Home, Asia, Europe, North America, Latin America and Caribbean, Oceania, Nouvelles, Carte du site

FR

Accueil / Articles (WORLD) / Homophobie d’Etat
chargement de la carte…

Contributeurs

anonymous contributorÉcrit anonymement. (Français)

Facebook

marqués avec: homophobie
Homophobie d’Etat

in WORLD, 16/05/2007

En 2007, pas moins de 85 états membres des Nations Unies criminalisent toujours les relations sexuelles consenties entre adultes de même sexe.

Le 17 mai marque la Journée internationale contre l’homophobie. L’ILGA a choisi cette période de l’année pour publier un rapport sur l’homophobie d’État tout autour du monde afin d’augmenter la prise de conscience de l’existence d’une homophobie institutionnalisée dans le monde.

Télécharger le rapport
En Français
En Anglais
En Espagnol
En Portugais


Le nombre impressionnant de lois mentionnées dans ce rapport tente de montrer l’ampleur de l’homophobie d’État dans le monde.

En 2007, pas moins de 85 états membres des Nations Unies criminalisent toujours les relations sexuelles consenties entre adultes de même sexe, promouvant ainsi institutionnellement la culture de la haine. Par cette publication, nous espérons augmenter la prise de conscience de cette réalité, dont l’étendue reste inconnue d’une très large majorité de la population.

Bien que beaucoup de pays listés dans ce rapport n’appliquent pas systématiquement ces lois, leur seule existence renforce une culture dans laquelle un nombre significatif de citoyens a besoin de se cacher du reste de la population par peur.

Une culture dans laquelle haine et violence sont, d’une manière ou d’une autre, justifiées par l’État, et contraignent des personnes à l’invisibilité ou au déni de ce qu’elles sont vraiment.

Qu’elles soient importées par un empire colonial ou le résultat de législations inspirées par des convictions religieuses, ou qu’elles découlent directement d’une interprétation conservatrice de textes religieux, les lois homophobes sont le résultat d’une certaine époque et d’un contexte historique.

L’homophobie relève de la culture. L’homophobie n’est pas innée. Nous l’apprenons en grandissant.

Dans de nombreux cas, les préjugés envers les personnes homosexuelles sont le fruit de l’ignorance et de la peur. Ce long catalogue d’horreurs n’est qu’une démonstration de plus de l’intolérance envers ce qui est étranger et différent.

À l’occasion du 17 mai, Journée internationale contre l’homophobie, nous saisissons l’occasion de louer le travail des défenseurs des droits humains, qui, infatigablement, se battent contre l’injustice et défient l’homophobie, la lesbophobie et la transphobie qui nous entourent.

La décriminalisation des relations sexuelles consenties entre adultes de même sexe est plus urgente que jamais. Le combat pour le respect de toutes les minorités doit être le combat de tous.

Nous croyons que la reconnaissance des minorités sexuelles comme composantes civiles à part entière de nos sociétés et de la légitimité de l'égalité de leurs droits, peut contribuer à apprendre comment vivre ensemble – c’est-à-dire apprendre la démocratie.

Rosanna Flamer Caldera et Philipp Braun
Co-secrétaires généraux de l’ILGA (International Lesbian and Gay Association)





Cette recherche a été conduite par Daniel Ottosson, Södertörn University College à Stockholm, en Suède.
Cette étude ne traite que de la législation criminalisant les actes sexuels consentis entre personnes du même sexe, ayant atteint la majorité sexuelle, dans un cadre privé. Les lois concernant de tels actes en public, avec des personnes n’ayant pas atteint la majorité sexuelle, commis par la force et/ou dans toute autre circonstance ne sont pas prises en compte. L’étude ne retient pas non plus les pays où sont autorisés les actes sexuels consentis entre personnes du même sexe, ayant atteint la majorité sexuelle, dans un cadre privé.

Ce rapport de l’ILGA est libre de tout droit pourvu que mention soit faite de l’auteur et de l’ILGA - International Lesbian and Gay Association. Des versions informatiques sous format Word de ce rapport sont disponibles pour être imprimés par des groupes ou organisations.

Nous tenons à remercier les nombreux volontaires qui ont traduit ce rapport en français, espagnol et portugais.

Bookmark and Share