Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Afrique / Morocco / Articles / Répression des Gays au Maroc
chargement de la carte…

Contributeurs

anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)

Facebook

marqués avec: homophobie
Répression des Gays au Maroc

in MOROCCO, 16/06/2004

Les homosexuels incarcérés ont été libérés

Le Collectif de soutien aux homosexuels incarcèrès à Tétouan se félicite de la libération de l'ensemble des prévenus dont les deux correspondants du comité de défense des droits des minorités au Maroc. Le responsable du collectif a pu s'entretenir de vive voix avec l'ensemble des homosexuels libérés et leur a fait part par courrier de l'ensemble des signatures et soutiens.

Une situation périlleuse et catastrophique pour l'image de marque du Maroc, pays réputé pour sa tolérance et sa joie de vivre vient d'être évitée. Nos sources sur place nous ont confirmé qu'il s'agissait d'une bavure personnelle d'un fonctionnaire homophobe et non d'une action délibérée de l'État. Nous voulons bien le croire.

Toutefois, le Collectif s'inquiète de la situation de Brahim, un des homosexuels libérés, étudiant en 1ère année à l'Institut international du Tourisme de Tanger. En effet, immédiatement après sa libération, il a été convoqué dans le bureau de Madame Hassoune, Directrice de l'établissement en présence d'un autre responsable.

Voici l'échange verbal, tel qu'il nous a été relaté par Brahim :

- la Directrice: "tu es homosexuels alors?"

- Brahim: "Oui, je suis homosexuel Madame"

- La directrice: "Et n'as-tu pas honte alors que t'es musulman vivant dans un pays arabe?"


- Brahim:"Non madame, à partir du moment ou je n'emmerde personne"

- la directrice:"Écoutes-moi pédé, je ne veux pas de sidéen dans mon établissement! Je ne veux pas que tu nous files le Sida ! Va te prostituer ailleurs ! Je ferais tout pour te foutre hors de l'établissement ! Et si j'étais toi, je ne chercherai même pas à passer l'examen car je vais te coller un zéro en assiduité pour te foutre à la porte, allez ouste dégage"

Fin de la conversation.

Immédiatement après cette "discussion" scandaleuse et digne des SS, Brahmi nous a contacté dans un état de détresse extrême. Nous avons insisté pour qu'il passe ses examens en attendant que l'on se mobilise à nouveau.

Mes amis, sauvons le soldat Brahmi !

Par ailleurs, le Collectif dénonce les tests de dépistage de VIH effectués par la police sans le consentement des prévenus, ce qui est une atteinte grave aux droits élémentaires de l'Homme.

Le Collectif dénonce aussi avec vigueur le mutisme de la presse française et félicite la presse espagnole, belge, italienne, suisse, hollandaise, anglaise, portugaise et américaine qui ont parlé de cette affaire.

Le Collectif félicite l'ensemble de celles et ceux qui ont soutenu et continuent de soutenir le mouvement avec vigilance et en profondeur.

Le Collectif remercie les associations, les ONG et les personnalités qui se sont associées à cette cause.

Enfin, le Collectif attire l'attention de nos ami(e)s sur un grave incident qui s'est produit durant cette lutte :

En représailles à leur engagement en faveur des homosexuels marocains, les membres du mouvement de défense des minorités au Maroc, tous demandeurs d'asile en France suite à de grave menaces islamistes il y a maintenant plus de 15 mois, se sont vu rejeté leurs demandes sous la pression de l'État français qui a cherché à les museler et à les empêcher d'être actifs afin de ne pas nuire aux relations franco-marocaines.

Cette sanction injuste de l'OFPRA pousse les membres du comité de défense des minorités au Maroc à entamer dans les jours qui viennent une grève illimité de la faim. Rappelons à nos amis que les membres du comité ont fuit le Maroc après le lancement contre eux de plus de 76 fatwas islamistes, diverses agressions physiques dont une filmée et transmise par France 3 !

Le collectif appelle l'ensemble des sympathisants et la communauté à se mobiliser pour cette grève de la faim et à venir manifester le jour programmé et empêcher ainsi un massacre certain, car s'ils retournent chez eux, ils seront immédiatement incarcérés et la proie des extrémistes.

Leur présence en France constitue le seul rempart et moyen de pression contre les éventuels abus exercés à l'encontre de la communauté gay au Maroc.

Grâce à vous, nos amis ont été libérés !
Grâce à vous, Brahim ne se fera pas exclure de son école !
Et grâce à vous, les membres du comité dont son Président ne se feront pas expulser !

Nos remerciements les plus sincères. Nous avons besoin de vous tous !

Contact presse : 06 84 06 16 41.

par Anas Jazouli, initiateur du Collectif
Bookmark and Share