Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site
Accueil / Articles (WORLD) / 24ème conférence mondiale à Vienne
chargement de la carte…

Contributeurs

anonymous contributorÉcrit anonymement. (Anglais)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Espagnol)
anonymous contributorÉcrit anonymement. (Portugais)

Facebook

marqués avec: politique
L'équipe de volontaires d'HOSI Wien: Kurt, Jona, Christian, Gerhard et Christoph
24ème conférence mondiale à Vienne

in WORLD, 26/11/2008

L’ILGA poursuit ses 30 ans de dialogue avec le mouvement LGBTI international

Crée en 1978 sous le nom IGA, the International Gay Association, l’organisation connue depuis 22 ans sous l’appellation, the International Lesbian and Gay Association sera désormais connue comme étant "ILGA, the International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association" comme voté par les militants LGBTI rassemblés pour la conférence mondiale de l’association à Vienne, Autriche (3-6 novembre 2008).

La conférence, qui a coïncidé avec le 30ème anniversaire de l'ILGA s'est concentrée sur la création d'associations militantes régionales en Afrique, Asie et Amérique latine et a pris ses distances avec la traditionnelle représentation de genre masculin/féminin.

La conférence a fortement encouragé l'organisation "à faire la promotion de l'égalité des femmes, des personnes trans - et intersexuelles en son sein et en dehors". Elle a également décidé de s'éloigner du modèle binaire de représentation de genre : tout poste à pourvoir au sein de l'organisation devra maintenant inclure deux représentants, parmi lesquels au moins une personne s’identifiant comme femme". Cette proposition, soutenue par la section LGBT du syndicat britannique UNISON, permet aux militants qui ne souhaitent pas, pour des raisons politiques ou personnelles, s’identifier comme homme ou femme ou s’identifient indifféremment par l’un ou l’autre terme d’occuper un poste au sein de l'organisation. Il empêche également que celle-ci ne soit administrée que par des hommes. Le représentant d’UNISON a fait remarqué « que s’il doit exister un seul lieu au monde où les personnes ont la possibilité de se définir sans se référer aux genres masculin/féminin, cela doit être ILGA».

"Avec la création du Secrétariat Transgenre, nous avons obtenu la possibilité de coordonner ces dossiers à un niveau mondial et à avoir une voix au sein du conseil de l'ILGA" a déclaré Belissa Andía Pérez, militante transgenre de l'Instituto Runa (Pérou). Son groupe a été réélu pour deux ans supplémentaires comme Secrétariat Transgenre. Elle a ajouté : "Vienne a été le théâtre d’un dialogue très intéressant sur le genre. Cela est important au moment d’amender les statuts de l’ILGA, chaque fois que ceux-ci font référence aux genres, ou encore pour garantir aux militants et militantes transgenres d'être aidés pour assister aux conférences. Mais c’est également essentiel pour le mouvement LGBTI : notre but est d'obtenir une réelle intégration de l'identité de genre et d’assurer un plaidoyer pour la non-discrimination des personnes transgenres qui constituent le groupe le plus vulnérable de la communauté LGBTI".

Les dossiers transgenres ont aussi été abordés lors d’une pré-conférence. Une seconde pré-conférence dédiée aux femmes lesbiennes ou bisexuelles a exploré les liens entre les mouvements féministes et lesbiens, et l'importance d'inclure une approche féministe dans la militance, qu'elle soit gay, lesbienne ou transgenre.

Avec environ deux cents militants issus de quatre-vingt-un pays, cette 24ème conférence de l'ILGA a réuni un nombre équilibré de participants de presque toutes les régions du monde grâce à un programme de bourses qui a permis à quelque cent vingt militants venus du Sud du monde de participer. L'ILGA a invité les conseils régionaux de l'ILGA Asie, ILGA LAC (Amérique latine et Caraïbes) et ILGA Pan Afrique, qui avaient été élus par les militants au cours des conférences régionales organisées ces deux dernières années à Johannesburg, Lima et Chiang Mai. Les organisateurs ont fait un effort particulier pour assurer la participation de militants caribéens. Cette présence de toutes les régions a permis de tenir des rencontres régionales et interrégionales et de faire progresser leur structuration au sein de l'ILGA.

"L'ILGA a réellement montré un visage international, fidèle à la diversité de notre mouvement avec des militants représentant de manière égale chaque région, chaque identité de genre, chaque orientation sexuelle. Nous continuerons à travailler pour que des militants africains, asiatiques, latino-américains et caribéens organisent leurs propres structures ILGA dans leurs régions de manière telle que les militants lesbiennes, homosexuels, bisexuels, transgenres et intersexuels de chaque région du monde puissent parler en leur propre nom" a déclaré Gloria Careaga (Mexique) qui, avec Renato Sabbadini (Italie), a été élue Co-Secrétaire générale de l'ILGA. La conférence a remercié Rosanna Flamer Caldera (Sri Lanka) et Philip Braun (Allemagne), Co-Secrétaires sortants, pour leurs années de travail en faveur de l'ILGA.

