Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
EN
FR
ES
Accueil / Switzerland / Articles / DÉCLARATION À L’ONU SUR L’ORIENTATION SEXUELLE
chargement de la carte…

Contributeurs

anonymous contributorÉcrit anonymement. (Anglais)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Espagnol)

Facebook

marqués avec: politique
Tim Caughley, Ambassadeur de la Nouvelle Zélande
DÉCLARATION À L’ONU SUR L’ORIENTATION SEXUELLE

in SWITZERLAND, 15/04/2005

L’orientation sexuelle est un aspect fondamental de l’identité de chaque individu et une partie inaltérable du soi.

J’ai l’honneur de faire cette déclaration au nom des États suivants : l’Andorre, l’Argentine, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Chili, la Chypre, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, le Guatemala, l’Irlande, l’Islande, le Luxembourg, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, la République de Corée, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, la Slovénie, la Suède, la Suisse, l’Uruguay et le Venezuela.

Cela fait soixante ans que la Déclaration universelle des droits de l’homme a décrété que tous les êtres humains sont égaux en dignité, en droits et en libertés, sans aucune distinction que ce soit. Au cours des dix dernières années, le Comité des droits de l’homme, le Comité des droits économiques, sociaux et culturels ainsi que le Comité des droits de l’enfant en sont tous venus à la conclusion que l’orientation sexuelle devrait être un statut compris parmi ceux protégés contre la discrimination. De plus, cela fait deux ans que le Brésil a présenté à cette Commission, pour la première fois, son projet de résolution afin de condamner la discrimination contre l’orientation sexuelle.

M. le Président, nous regrettons sincèrement que cette Commission ne soit toujours pas prête aujourd’hui à s’attaquer à cette résolution. Nous ne pouvons ignorer le nombre grandissant de témoignages de graves violations des droits de l’homme, commis contre des individus sur la base de leur orientation sexuelle. Ces témoignages ont été signalés par les organes de défense des droits créés en vertus d’instruments nationaux et par les procédures spéciales de la Commission. Il n’y a pas l’ombre d’un doute que, dans de trop nombreuses régions du monde, les individus sont privés de leurs droits à la vie, à la santé et au fait de ne pas subir de torture ni de violence. Ces violations des droits de l’homme nous ont été signalées, et nous devons réagir. Rester silencieux serait fermer les yeux sur certaines des pires formes de discrimination.

L’orientation sexuelle est un aspect fondamental de l’identité de chaque individu et une partie inaltérable du soi. C’est contraire à la dignité humaine que de vouloir forcer un individu à changer d’orientation ou encore de discriminer contre lui pour cette raison. De plus, il est répugnant pour un État de tolérer de la violence contre les individus. Tous les États doivent faire preuve de la vigilance qu’il se doit afin de prévenir, d’investiguer, de poursuivre et de punir les auteurs de la violence commise contre les individus à cause de leur orientation sexuelle. Par conséquent, nous soutenons pleinement la résolution nordique sur l’exécution sommaire, arbitraire ou extrajudiciaire, qui a établi que le meurtre des individus à cause de leur orientation sexuelle est une violation des droits de l’homme.

M. le Président, nous reconnaissons que la sexualité est une question complexe et délicate. Cependant, nous ne sommes pas prêts à compromettre le principe que tous les êtres humains sont égaux en dignité, en droits et en libertés. Cette Commission doit soutenir le principe de non-discrimination. Nous recommandons avec insistance à tous les Etats de reconnaître ce terrain d’entente et de participer au débat. Nous espérons que la Commission ne restera plus silencieuse longtemps.
Bookmark and Share