Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Afrique / Cameroon / Articles / Libérez Bruno et Marc-Henri, deux citoyens camerounais détenus pour homosexualité
chargement de la carte…

Facebook

Libérez Bruno et Marc-Henri, deux citoyens camerounais détenus pour homosexualité

in CAMEROON, /201

Alternatives Cameroun publie un communiqué sur la situation de deux jeunes gens arrêtés et emprisonnés à Yaoundé pour homosexualité.


COMMUNIQUE

Bruno A. et Marc-Henri B., deux citoyens camerounais, sont actuellement détenus pour homosexualité à la prison centrale de Yaoundé. Ces derniers avaient été interpellés au 27 septembre 2010 par des officiers de la brigade de gendarmerie de Yaoundé I dans le cadre d’une perquisition pour vol commis par une tierce personne au domicile de la voisine d’une amie commune qui les hébergeait.

Dans le procès verbal de synthèse de l’enquête préliminaire, le commandant de brigade expose les faits suivants : ‘Le nommé Emmanuel M. est auteur de vol perpétré au domicile de Mademoiselle D. H. […] Lors de sa fouille à corps au bureau de notre unité, ce dernier a été retrouvé porteur de préservatifs et gel lubrifiant Glisse entre mecs avec mention Gay à usage homosexuel qu’il a ramassés chez ses amis qui l’auraient hébergé pendant son séjour à Yaoundé. Ainsi donc, une perquisition effectuée à leur domicile nous a permis de saisir un lot important de préservatifs et lubrifiant à usage homosexuel […] Les nommés Bruno A. et Marc-Henri B. reconnaissent être homosexuels […] Pour plus de certitude, nous avons par ailleurs requis le Médecin Chef de la gendarmerie nationale aux fins d’examiner les appareils génitaux et anaux des susnommés à l’effet de nous renseigner si les intéressés entretiennent des rapports sexuels à pénétration anale pour lesquels ils sont soupçonnés.’

Me André Nlend, l’avocat constitué par l’amie des victimes s’offusque des multiples violations observées dans la procédure. ‘Les prévenus n’ont pas été arrêtés en flagrant délit. Il ne leur pas été rappelé qu’ils avaient droit à un avocat ni de garder le silence. Ils ont subi des examens médicaux forcés alors qu’ils étaient menottés. Il existe de nombreuses contradictions dans les procès verbaux établis, qui n’ont d’ailleurs pas été signés par mes clients.’ Une requête a été introduite pour leur libération immédiate auprès du juge du tribunal de première instance de Yaoundé et ils seront entendus pour cela le jeudi 21 octobre pour une déclaration sous serment.

Alternatives-Cameroun dénonce l’utilisation de matériel de prévention comme preuve d’un délit, fut-il sexuel. Nous en appelons au Gouvernement Camerounais pour la libération immédiate de Bruno et Marc-Henri et pour que les arrestations pour homosexualité cessent dans un pays où les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes sont considérés comme des personnes à hauts risques de contamination par le Plan stratégique national de lutte contre le Sida 2011-2015. Fin.

Pour plus d’information contacter Alternatives-Cameroun alternatives.cameroun@gmail.com.

Douala, République du Cameroun.

16 octobre 2010

 

Bookmark and Share