"Il est important, pour une association mondiale, d’aider les militants à s'organiser localement : on ne devrait pas pouvoir nous objecter que l'homosexualité est venue d'Occident. Notre association avec ses six cents organisations de cent onze pays est la preuve vivante, s'il en était encore besoin, que l'amour entre personnes de même sexe existe dans tous les pays du monde même si la loi le pénalise aux quatre coins de la planète" a dit Renato Sabbadini.

Les participants ont aussi parlé de la marche à suivre pour soutenir les dossiers LGBTI aux Nations unies et autres forums internationaux tels que le Sommet des Chefs d'État du Commonwealth ou le suivi de la Conférence de Durban, après la Conférence onusienne de 2001 contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance. Gloria Careaga : "Dans la lignée de son travail, l'ILGA continuera à travailler pour que l’identité de genre et l'orientation sexuelle soient correctement abordées par les Nations unies".

L'ILGA collabore avec d'autres ONGs de défense et de promotion des droits humains et LGBTI telles qu’Amnesty International, Arc International, Global Rights, Human Rights Watch et la Commission internationale des droits humains gays et lesbiens (IGLHRC).

Maria Sjödin de la fédération suédoise lesbienne et gay (RFSL), réélue au secrétariat "Femmes" de l'ILGA, d'ajouter : "l'ILGA occupe une place de choix à l'ONU car elle tient sa légitimité des nombreux groupes qu’elle représente dans le monde. Elle est notre levier pour influencer notre combat au niveau mondial. L'ILGA peut baser ses actions et recommandations sur le savoir et l'expérience collective de ses membres". Le groupe suédois est l'une des six organisations qui ont obtenu le statut ECOSOC dans le cadre de la campagne de l’ILGA pour permettre aux groupes LGBTI d’accéder directement à l'ONU.

Mais la discussion politique ne s’est pas limitée aux seules Nations unies. Trois motions ont été approuvées par la conférence : la première était soumise par ILGA LAC. La région latino-américaine et Caraïbes a demandé à la conférence d'exprimer son rejet de la décision du Vatican de faire subir un examen psychologique aux séminaristes afin de déterminer s'ils sont gays. LGBT Legal (Pérou), MUMS (Chili) et El Closet de Sor Juana (Mexique) ont demandé la fin des persécutions des femmes et défendeurs des droits humains par le Gouvernement du Nicaragua. Sur une note plus joyeuse, la conférence toute entière a célébré spontanément l'élection de Barack Obama au poste de Président des États-Unis et a voté une motion pour le féliciter.

Monsieur Engelbert Theuermann, Directeur du Département Droits humains du Ministère fédéral autrichien des Affaires européennes et étrangères, a ouvert la conférence. Conférence qui, pour la première fois de l'histoire de l'ILGA, bénéficiait du patronage d’un chef d'état en la personne de Heinz Fischer, Président fédéral de l'Autriche. Leo Steiner, Directeur d’IBM pour l'Autriche a également accueilli les participants et leur a exposé le programme de diversité développé par sa société pour promouvoir les droits LGBTI dans le milieu de l’entreprise. Paula Ettelbrick (IGHLRC) quant à elle, a loué nos engagements individuels, la connexion entre les niveaux local et mondial et leur interdépendance. Elle a parlé de la valeur du « réseau », de notre force si nous nous unissons et a célébré, en ce trentième anniversaire de l'ILGA, le concept "d'association" qui en est le pilier fondateur.

Les participants à la conférence ont été reçus à l'Hôtel de Ville par Michael Häupl, le Bourgmestre de Vienne, et au Parlement Autrichien par sa Présidente, Barbara Prammer, qui, dans son discours de bienvenue, a loué le travail de l'ILGA. Le premier prix "Soyez visible" ("GO Visible"), une initiative du parti vert autrichien a récompensé Aswat, un groupe palestinien de femmes lesbiennes et bisexuelles, le deuxième a été octroyé au groupe LGBT du Kyrghistan Labrys et le troisième prix a été octroyé au groupe LBT libanais, MEEM.

ILGA remercie les partenaires et bailleurs de fonds suivants pour le soutien apporté à cette vingt-quatrième Conférence mondiale :

- le Gouvernement fédéral autrichien
- la Ville de Vienne
- HIVOS (Pays-Bas)
- IBM
- IGLHRC (La commission internationale des droits humains gays et lesbiens)
- ILGA Europe
- SIDA (L'agence internationale de développement de Suède)
- Austrian Airlines (compagnie aérienne officielle de la conférence)
- RFSL (Suède)
- Tels Quels (Belgique)
- NOVIB (Pays-Bas)

L'ILGA tient à saluer l'énorme travail et le remarquable engagement du groupe local HOSI Wien pour avoir accueilli une conférence mondiale de l'ILGA pour la troisième fois. Kurt Krickler, Secrétaire général de HOSI Wien: "nous sommes très heureux d'avoir réussi à co-organiser cette conférence mondiale en seulement six mois". Et d'ajouter : " Nous sommes particulièrement fiers d'avoir pu compter sur de solides soutiens incluant des apports financiers substantiels dans notre propre pays ».

Les participants de cette conférence ont choisi Rio de Janeiro comme hôte de la vingt-cinquième conférence mondiale qui se tiendra en 2010.

Plus d'information :

Stephen Barris
ILGA Brussels +32 2 502 24 71

Traduction : Didier Digneffe
Bookmark and Share