
Grâce à notre force politique, nous pouvons aussi contribuer à une transformation de la société

in LATIN AMERICA AND CARIBBEAN, 29/01/2010

Gloria Careaga, co-secrétaire d'ILGA et membre du Conseil d'ILGA LAC, nous parle des perspectives du mouvement LGBT dans la région Amérique latine et Caraïbes ainsi que sur les possibilités des activistes lesbiennes lors de la Vème conférence d'ILGA LAC qui se déroule actuellement à Curitiba (Brésil).

Je travaille avec l'ILGA depuis 1991, à l'occasion d'une conférence difficile qui avait été organisée au Mexique. Les autorités de la ville dans laquelle elle devait se dérouler s'y sont opposées et nous avons donc dû au dernier moment trouver une autre ville d'accueil. Cela a généré de nombreux problèmes. Mais pour moi, cela a été une extraordinaire opportunité de m'insérer dans l'association et ce, dans un contexte international, d'apprendre à connaître l'association et les personnes qui en font partie.

A l'heure actuelle, dans tous les pays hispanophones de la région, nous avons obtenu la dépénalisation de de l'homosexualité tant féminine que masculine. La visibilité des personnes trans s'améliore constamment. Il me paraît que des pas importants ont été faits dans la construction d'un mouvement solide, que nous avons fait reculer la perception de l'homosexualité comme un péché ou une maladie.


Je pense pouvoir dire que nous sommes aujourd'hui des activistes, des citoyens et des interlocuteurs légitimes des gouvernements dans presque tous les pays. Il y a là, à mon avis, une occasion que, comme région et comme ILGA LAC, nous ne pouvons perdre de construire un agenda beaucoup plus clair, d'avancer et de définir nos orientations.

Je crois qu'il est de plus en plus clair, qu'en tant que mouvement LGBT, que nous sommes opposés à toute forme de discrimination et que, grâce à notre force politique, nous pouvons contribuer à une transformation de la société. Les conditions qui règnent dans la région sont favorables.

Le plan d’incidence politique que nous avons décidé de développer a justement un rapport avec le fait que ce sont bien l’État, le gouvernement et les institutions gouvernementales qui sont les responsables de la garantie de nos droits. Dans de nombreux pays, c’était justement de ces institutions que venaient la discrimination, la violence.


En ce sens, il me semble que le fait d’avoir créé des interactions politiques avec les institutions gouvernementales a été une avancée très, très importante. De plus, cela n’a pas été la seule tâche, le seul objectif, que nous nous soyons fixé : le défi de prendre nos responsabilités, d’être visibles, s’est révélé une stratégie fort judicieuse, parallèle à celle des interactions politiques. Le fait que, dans certains pays, être gay ou lesbienne était criminalisé me semblait inacceptable, et nous devions lutter afin que cette situation disparaisse.


Par ailleurs, nous nous sommes impliqués toujours plus dans le travail international, dans les accords internationaux et, par conséquent, ceci nous pousse à rester au plus près des gouvernements et à vérifier quelle est la fonction, quel est le rôle, que ces gouvernements exercent dans les instances internationales, quels compromis ils y obtiennent, afin que nous puissions garantir que ces accords deviennent réalités : plutôt que de rester juste une signature couchée sur un papier, nous vérifions que les gouvernements ont bien commencé à prendre des mesures pour protéger nos droits.



 

Bookmark and Share