Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / Europe / Articles (WORLD) / Nations unies 2004 – Résolution brésilienne
chargement de la carte…

Contributeurs

anonymous contributorÉcrit anonymement. (Anglais)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Espagnol)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Portugais)

Facebook

marqués avec: nations unies
Nations unies 2004 – Résolution brésilienne

in WORLD, 29/04/2004

Déclaration européenne commune en soutien à la résolution brésilienne

À la suite de l’ajournement de la résolution brésilienne à la 61e session, la délégation du Royaume-Uni a prononcé un discours à la Commission des droits de l’homme des Nations unies au nom de 14 pays membres de l’Union européenne (c’est-à-dire l’Europe des Quinze à l’exception de l’Italie). La République tchèque, la Slovénie, l’Estonie et la Lituanie se sont jointes à ce groupe initial de signataires.

Déclaration sur les droits humains et l’orientation sexuelle

Monsieur le Président,
Je prends maintenant la parole au nom de l’Autriche, de la Belgique, de la République tchèque, du Danemark, de l’Estonie, de la Finlande, de la France, de l’Allemagne, de la Grèce, de l’Irlande, de la Lituanie, du Luxembourg, des Pays-Bas, du Portugal, de la Slovénie, de l’Espagne et de la Suède ainsi que du Royaume-Uni.

Monsieur le Président, nous avons pris note de la décision du Brésil de demander l’ajournement de la délibération de son projet de résolution sur le thème de l’orientation sexuelle à la prochaine session de la Commission des droits de l’homme.
Nous croyons fermement au principe universel selon lequel tous les êtres humains sont égaux en droits et dignité et que les droits et libertés inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) reviennent à chacun et à chacune, sans distinction de quelque sorte que ce soit.

La non-discrimination, y compris sur la base de l’orientation sexuelle, est au cœur de nos politiques. La considération de celle-ci à la Commission des droits de l’homme est pour nous un pas en avant vers la reconnaissance du fait que la jouissance de tous les droits humains et des libertés fondamentales ne peut en aucune façon être entravée sur la base de l’orientation sexuelle. Nous remarquons pourtant que ce type de discrimination se produit tout autour du monde.

En plus des efforts entrepris par les États, nous observons le rôle de la société civile dans le traitement de cette question et prenons note du fait que son importance dans le cadre des droits humains est de mieux en mieux comprise.
Nous attendons avec impatience la délibération de cette question lors de la session de l’an prochain de la Commission des droits de l’homme et nous continuerons de soutenir les efforts du Brésil pour arriver à un consensus sur cette question très importante relative aux droits humains.

Je vous remercie.

Traduction : Romain Muller
Bookmark and Share